Nietzsche, Humain trop humain

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle Générale | Thème(s) : La justice
Type : Explication de texte | Année : 2020 | Académie : Inédit


Explication de texte

Nietzsche, Humain, trop humain

4 heures

20 points

Intérêt du sujet • Si j’ai bien travaillé et que l’on me récompense, peut-on considérer que cela est juste ? Bien sûr, j’ai fait des efforts, mais je les ai faits parce que cela m’était possible. Alors, pourquoi me récompense-t-on pour avoir fait ce que je pouvais faire ?

 

Expliquez le texte suivant :

Celui qui est puni ne mérite pas la punition : on se sert de lui que comme d’un moyen d’intimidation pour empêcher à l’avenir certains actes ; celui que l’on récompense ne mérite pas davantage sa récompense : il ne pouvait en effet agir autrement qu’il n’a agi. Ainsi la récompense n’a d’autre sens que d’être un encouragement pour lui et pour les autres, elle a donc pour fin de fournir un motif à de futures actions ; on acclame celui qui est en train de courir sur la piste, non pas celui qui est au but. Ni la peine, ni la récompense ne sont choses qui reviennent à l’individu comme lui appartenant en propre ; elles lui sont données pour des raisons d’utilité, sans qu’il ait à y prétendre avec justice. Il faut dire « le sage ne récompense pas parce qu’on a bien agi » de la même manière que l’on a dit « le sage ne punit pas parce qu’on a mal agi, mais pour empêcher que l’on agisse mal ». Si peine et récompense disparaissaient, du même coup disparaîtraient les motifs les plus puissants qui détournent de certaines actions et poussent à certaines autres, l’intérêt de l’humanité en exige la perpétuation.

Friedrich Nietzsche, Humain, trop humain, 1878.

La connaissance de la doctrine de l’auteur n’est pas requise. Il faut et il suffit que l’explication rende compte, par la compréhension précise du texte, du problème dont il est question.

 

Les clés du sujet

Repérer le thème et la thèse

Nietzsche se demande ici ce qui justifie et ce que visent les récompenses et les peines. Ont-elles un quelconque rapport avec la justice ?

Récompenses et punitions se donnent ordinairement pour des actes de justice : à chacun ce qui lui revient, tel est le principe central de la justice dite rétributive. Or, Nietzsche démontre dans ce texte qu’elles n’ont rien à voir avec la justice et s’ordonnent à une nécessité sociale.

Dégager la problématique

phiT_2000_00_06C_01

Repérer les étapes de l’argumentation

Tableau de 2 lignes, 2 colonnes ;Corps du tableau de 2 lignes ;Ligne 1 : 1. Punition et récompense visent des conduites (l. 1 à l. 7); Nietzsche réfute d’abord l’idée commune selon laquelle récompense et punition sont des actes de justice en ce qu’elles sont méritées par l’individu. En réalité, elles visent à produire des effets sur les actions futures d’un ensemble d’individus.; Ligne 2 : 2. Punition et récompense ont une utilité (l. 8 à l. 16); Nietzsche en déduit alors que les peines et les récompenses ne sont pas affaire de « justice » mais d’« utilité » : elles ont une motivation exclusivement sociale.;