Montaigne, Essais, "Des Coches"

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 1re Générale | Thème(s) : Montaigne, Essais – « Notre monde vient d’en trouver un autre »
Type : Sujet d'oral | Année : 2019 | Académie : Inédit

Montaigne, Essais

épreuve orale

35

fra1_1900_00_64C

Sujet d’oral • Explication & entretien

Montaigne, Essais, « Des Coches »

20 minutes

20 points

1. Lisez le texte à voix haute.

Puis expliquez-le.

DOCUMENT

Quant à la hardiesse et courage, quant à la fermeté, constance, résolution contre les douleurs et la faim et la mort, je ne craindrais pas d’opposer les exemples que je trouverais parmi eux aux plus fameux exemples anciens que nous ayons aux mémoires de notre monde par-deçà1. Car, pour ceux qui les ont subjugués2, qu’ils ôtent les ruses et batelages3 de quoi ils se sont servis à les piper4, et le juste étonnement qu’apportait à ces nations-là de voir arriver si inopinément des gens barbus, divers5 en langage, religion, en forme et en contenance6, d’un endroit du monde si éloigné et où ils n’avaient jamais imaginé qu’il y eût habitation quelconque, montés sur des grands monstres inconnus, contre ceux qui n’avaient non seulement jamais vu de cheval, mais bête quelconque duite7 à porter et soutenir homme ni autre charge ; garnis d’une peau luisante et dure et d’une arme tranchante et resplendissante, contre ceux qui, pour le miracle de la lueur d’un miroir ou d’un couteau, allaient échangeant une grande richesse en or et en perles, et qui n’avaient ni science ni matière par où tout à loisir ils sussent8 percer notre acier ; ajoutez-y les foudres et tonnerres de nos pièces9 et arquebuses, capables de troubler César même, qui l’en eût10 surpris autant inexpérimenté, et à cette heure, contre des peuples nus, si ce n’est où l’invention était arrivée de quelque tissu de coton, sans autres armes, pour le plus, que d’arcs, pierres, bâtons et boucliers de bois ; des peuples surpris, sous couleur d’amitié et de bonne foi, par la curiosité de voir des choses étrangères et inconnues : comptez, dis-je, aux conquérants cette disparité, vous leur ôtez toute l’occasion de tant de victoires.

Montaigne, Essais, livre III, chapitre 6, 1588.

1. Par-deçà : de ce côté-ci de l’océan.

2. Subjugués : assujettis par la force.

3. Batelages : tromperies, tours de passe-passe.

4. Piper : tromper, leurrer.

5. Divers : différents, contraires.

6. Contenance : comportement.

7. Duite : dressée, exercée.

8. Sussent : subjonctif imparfait du verbe « savoir ».

9. Pièces : canons.

10. Qui l’en eût : si quelqu’un l’avait.

2. question de grammaire. Dans l’extrait « un endroit du monde […] où ils n’avaient jamais imaginé qu’il y eût habitation quelconque » : justifiez l’emploi du subjonctif et analysez sa valeur modale.

Conseils

1. Le texte

Faire une lecture expressive

Attention aux spécificités syntaxiques du français du xvie siècle.

Les phrases se déploient souvent sur plusieurs lignes en de longues sentences, sur le modèle des grands orateurs de l’Antiquité : ne perdez pas votre souffle ! L’extrait proposé n’en comporte en tout et pour tout que deux.

Faites sentir dans votre lecture l’accumulation massive et écrasante des « ruses et batelages » des Européens.

Situer le texte, en dégager l’enjeu

Montrez tout d’abord que les peuples amérindiens sont présentés de manière élogieuse, face aux vices moraux des Européens.

Observez comment est montrée la stupeur des indigènes face à ce qui leur était inconnu.

Étudiez la manière dont Montaigne souligne la brutalité belliqueuse des colons européens.

2. La question de grammaire

Identifiez le verbe au subjonctif et montrez qu’il fait partie d’une proposition subordonnée.

Montrez quel sentiment traduit l’utilisation de ce mode dans le cadre de cette phrase.