Mobilité sociale • Croissance et chômage • Structure socioprofessionnelle

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle Générale | Thème(s) : L'épreuve écrite
Type : Épreuve composée | Année : 2021 | Académie : France métropolitaine


Sujet spécimen 2021 • épreuve composée

Mobilité sociale • Croissance et chômage • Structure socioprofessionnelle

4 heures

20 points

Intérêt du sujet • Rôle de la famille dans les trajectoires sociales, évolution du chômage, mutations de la population active : les questions que vous aurez à traiter dans ce sujet ne manquent pas d’actualité.

 

Mobilisation des connaissances (4 points)
Configurations familiales et mobilité sociale

 Vous montrerez, à partir d’un exemple, comment les configurations familiales contribuent à expliquer la mobilité sociale.

Étude de document (6 points)
Taux de croissance du PIB et taux de chômage

DocumentTaux de croissance du PIB (en %) et taux de chômage (en % de la population active) en France

sesT_2100_07_01C_01

Source : OCDE, 2020.

1. À l’aide des données du document, vous présenterez l’évolution du taux de croissance du PIB entre 2010 et 2017.

2. À l’aide des données du document et de vos connaissances, vous expliquerez la corrélation entre le taux de chômage et le taux de croissance du PIB de 2010 à 2017.

Raisonnement (10 points)
La structure socioprofessionnelle

 À l’aide de vos connaissances et du dossier documentaire, vous montrerez que la structure socioprofessionnelle a évolué en France depuis la seconde moitié du xxe siècle.

Document 1Part (en %) dans l’emploi selon la catégorie socioprofessionnelle, par sexe, en moyenne annuelle

Tableau de 13 lignes, 7 colonnes ;Tetière de 2 lignes ;Ligne 1 : ;1982;2019;Ligne 2 : Homme;Femme;Ensemble;Homme;Femme;Ensemble;Corps du tableau de 11 lignes ;Ligne 1 : Agriculteurs exploitants; 7,3; 6,7; 7,1; 2,1; 0,8; 1,5; Ligne 2 : Artisans, ­commerçants, chefs d’entreprise; 9,1; 7,2; 8,3; 9,3; 3,9; 6,7; Ligne 3 : Cadres et professions intellectuelles supérieures; 10,3; 4; 7,8; 21,6; 16,8; 19,3; Ligne 4 : Professions intermédiaires; 19,2; 19,8; 19,5; 23,1; 28,3; 25,6; Ligne 5 : Employés qualifiés; 6,9; 27,4; 15,2; 6,9; 21,4; 13,9; Ligne 6 : Employés non qualifiés; 3,8; 19,4; 10,1; 6; 20,3; 12,9; Ligne 7 : Ouvriers qualifiés; 24,5; 3,8; 16,1; 21,7; 3,5; 12,9; Ligne 8 : Ouvriers non qualifiés; 16,1; 11,3; 14,2; 8,8; 4,6; 6,8; Ligne 9 : Autres; 2,8; 0,3; 1,8; 0,4; 0,4; 0,4; Ligne 10 : Ensemble; 100; 100; 100; 100; 100; 100; Ligne 11 : Effectifs (en milliers); 13 600; 9 243; 22 842; 13 992; 13 184; 27 176;

Source : d’après Insee Résultats, juin 2020.

Note : données de 1982 à 2019, corrigées pour les ruptures de série.

Champ : France hors Mayotte, population des ménages, personnes de 15 ans et plus.

Document 2Emploi salarié par secteur d’activité de 1989 à 2019

sesT_2100_07_01C_02

Source : « Emploi, chômage, revenus du travail », Insee Références, juillet 2020.

Champ : France hors Mayotte, personnes de 15 ans ou plus.

