Myopie et école

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 1re ES - 1re L | Thème(s) : De l’œil au cerveau
Type : Partie 1 | Année : 2014 | Académie : Amérique du Nord
 
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
Myopie et école
 
 

Représentation visuelle

sci1_1406_02_00C

Thèmes communs

4

CORRIGE

 

Amérique du Nord • Juin 2014

Représentation visuelle • 8 points

La myopie a toujours été une préoccupation à l’école. En effet, elle peut constituer un élément gênant l’apprentissage, et être quelquefois à l’origine de maux de tête chez l’élève.

Document 1

Une approche historique de la myopie

Dans le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire de Ferdinand Buisson (édition de 1911), on peut lire dans l’article consacré à l’anomalie :

« Il n’y a pas longtemps que l’on a commencé à se préoccuper de l’hygiène de la vue dans les écoles, et l’on peut bien dire que c’est un des points de l’hygiène scolaire qui est encore à présent le plus universellement méconnu ou négligé, sauf dans quelques établissements des grandes villes. […] Une enquête, qui a porté spécialement sur les écoles primaires de la ville de Paris, a donné pour résultat une moyenne de 1 myope sur 6 enfants, ce qui est évidemment une proportion fort alarmante […].

Un instituteur veut-il s’assurer qu’un enfant a les yeux bien constitués ? Qu’il le fasse lire dans un volume tenu à bout de bras : s’il est myope, il n’y pourra réussir. […] Quand il ne peut suivre une explication au tableau ou à la carte murale, […] il n’y a pas de doute qu’il soit myope. »

Document 2

L’œil, un instrument d’optique

Notre œil fonctionne, du point de vue optique, comme une lentille convergente. Un objet est vu de façon nette lorsque l’image se forme sur la rétine. C’est le cas, par exemple, pour un œil normal au repos fixant un objet très éloigné. Les schémas ci-après représentent le trajet des rayons lumineux, dans le cas d’un objet situé à l’infini.

Trajet des rayons lumineux dans deux situations dont celle d’un œil myope

 

Situation 1

Situation 2

 
Document 3

Le cerveau et l’interprétation des images

Grâce à l’IRMf (Imagerie par résonance magnétique fonctionnelle), on peut disposer d’images du cerveau en activité, par exemple lorsque le sujet regarde un objet. L’utilisation de l’IRMf renseigne sur les aires cérébrales activées par la vision de cet objet. Plus l’activation d’une région du cortex est importante, plus la région est représentée en couleurs « chaudes » (jaune, orange, rouge).


 

Localisation de la coupe axiale et des voies visuelles


 

> En vous appuyant sur l’exploitation de toutes les ressources proposées, expliquez pourquoi, malgré les maux de tête qui peuvent accompagner la myopie, il n’y a pas d’anomalie du fonctionnement du cerveau dans la vision et en quoi le port de lunettes permet de corriger ce défaut de vision qui peut constituer un élément gênant l’apprentissage.

Vous développerez votre argumentation en vous appuyant sur tous les documents et vos connaissances (qui intègrent entre autres les connaissances acquises dans différents champs disciplinaires).

Interpréter la question

Un enfant myope peut être gêné dans son apprentissage, alors qu’il ne présente aucun retard mental. Vous devez montrer en quoi consiste la myopie, ses symptômes, en quoi elle peut être très invalidante à l’école, mais aussi sa cause. Enfin, vous devez montrer que c’est un trouble qui n’atteint pas le cerveau et qui est donc relativement aisé à traiter grâce au port de lunettes.

Comprendre les documents

  • Document 1 : il permet d’aborder le problème de la myopie à l’école et d’en décrire les symptômes.
  • Document 2 : il est à exploiter avec vos connaissances pour démontrer que la myopie consiste en un défaut optique de l’œil.
  • Document 3 : il permet de repérer les zones actives lors de la vision par une personne myope ou non myope. Vous devez reconnaître les zones visuelles activées et les citer.

Organiser la réponse

Dans votre commentaire, il faut d’abord expliquer en quoi consiste le défaut dont il est question, ses symptômes (document 1) et à quoi il est dû. Vous restituez ainsi vos connaissances à l’aide du document 2. Il faut ensuite expliquer de quelle façon le port des lunettes peut corriger ce défaut. Cela fait appel à vos connaissances sur les lentilles.

Vous utiliserez le document 3 pour démontrer que la myopie n’est pas une anomalie du fonctionnement du cerveau. Le document 1 peut vous permettre de parler du rôle que peut jouer une myopie non corrigée dans l’apprentissage avant de conclure sur l’importance qu’il y a de s’occuper de ce défaut.

Corrigé

L’œil normal, c’est-à-dire sans défaut, fonctionne comme un instrument optique constitué d’une lentille convergente (l’ensemble cornée-cristallin) et d’un écran (la rétine) où se forme une image nette lorsque l’objet est vu de loin. Un objet éloigné envoie des rayons parallèles qui pénètrent dans l’œil à travers le cristallin. Cette lentille dévie les rayons parallèles vers un point, appelé foyer de la lentille, placé sur la rétine. L’objet paraît net si l’image se forme sur la rétine. Un œil myope est trop long ou doté d’un ensemble ­cornée-cristallin trop convergent. Dans ce cas, l’image nette se forme au foyer du cristallin qui est en avant de la rétine comme l’indique le document 2. La myopie est le défaut d’un œil qui voit flou de loin.

La myopie est corrigée par le port de lunettes aux lentilles divergentes. Ces lentilles écartent les rayons lumineux qui les traversent avant que la lentille convergente de l’œil les fasse converger plus loin, c’est-à-dire sur la rétine.

Ce défaut de vision est en général accompagné de maux de tête lorsqu’il n’est pas corrigé par le port de lunettes. Néanmoins, ni ces maux ni la myopie ne sont dus à une anomalie du fonctionnement du cerveau mais à celle du système optique de l’œil. Ceci est démontré grâce à l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf). En effet, lorsque l’œil voit un objet, certaines aires cérébrales s’activent. Cette activation est rendue visible par des couleurs grâce à l’IRMf : plus une zone de cerveau est activée lors de la vision, et plus la couleur apparaissant sur l’image est « chaude », c’est-à-dire jaune, orange ou rouge. On constate d’après le document 3 que les régions du cortex occipital correspondant aux aires visuelles primaires s’activent de la même façon pour deux sujets, l’un normal et l’autre myope, lorsqu’ils regardent un objet éloigné. Ceci démontre que la myopie n’est pas une anomalie du cerveau.

Cependant, la myopie chez un enfant peut nuire à l’apprentissage si elle n’est pas corrigée. Un retard dans l’apprentissage de la lecture peut par exemple être dû à la myopie. La lecture au tableau peut s’avérer impossible pour un élève atteint de myopie qui ne porte pas de lunettes ou qui n’a pas conscience du défaut de son œil.

D’après une enquête effectuée vers 1911, et relatée dans le document 1, un enfant sur six à cette époque était myope. Si ce chiffre est en augmentation de nos jours, suite au développement de l’utilisation d’écrans de toutes sortes, il devient urgent de se préoccuper de l’hygiène de la vue, et notamment de la myopie pour qu’elle ne compte plus parmi les multiples obstacles à l’apprentissage dans les écoles.