Presbytie ou rétinite ?

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 1re L - 1re ES | Thème(s) : La formation des images. La couleur des objets
Type : Partie 1 | Année : 2013 | Académie : Antilles, Guyane
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet & Corrigé
 
Presbytie ou rétinite ?

Représentation visuelle

Thèmes communs

sci1_1306_04_00C

Antilles, Guyane • Juin 2013

Représentation visuelle • 8 points

Madame A teste des lunettes adaptées à la presbytie chez son pharmacien et elle ne constate aucune amélioration de ses troubles visuels. Elle consulte un ophtalmologue qui suppose une maladie rétinienne et pratique des examens dont les résultats et l’explication de sa pathologie figurent dans le document 1.

Cette maladie est liée à une contraction de l’humeur vitrée qui provoque un « trou » au niveau de la rétine, occasionnant une baisse d’acuité visuelle de près.

L’ophtalmologue prévoit de lui pratiquer une vitrectomie (ablation de l’humeur vitrée remplacée par un liquide physiologique), suivie d’un traitement de la rétine qui devrait corriger son problème.

Document 1

Imagerie et description de la pathologie

a. Fond d’œil de l’œil droit de Madame A


Zone de la macula qui contient en son centre la fovéa

b. Imagerie par tomographie optique à cohérence (OCT) de la rétine de Madame A montrant la présence d’un trou maculaire

c. Imagerie par tomographie optique à cohérence (OCT) de la rétine d’un individu sans trou maculaire

D’après oct-optovue.com

Document 2

Comparaison du trajet de la lumière entre un œil normal et un œil presbyte


Document 3

Acuité visuelle et organisation de la rétine


1. L’excentricité correspond à l’angle d’un point donné de la rétine par rapport au centre de celle-ci, repéré par 0°. Plus on s’éloigne du centre de la rétine, plus l’excentricité augmente.

La fovéa, située à 0° d’excentricité, est la partie de la rétine où la vision des détails est la plus précise (acuité maximale). Elle est située dans le prolongement de l’axe optique de l’œil.

> Expliquez l’origine des anomalies visuelles de Madame A et les raisons qui l’avaient amenée à penser à une presbytie.

Vous développerez votre argumentation en vous appuyant sur les documents et vos connaissances (qui intègrent entre autres les connaissances acquises dans différents champs disciplinaires).

Interpréter la question

Dans un premier temps, vous devez analyser les documents tel un praticien qui, à partir des symptômes et des examens cliniques, propose un diagnostic. On attend de vous que vous expliquiez la cause des troubles visuels de Mme A : la rétinite (dégénérescence de la rétine) mais aussi la cause de la rétinite. Ce n’est pas forcément long, mais il faut utiliser les documents les uns avec les autres. Dans la deuxième partie de la question, vous devez expliquer ce qu’est la presbytie à l’aide du document 2 et de vos connaissances et mettre cela en relation avec les symptômes de Mme A pour expliquer pourquoi elle pensait en être atteinte.

Comprendre les documents

  • Document 1 : ces photos permettent de visualiser l’aspect externe de la rétine de Mme A en comparaison avec celle d’une personne ayant une vision normale. Ne cherchez pas à interpréter les différences de couleur.
  • Document 2 : il présente le trajet des rayons lumineux issus d’un objet dans un œil atteint de presbytie et dans un œil normal. Vous devez montrer pourquoi un œil presbyte entraîne une vision centrale floue de près – ce qui correspond au symptôme dont souffre Mme A – et l’expliquer à l’aide de vos connaissances sur le cristallin.
  • Document 3 : document de référence qui rappelle que la fovéa est la zone de la rétine sur laquelle les images sont le mieux discriminées (vision nette des détails). Vous devez savoir qu’elle ne comprend que des cônes, et en nombre très élevé.

Organiser la réponse

Comme dit précédemment, la réponse doit s’articuler autour de deux temps : d’une part, expliquer l’origine des symptômes de Mme A à l’aide de l’analyse des documents 2 et 3 mis en relation, et interprétés grâce à vos connaissances et, d’autre part, expliquer pourquoi Mme A pouvait logiquement penser que ses symptômes étaient ceux de la presbytie à l’aide du document 2. Vous pouvez commencer par l’un ou l’autre. On n’attend pas forcément de vous que vous parliez à la première personne en vous adressant à Mme A.

Corrigé

Mme A souffre d’une vision floue de près.

Sur l’examen clinique de la rétine de Mme A, on observe un « trou » au niveau de la rétine centrale (fovéa) au lieu d’une simple dépression visible au niveau d’une rétine normale. Or, cette zone qui correspond à la vision centrale (les images des objets que l’on fixe s’y forment), est celle qui permet le mieux de discriminer les détails des images : l’acuité visuelle y est dix fois plus élevée qu’au niveau de la rétine se trouvant à 20° de distance.

Les examens montrent aussi que l’humeur vitrée exerce une pression trop forte sur la fovéa, ce qui explique le creusement et permet de comprendre le traitement proposé (vitrectomie).

On peut supposer qu’au niveau de la fovéa, les cônes (photorécepteurs actifs en vision diurne et responsables de la vision des couleurs) ont été atteints. En effet, ce sont les seuls photorécepteurs présents au niveau de la fovéa où ils sont particulièrement nombreux. C’est probable, car le médecin parle de rétinite et de traiter la rétine, ce qui vise probablement à rétablir l’activité des cônes.

La vision de loin de Mme A est nette, donc les images des objets éloignés se forment de façon nette sur la fovéa, ce qui laisse supposer que, si les cônes sont atteints, cela n’est pas encore trop grave.

Mme A a donc un excès d’humeur vitrée qui provoque une pression sur la fovéa et une dégénérescence des cônes lente. La vitrectomie est indispensable pour empêcher l’atteinte des cônes de s’étendre.

Elle pouvait logiquement supposer qu’elle était atteinte de presbytie car les symptômes de la presbytie sont identiques : du fait de l’âge, le cristallin perd de sa souplesse et ne peut plus accommoder (il ne peut plus se bomber afin d’augmenter sa vergence). Ainsi, comme le montre le document 2, les images des objets rapprochés formés par un œil presbyte (cristallin peu bombé par rapport à celui d’un œil normal) ne se forment pas sur la rétine : les rayons sont interceptés avant d’avoir pu converger totalement, ce qui donne une image floue sur la fovéa.

L’hypothèse de la presbytie était donc tout à fait plausible si l’on prenait simplement en compte les symptômes.