Document 3Les grandes évolutions du marché du travail depuis les années 1960

Quels que soient les chiffres, les taux, les indicateurs que l’on utilise, les faits sont là : depuis le début des années 1960, la montée de l’activité féminine est l’élément moteur de la croissance de la population active. Dans la période récente, ce sont les femmes qui ont assuré l’essentiel de l’augmentation des forces de travail. […]Les faits étant établis, comment peut-on expliquer ce mouvement […] ? Il serait bien commode, ici, de pouvoir parler d’un « changement de mentalités », de l’émergence de nouveaux courants socioculturels : les femmes en veulent plus, comme on dit, elles s’accrochent à leur travail, elles affirment leur désir d’indépendance économique, etc. Tout cela est juste, mais n’explique rien. […] On pourrait, bien sûr, renvoyer à des mutations socioculturelles d’un autre ordre : c’est la même génération de femmes qui a inauguré, à la fin des années 1960, la liberté de la contraception et de l’avortement, l’apparition d’un mouvement féministe radical, l’émergence de nouveaux modèles familiaux et la poussée de l’activité féminine. La coïncidence est trop belle pour n’être pas mentionnée. Mais au fond, qu’est-ce qui explique quoi ? Est-ce la maîtrise de la conception qui pousse au développement du travail féminin ou l’inverse ? Est-ce le renouveau du féminisme qui est à l’origine de la volonté d’autonomie économique des femmes, ou l’inverse ? La prudence, ici, s’impose. Ne parlons pas d’explication, mais de corrélation. Ces phénomènes forment un tout. Ils sont le signe des temps, ils sont concomitants, mais c’est tout ce que l’on peut dire. À défaut de pouvoir expliquer, on peut tenter de caractériser cette mutation sociale, d’en identifier les acteurs. Qui sont les femmes qui, depuis le début des années 1960, ont afflué sur le marché du travail ? Ce sont pour l’essentiel des mères de famille, des salariées du tertiaire, des femmes instruites et qualifiées.Depuis la fin des années 1950, deux tendances ont caractérisé l’évolution de la structure des emplois : la tertiarisation et la salarisation du marché du travail. Au cœur de ces mutations, les femmes n’ont pas accompagné le mouvement, elles ont très fortement contribué à le produire. Et inversement : c’est parce que l’emploi devenait de plus en plus tertiaire et salarié que les femmes y ont accédé nombreuses.

Source : Margaret Maruani, Travail et emploi des femmes, Paris, La Découverte, 2017.

 

Les clés du sujet

Mobilisation des connaissances

Définir les mots clés

La mobilité sociale désigne les changements de position sociale, soit au cours de la vie d’un individu (mobilité intragénérationnelle), soit par rapport à la position occupée par ses parents (mobilité intergénérationnelle).

La notion de configuration familiale exprime la diversité des modes de composition, de constitution et de fonctionnement des familles (famille recomposée, monoparentale ou homoparentale, structure de la fratrie, nature des relations intrafamiliales…).

Structurer la réponse

On précisera dans un premier temps ce que revêtent les diverses configurations familiales.

Dans un deuxième temps, on mettra en évidence leurs effets possibles sur la mobilité sociale intergénérationnelle.

On illustrera enfin le propos à partir d’un exemple, celui des familles recomposées.

Étude de document

Définir les mots clés

Le taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) mesure l’évolution en pourcentage de la production réalisée par les agents économiques résidents, d’une année à l’autre. Il permet de mettre en évidence les fluctuations de l’activité économique, qui correspondent à des mouvements de ralentissement ou d’accélération du rythme de la croissance économique à court terme.

Le taux de chômage mesure la part en pourcentage des chômeurs dans la population active. Un chômeur est une personne en âge de travailler, dépourvue d’emploi et qui en recherche un.

Comprendre le document

Le graphique présente, d’une part, l’évolution entre 2010 et 2017 du taux de croissance du PIB en pourcentage (échelle de gauche) et, d’autre part, celle du taux de chômage en pourcentage (échelle de droite). Il permet de comparer les deux évolutions afin d’établir des liens entre les fluctuations de l’activité économique et l’évolution du chômage. Par exemple, entre 2016 et 2017, le taux de croissance du PIB double, passant de 1,1 % à 2,2 %, tandis que le taux de chômage diminue de 0,7 point pour atteindre 9,4%.

Structurer la réponse à la seconde question

On mettra en évidence la corrélation entre le taux de chômage et le taux de croissance du PIB en s’appuyant sur des données fournies par le graphique.

Puis on expliquera le lien statistique mis en évidence en mobilisant les connaissances sur la nature du chômage.

Raisonnement

Analyser les termes du sujet et mobiliser ses connaissances

sesT_2100_07_01C_03

Exploiter les documents

Document 1. Ce tableau statistique montre, entre 1982 et 2019, l’évolution de la population en emploi (ligne « effectifs en milliers ») et de la structure socioprofessionnelle des hommes et des femmes (en pourcentage). Quelle place occupent les femmes dans l’emploi ? Quelles sont les CSP en déclin ? Et celles en expansion ?

Document 2. Ce graphique expose l’évolution des emplois salariés en millions par secteur d’activité entre 1989 et 2019. Comment évoluent les emplois dans le secteur tertiaire ? Et les emplois industriels ?

Document 3. Ce texte rédigé par une sociologue du travail, Margaret Maruani, évoque la féminisation de la population active. À quelles évolutions majeures de la population active cette féminisation est-elle liée ?

Définir les arguments

Tableau de 2 lignes, 2 colonnes ;Corps du tableau de 2 lignes ;Ligne 1 : Argument 1; L’évolution de la structure socioprofessionnelle est caractérisée par un mouvement de salarisation et de féminisation.; Ligne 2 : Argument 2; La tertiarisation et une tendance à la hausse des qualifications transforment également la composition de la population active.;

Pour lire la suite :