Otra forma de viajar: el turismo solidario

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 1re Générale | Thème(s) : Identités et échanges
Année : 2020 | Académie : Sujet zéro


Identidades e intercambios

Otra forma de viajar: el turismo solidario

compréhension de l’oral

20 min

20 points

Intérêt du sujet • Le reportage présenté met en évidence l’intérêt de voyager de façon responsable et solidaire, pour aller à la rencontre de nouvelles cultures et vivre de nouvelles expériences.

 

Vous allez visionner trois fois le document ci-dessous.

DocumentoTurismo solidario

esp1_2000_14_00C_01

© rtve.es (16/6/1996)

voir la vidéo

En rendant compte, en français, du document, vous montrerez que vous avez compris les points ci-dessous.

Thème principal • nature et objectifs du programme présenté • fonction et portée du document.

 

Les clés du sujet

Identifier les caractéristiques clés du document (1re écoute)

esp1_2000_14_00C_02

Affiner sa compréhension (2e et 3e écoutes)

Tableau de 4 lignes, 2 colonnes ;Corps du tableau de 4 lignes ;Ligne 1 : 1. Intervention de la présentatrice; Observez bien le titre du document pour comprendre le thème et la portée du reportage.Identifiez la nature du programme présenté, les pays concernés et le nombre de personnes impliquées.; Ligne 2 : 2. Témoignage d’Ainhoa Romero; Identifiez la nature de son expérience (lieu et modalités) ainsi que ses envies.; Ligne 3 : 3. Intervention du directeur de CODESPA; Indiquez le type de logement proposé par la fondation et les activités que le voyageur peut expérimenter.; Ligne 4 : 4. Intervention de la responsable de l’ONG Afrikable; Identifiez le parcours de Mónica Herreras. Notez les apports du bénévolat et le profil des bénévoles.;

Corrigé

Script

Ainhoa Romero: Esta es la casa donde me quedé. Ella es Paulina, es la dueña.

Locutora: Ainhoa no quería ser una turista más. Se enteró del programa Rutas que la ONG CODESPA ha montado en Perú, Bolivia y Ecuador. Son las propias comunidades indígenas las que atienden a los viajeros y comparten con ellos sus actividades cotidianas.

José Ignacio González, director de Fundación CODESPA: Ofrecen vivienda muy sencilla, pero una vivienda en sus propias casas. Les dan de comer la comida tradicional. Les enseñan cómo se cultiva, cómo se cosecha, cómo se produce el pan.

Ainhoa Romero: Lo que a mí me apetecía, era meterme y conocer realmente, o sea la realidad del Perú, entonces para eso meterme y convivir con los indígenas y meterme en los pueblos que sí que son la realidad de lo que hay en Perú.

Locutora: Cincuenta mil personas de todo el mundo eligen este programa al año pero hay otros que dan un paso más. Se van de voluntarios con alguna ONG en sus vacaciones para trabajar en un proyecto. Mónica se fue a Kenia.

Mónica Herreras, responsable de vacaciones solidarias en la ONG Afrikable: Aprendes a ver las cosas de forma diferente, valoras mucho más lo que tienes, eso para empezar y también te enriqueces en el sentido en que te enseñan.

Locutora: Le gustó tanto que se quedó un año. Ahora ella se ocupa de otros voluntarios.

Mónica Herreras: Nosotros pedimos que sean personas flexibles, que tengan capacidad de adaptación, que sean tolerantes. Eso es lo más importante y que tengan ganas de colaborar.

Locutora: Querer ayudar pero también saber cómo hacerlo. Por eso pasan por un curso de formación antes de partir. Cuando llegan, se traen, dicen, más de una lección de vida.

Proposition de compte rendu en français

conseil

Suivez le rythme du reportage et les différents interlocuteurs pour organiser votre compte rendu : prenez en notes des mots-clés.

Ce reportage télévisé présente le tourisme solidaire : celui-ci consiste à se rendre directement chez l’habitant afin de partager le quotidien, la nourriture et la culture des populations locales.

Des ONG comme CODESPA proposent ce type de programme au Pérou, en Bolivie ou en Équateur. ­Ainhoa Romero raconte son expérience chez Paulina, qui lui a permis de vivre la vie quotidienne des Péruviens.

Au niveau mondial, environ 50 000 personnes pratiquent ce tourisme. D’autres vont encore plus loin et partent comme bénévoles pendant leurs vacances pour aider des ONG comme Afrikable à développer leur projet.

Selon Mónica Herreras, qui est allée au Kenya, cela permet de voir les choses différemment, de valoriser ce que l’on possède déjà et de s’enrichir grâce à ce que l’on apprend. Cette volontaire a beaucoup aimé le concept et a choisi de rester un an pour s’occuper d’autres bénévoles.

Vouloir apporter son aide est une chose, mais savoir le faire en est une autre. C’est pour cette raison que les bénévoles suivent une formation avant de partir. Cette expérience devient alors une leçon de vie.