Monsieur Vancouver revient au moment où Dardenbœuf embrasse la main d’Isménie. Écrivez cette scène à la suite du texte de Labiche

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 1re ST2S - 1re STI2D - 1re STL - 1re STMG | Thème(s) : Le théâtre, texte et représentation
Type : Écriture d'invention | Année : 2015 | Académie : Antilles, Guyane

 

16

Antilles, Guyane • Septembre 2015

Le texte théâtral et sa représentation • 14 points

Être joué pour faire rire

Écriture d’invention

 Monsieur Vancouver, le père d’Isménie, revient au moment où Dardenbœuf embrasse la main de sa fille. Écrivez cette scène à la suite du texte de Labiche (texte C) en respectant sa tonalité. Elle comportera un dialogue et des indications scéniques (didascalies).

Se reporter au document C du sujet sur le corpus.

Les clés du sujet

Comprendre le sujet

« Définition » du texte à produire.

Scène de comédie (genre), dans laquelle le père d’Isménie tente d’évincer le prétendant Dardenbœuf (thème), soutenu et aussi familier (niveau de langue), comique (registre), pour introduire de l’action et faire rire le spectateur (buts de l’auteur), pour évincer Dardenbœuf (but de Vancouver), pour rester dans la place et épouser Isménie (but de Dardenbœuf).

Chercher des idées

Les contraintes à respecter

Respectez les caractéristiques de la scène de Labiche : caractère et style des personnages ; accessoires : la tabatière, le courrier…

Les choix à faire

Vancouver n’est pas sur scène chez Labiche : vous avez donc toute liberté pour composer le personnage. Mais tenez compte de ce qui en est dit dans le paratexte (« possessif », « dépité »).

L’action : quelle va être la réaction de Vancouver ? Que va-t-il advenir du courrier qu’il a écrit ? Quelle stratégie Dardenbœuf trouvera-t-il pour rester ? Quelle sera la réaction d’Isménie ? Quelle issue à cette scène ?

Imaginez des gestes, des mimiques, des mouvements.

 Pour réussir l’écriture d’invention : voir guide méthodologique.

 Le théâtre : voir mémento des notions.

Corrigé

Corrigé

Vancouver, jubilant, un courrier à la main, sans voir tout de suite sa fille et Dardenbœuf. – Sur ma foi, avec une missive pareille, si ce dévoué Trognembiche n’accourt pas illico se jeter aux pieds de ma fille, je veux bien être pendu sur l’heure. Je me prétendrai engagé, Dardenbœuf sera forcé de céder la place, et comme toujours, le strabisme et le parfum à la pomme de ce cher Trognembiche dégoûteront mon Isménie qui le refusera une nouvelle fois ! Au trou, le Dardenbœuf, au trou ! (Il finit par apercevoir les deux autres personnages, et s’exclame à haute et intelligible voix :) Crévindieu, ma fille !

Isménie, se séparant immédiatement de Dardenbœuf. – Juste Ciel, mon père !

Dardenbœuf, à part. – Cristi, le papa ! Voilà qui risque de me faire mal voir… Hé bien oui, voilà ce que c’est quand une jolie fille vous appelle par votre prénom ! (Haut.) Ah, cher M. Vancouver, je vois que vous avez là un courrier à votre notaire pour le contrat de mariage ! J’en meurs de joie !

Isménie, confondue. – Père, est-ce vrai ?

Vancouver, pris de court. – Assurément, Monsieur et moi avons discuté…

Dardenbœuf. – Nous nous sommes entendus…

Isménie, toujours incrédule. – Et vous envoyez chercher le notaire ?…

Dardenbœuf. – Assurément ! (À part.) Et maintenant, rattrapons la bévue, et plaisons au papa… (Haut.) Cher M. Vancouver, laissez-moi donc porter pour vous ce courrier.

