Annale corrigée Ecriture d'invention Ancien programme

Orphée invite Eurydice à renaître en célébrant la vie

POÉSIE

Poète inspiré ? Poète qui inspire ? • Invention

12

fra1_1706_05_03C

Asie • Juin 2017

Séries ES, S • 16 points

Poète inspiré ? Poète qui inspire ?

Écriture d'invention

Ayant obtenu de ramener Eurydice des Enfers, Orphée, dans un élan d'enthousiasme, la prend par la main. Joignant la parole au geste, il l'invite à renaître en célébrant la vie.

En vous inspirant des documents du corpus, vous écrirez, sous la forme d'un texte poétique en prose, les paroles ­qu'Orphée adresse à Eurydice.

Le candidat peut s'appuyer sur les textes du corpus.

Les clés du sujet

Comprendre le sujet

Genre : « texte poétique » poésie. Mais « en prose ».

Sujet : « la vie ».

Type de texte : « célébrant » implique un éloge texte argumentatif.

Registre : non explicitement précisé.

Point de vue : celui d'Orphée, poète inspiré, amoureux et sensible.

Situation d'énonciation : qui ? Orphée ; à qui ? Eurydice ; quand ? au moment où les dieux ont permis à Orphée de ramener Eurydice des Enfers ; où ? sur le chemin de retour à la lumière terrestre.

Niveau de langue : soutenu (Orphée est un poète).

Caractéristiques du texte à produire définies à partir de la consigne :

Poème en prose (genre) qui argumente sur (type de texte) la (conception de la) vie (thème), lyrique ? épique ? didactique ? (registres), poétique, enthousiaste (adjectifs) pour célébrer la vie (buts).

Chercher des idées

Contraintes de fond

Le locuteur : Orphée. Respectez les données de la légende. Tirez aussi parti du poème de Jean Mambrino (texte D) et du tableau qui figure dans le corpus (document E).

« célébrer » signifie : honorer, faire l'éloge de, glorifier, chanter. Le mot a une connotation religieuse et musicale. Cela suggère un registre lyrique.

La thèse soutenue par Orphée : il faut profiter de la vie (le carpe diem des Épicuriens). Pour trouver des idées, vous pouvez aussi commencer les phrases par : Pour profiter de la vie, il faut…

Évitez les anachronismes. Respectez le contexte de l'Antiquité.

Contraintes de forme

Attention : « poème en prose » ; si vous composez un poème en vers, vous serez pénalisé, même si c'est une écriture plus difficile que la prose.

« texte poétique »/« enthousiasme » : enthousiasme signifie au sens propre « inspiration divine » (délire sacré qui saisit l'interprète de la divinité ; exaltation du poète sous l'effet de l'inspiration).

La poésie implique l'usage d'images frappantes (métaphores, personnifications, allégories…), d'exclamations (interjections), de phrases amples (avec anaphores, répétitions, accumulations…), d'hyperboles, de notations sensorielles, du vocabulaire affectif des émotions, de mots mélioratifs ou péjoratifs marqués subjectivement.

« l'invite à… » : Orphée donne une « leçon de vie » à Eurydice ; le ton peut être didactique et implique des conseils ou des ordres nuancés ; utilisez l'impératif, des expressions qui expriment l'obligation (« il faut, tu dois »…), des questions rhétoriques, le présent de vérité générale…

Les choix à faire

La teneur des propos d'Orphée : ils tournent autour du dernier mot d'Orphée dans le texte D « Vis » et du mot « vivre » de la consigne : le poète Orphée fait comprendre à sa femme ce que signifie « vivre ».

La conception de la « vie » selon Orphée : mettre en relief la beauté du monde (nature, êtres vivants…).

On doit sentir l'amour d'Orphée pour Eurydice (apostrophes affectives).

Tirez parti de la présence de la « lyre », objet emblématique d'Orphée.

Corrigé

Il faut vivre, Eurydice ! Non pas vivre toujours, mais qu'importe ? Oui, cette vie pour nous ne sera qu'un instant. Oui, cette loi dure et terrible, nous la subissons. Oui mais nous connaissons aussi sa beauté car n'est-ce pas plus beau quand rien n'est éternel ? S'enivrer d'un soleil que l'on verrait se lever jusqu'à la fin des temps ? Le bruissement d'une vague, le pépiement d'un oiseau, le souffle délicat d'un Zéphyr facétieux, tout cela deviendrait froid, languissant, navrant si l'on était condamné à toujours les goûter.

Faut-il être toujours ivre de vin, toujours ivre de nous ? Ivre de poésie, de joie, de vertu et d'oubli ? L'ivresse n'est qu'un instant. Elle n'est pas l'infini. Mais elle devient atroce quand elle est un destin. Mais elle est infinie quand elle peut finir et quand on se souvient que le Temps, horrible fardeau, peut nous broyer le dos, nous briser la nuque et nous jeter à terre. Tu le sais maintenant, toi qui sors du Tartare. Ah, elle est cruelle et sublime Eurydice, cette allégresse qui te rompt et t'élève à la fois ! Quelle jubilation parfaite et terrible, ô ma belle, que ce moment d'abîme et de gloire ! Les roses de la vie, on ne les cueille qu'une fois ! Viens mon enfant, ma sœur, viens pour qu'ensemble nous les rassemblions, et qu'ensemble nous renaissions.

Songe à la douceur de revoir la lumière, l'Aurore rougeoyante et le midi brûlant, le crépuscule sombre et la nuit mystérieuse. Songe à la joie de voir gonfler la mer profonde, comme la respiration d'un enfant qui dort. Songe à l'oiseau moqueur qui pépie, trille, piaille, appelle de ses vœux, du sommet d'un grand arbre, le printemps bienfaisant. Songe au vent chargé de parfums et d'encens, c'est lui qui fait tourner les étoiles, vois-tu ? Oui, dans ce monde-là qui fut le tien, dans ce monde où je te reconduis, tout est désordre et tout est volupté !

conseil

Dans une écriture d'invention, ne vous interdisez pas de faire des « clins d'œil » aux textes que vous connaissez par des expressions empruntées aux grands écrivains (ici Baudelaire) ou calquées sur leur style.

Chante, mon Eurydice, et je prendrai ma lyre ! Nous accorderons le bruissement des vents, le clapotis de l'eau, le cri aigu de l'aigle et nous attendrirons les rocs les plus blessants ! Exulte dans l'instant, va toucher l'étoile au bout de l'horizon, possède ce monde où nous allons tous deux, d'un même souffle ! Cours, vis, aime à loisir, brille de tous tes feux. Ton rire embrasera l'horizon morne et gris. Il rendra aux cieux leur profondeur suprême. On entendra l'écho de ta voix enchanteresse, et les âmes damnées des Enfers t'aimeront ! Chante, mon Eurydice, et tu seras ma lyre !

Accéder à tous les contenus
dès 6,79€/mois

  • Les dernières annales corrigées et expliquées
  • Des fiches de cours et cours vidéo/audio
  • Des conseils et méthodes pour réussir ses examens
  • Pas de publicités
S'abonner