Pigments et couleurs

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 1re ES - 1re L | Thème(s) : La formation des images. La couleur des objets
Type : Partie 2 | Année : 2011 | Académie : Inédit
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
Pigments et couleurs

Représentation visuelle

Corrigé

14

Physique-chimie

sci1_1100_00_29C

Sujet inédit

Représentation visuelle • 6 points

Document 1

Pigments et colorants

Qu’il le sache ou non, l’artiste qui manipule des couleurs utilise des pigments. Disons […] que ceux-ci ne sont rien d’autre que de la matière en poudre très fine ayant un pouvoir colorant intrinsèque. […]

Pour être utilisés, ils doivent être mêlés à un liant (« mouillés par un liant », disent les chimistes), formant ainsi une peinture ou ce que l’on appelle un « colorant ». […]

Lors de ce mélange du pigment avec le liant, nous sommes parfois déçus par l’assombrissement de la couleur. Il est presque impossible de garder intacte la teinte originelle et l’aspect pulvérulent du pigment. « Presque impossible » parce que le seul moyen d’y parvenir serait de l’exposer nu, sans protection, ce qui poserait d’insolubles problèmes de conservation. La fixation altère également l’aspect et la couleur du pigment. […]

Bien que certains pastellistes qui ne « fixent » pas leurs travaux s’approchent de la perfection (le pastel sec est particulièrement chargé de pigment), il n’existe pas, pour le moment, de véritable solution à ce problème. […]

Un pigment n’est pas une couleur

Les considérations chimiques et physiques évoquées ci-dessus nous rappellent une chose essentielle : un pigment n’est pas une couleur. C’est une matière. […] En diffusant la lumière, elle en absorbe une partie qui devient ce que nous nommons « sa couleur ». Fait tout aussi déterminant, celle-ci est altérée à la fois par le type de source(s) de lumière et par l’environnement : liants, adjuvants, support et bien sûr éclairage et atmosphère. Et ne parlons même pas de l’œil de l’observateur, qui est l’autre moitié du phénomène.

Document 2

La subtilité du pastel

L’expression « ton pastel » appartient au langage courant ; elle traduit une couleur douce et veloutée, celle d’une peinture au pastel. Une craie est un mélange compacté de pigments en poudre et d’une charge minérale blanche auquel on ajoute un liant assurant cohésion et plasticité.

Lorsqu’on dessine avec cette craie sur le papier un peu rugueux, des grains de couleurs se déposent par transfert et forment de minuscules et fragiles amas. La lumière qui vient les éclairer est en permanence renvoyée d’un grain à l’autre ; elle se charge en couleur avant de retourner vers l’extérieur d’une manière parfaitement diffuse. Le pastel­liste peut ainsi reproduire les nuances les plus délicates ou créer des rendus presque vaporeux. […]

D’après F. Delamare et B. Guineau, Les matériaux de la couleur,
Découvertes Gallimard, 2001.

>1. En utilisant le document 1 mis en rapport avec vos connaissances, expliquez ce qu’est un pigment et sa différence avec une couleur.

>2. Citez d’après le texte du document 1 ce qui peut altérer la couleur d’un pigment en justifiant.

>3. En utilisant les informations données dans les deux documents, émettez une hypothèse qui expliquerait pourquoi d’après l’auteur du document 1, les travaux des pastellistes « s’approchent de la perfection ».

Interpréter les questions

C’est un sujet à questionnement ouvert et multiple. Il faut donc rédiger vos réponses.

  • La première question demande de mobiliser vos connaissances sur les couleurs des objets pour expliquer la couleur des pigments. Les autres questions demandent de saisir les informations données par les documents.
  • Chaque question indique le ou les documents qu’il faut utiliser et vous dirige. Il faut suivre ces instructions pour ne pas se perdre dans la quantité d’informations qu’apportent les documents.

Comprendre les documents

  • Le premier document explique à deux reprises ce qu’est un pigment et vous dirige vers le chemin qui vous mènera sur la différence entre le pigment et la couleur.
  • Le document 1 apporte également les informations qu’il faut saisir pour expliquer ce qui peut altérer la couleur des pigments dans les peintures.
  • Le document 2 nous renseigne sur le pastel, les craies, leurs constituants et la manière dont ils réagissent à la lumière. Ce document nous explique les raisons qui, d’après leurs auteurs, rapprocheraient les pastellistes de la perfection.

Organiser la réponse

Ce type de sujet demande l’utilisation des documents pour répondre à plusieurs questions. Ces documents vous apportent les réponses mais il ne faut pas les recopier ni les paraphraser.

  • Répondez aux questions dans l’ordre mais de manière rigoureuse et courte en ce qui concerne les deux premières. Il faut gérer votre temps.
  • Expliquez la vision des couleurs en vous basant sur vos connaissances, puis utilisez les documents pour répondre aux autres questions.
  • La dernière question demande réflexion et mise en relation des différentes informations apportées par les deux documents.
Corrigé

>1. Un pigment est une matière colorée. La couleur d’un pigment, est elle, due au fait que cette matière éclairée par la lumière blanche, absorbe dans celle-ci certaines radiations colorées (et donc des longueurs d’ondes) et en diffuse d’autres. La couleur d’un pigment résulte de l’interprétation par le cerveau des longueurs d’ondes des radiations diffusées par sa matière.

>2. La couleur d’un pigment utilisé dans une peinture peut être altérée par plusieurs éléments.

Le liant et/ou l’adjuvant mouillent le pigment pour le lier et changent sa couleur.

Le support utilisé qui peut avoir une couleur propre qui s’ajoute à celle du pigment.

La fixation de la peinture utilise des produits colorés ou peut réagir avec celle-ci.

La lumière ou l’atmosphère (éclairage) est en partie responsable de la couleur du pigment, par diffusion et par la couleur de cette lumière.

L’œil de l’observateur, par ses particularités ou ses défauts, perçoit la couleur d’un pigment à sa manière.

>3. Le pastel et la craie sont constitués de particules très fines et fortement chargées de pigments. Ces particules diffusent la lumière de nombreuses fois, donnant une impression de couleur douce et vaporeuse qui s’approche des couleurs naturelles. De cette manière, le pastelliste s’approche de la perfection en s’approchant du naturel et probablement de la beauté, d’après l’auteur.