Vancouver, embarrassé, et reculant pour éviter de donner le courrier à Dardenbœuf ; à part. – Diable ! Qu’il ne voie pas l’adresse sur l’enveloppe ! (Pendant l’échange qui suit, Vancouver fait le tour de la scène à reculons, la lettre dans le dos, poursuivi par Dardenbœuf.) Votre empressement… me semble… tout à fait louable… Je m’en réjouis pour… mon Isménie chérie. Je ne saurais pourtant… vous charger d’une tâche… aussi ingrate… Je ne saurais prendre… un homme de votre qualité pour un vulgaire domestique !

Dardenbœuf. – Prenez, prenez, je vous en prie !

Vancouver, à part. – Il n’y aura donc pas moyen de s’en défaire ! Et Trognembiche qui n’est jamais là quand on a besoin de lui !

Dardenbœuf, s’arrête en soupirant. – Je vois que vous me trouvez trop indiscret… Croyez bien, cependant, que ce n’était que par zèle que…

Vancouver, encore méfiant, tournant le dos à sa fille. – Je le crois bien, je le crois bien, mon cher…

Isménie arrache prestement la lettre à son père. – Laissez-moi donc porter cette lettre, mon père ! Cela me concerne au premier chef, après tout…

Vancouver, se retournant vivement. – Certes non, ma fille, je peux m’occuper de cette affaire moi-même…

Isménie, feignant de se raviser. – Je crois que nous offensons monsieur en lui refusant de vous rendre service… Permettez-le-lui, je vous en prie ; il vous en sera plus reconnaissant… (pour détourner l’attention de la lettre et tentant de la donner discrètement à Dardenbœuf). Au fait, père, quelle méchante fantaisie vous a pris de lui dresser de moi un portrait… si dissuasif ? Il m’a trouvé toutes les qualités… (rougissant), il m’a même comparée… à une rose !

Vancouver, embarrassé, réfléchissant, à part. – Me voilà enferré ! Lâchons un peu de lest pour éviter que mon stratagème d’éviction ne soit percé à jour… Pourquoi ne pas lui confier la lettre ? Ce serait bien le diable s’il le connaissait, ce Trognembiche… Et voilà un beau moyen d’endormir la méfiance de ce gêneur ! Il va être l’artisan de sa propre éviction ! (Haut.) Soit, mon cher, gardez la lettre et portez-la. Recevez même tous mes remerciements !

Isménie, heureuse, embrasse son père. – Mon papa chéri, je vous adore ! (Elle donne la lettre à Dardenbœuf, sous l’œil inquiet de Vancouver.)

Dardenbœuf. – Ah, monsieur… Ah, mademoiselle, me voilà comblé ! (À part, après avoir aperçu la lettre.) Mais c’est pour Trognembiche ! Je le connais, ce n’est pas un notaire ! Oh oh, beau-papa me prépare là quelque coup bas… Il va falloir jouer serré, mon petit Eusèbe et ruser. (Haut.) Je suis trop heureux de vous donner la preuve de mon empressement et de ma gratitude !

Vancouver, avec un sourire béat contrefait. – Quel dévouement !

Dardenbœuf, avec le même sourire. – Quelle confiance !

Vancouver, même jeu. – Quel meilleur commissionnaire que vous ?

Dardenbœuf, même jeu. – Y a-t-il beau-père plus bienveillant que vous ?

Vancouver, vivement. – Beau-père… futur !

Dardenbœuf, mielleux. – Bien évidemment…

Isménie, à Dardenbœuf, avec ardeur. – Faites vite… Je brûle de vous revoir…

Dardenbœuf, à Vancouver. – Monsieur, je serai bientôt de retour et vous verrez que vous ne serez pas déçu !

Vancouver. – Mille grâces, mon cher, mille grâces…

Dardenbœuf, saluant. – Mademoiselle, monsieur… À tantôt ! (À part.) Et maintenant, allons voir ce que nous pouvons faire de cette lettre !