Prévention et lutte contre la fièvre typhoïde

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 3e | Thème(s) : Le corps humain et la santé
Type : Exercice | Année : 2017 | Académie : France métropolitaine

SVT

Le corps humain et la santé

30

sci3_1709_07_00C

France métropolitaine • Septembre 2017

svt • 25 points

Prévention et lutte contre la fièvre typhoïde

Suite à l’ingestion d’eau provenant d’un puits, des habitants ont été infectés par une bactérie (Salmonella typhi) qui est responsable de la fièvre typhoïde. Les symptômes comprennent une fièvre aiguë (39 °C-40 °C) et prolongée, des malaises, des maux de tête, une constipation ou une diarrhée suivant les cas.

On s’intéresse aux moyens médicaux afin de soigner ces individus et de prévenir une nouvelle contamination des habitants.

document 1 Comptage des cellules sanguines chez un habitant malade et chez une personne non atteinte de typhoïde

Cellules sanguines

Nombre de cellules par mm³ de sang

Individu sain

(valeurs normales)

Individu malade présentant une infection bactérienne

Hématies

(globules rouges)

4 000 000 à 5 700 000

4 900 000

Leucocytes

(globules blancs)

4 000 à 10 000

13 600

Plaquettes

150 000 à 400 000

310 000

1. Identifier, en comparant les données du document 1, les cellules sanguines susceptibles d’être impliquées dans la défense de l’organisme lors d’une infection par les bactéries Salmonella typhi.

On met en culture des bactéries en présence de deux antibiotiques afin de rechercher lequel est le plus approprié pour soigner les individus malades.

document 2 Évolution du nombre de bactéries en fonction du temps, en présence ou non d’un antibiotique A ou B

sci3_1709_07_00C_01

2. Proposer, en justifiant à l’aide du document 2, l’antibiotique le plus approprié dans le cas d’une infection par cette bactérie Salmonella typhi.

Les bactéries Salmonella typhi portent des antigènes qui induisent la production d’anticorps lors de l’infection. Afin de protéger les habitants utilisant l’eau du puits, les médecins décident d’organiser une campagne de vaccination* contre la typhoïde.

*Vaccination : procédé consistant à introduire un agent extérieur dans un organisme vivant afin de créer une réaction immunitaire (sans induire la maladie).

document 3 Variation du taux d’anticorps en fonction du temps après contact avec un antigène

sci3_1709_07_00C_02

Personne non vaccinée et contaminée par un antigène.

sci3_1709_07_00C_03

Personne vaccinée contre un antigène et contaminée par ce même antigène.

3. En vous appuyant sur l’exploitation du document 3, argumenter l’intérêt de vacciner contre la typhoïde la population utilisant l’eau du puits.

Les clés du sujet

Comprendre les documents

Le document 1 est un tableau comparant le nombre des différentes cellules sanguines chez un individu sain et chez un individu présentant une infection bactérienne.

Le graphique du document 2 montre l’évolution du nombre de bactéries dans une culture en présence ou non d’antibiotique A ou B.

Le document 3 est composé d’un texte expliquant ce que sont un antigène et une vaccination, et de deux graphiques qui montrent l’évolution du taux d’anticorps chez les personnes vaccinées ou non en contact avec l’antigène.

Répondre aux questions

1. Compare le nombre de chaque type de cellules afin d’identifier celles qui agissent en cas d’infection.

2. Compare l’évolution du nombre de bactéries pour les trois cas afin de savoir quel antibiotique permet la destruction du maximum de bactéries.

3. Après avoir apporté des connaissances sur la relation antigène/anticorps, tu dois trouver les arguments permettant de montrer l’intérêt de la vaccination contre la typhoïde chez la population utilisant l’eau du puits contaminée.

Corrigé

Corrigé

info +

Les cellules impliquées dans la défense contre les bactéries doivent être plus nombreuses en cas d’infection.

1. D’après les résultats du tableau, le nombre de globules rouges et de plaquettes en cas d’infection est compris entre les valeurs normales. Par contre, il y a une augmentation du nombre de leucocytes (13 600) qui est supérieur au maximum des valeurs normales (10 000).

Comme ils sont plus nombreux dans le cas d’un habitant atteint de typhoïde, les leucocytes doivent être les cellules sanguines impliquées dans la défense de l’organisme lors d’une infection par les bactéries Salmonella typhi.

2. Dans la culture de bactéries témoin sans antibiotique, le nombre de bactéries augmente, passant de 105 à 109 en 8 heures. La population de bactéries est multipliée par 10 000 au cours de l’expérience.

En présence des deux antibiotiques, le nombre de bactéries diminue. Cependant, dans le cas de l’antibiotique B, le nombre de bactéries diminue plus rapidement que pour l’antibiotique A. On atteint 104 bactéries en 6 heures pour l’antibiotique B et en 10 heures pour le A.

C’est donc l’utilisation de l’antibiotique B qui est la plus appropriée dans le cas d’une infection par les bactéries Salmonella typhi.

3. D’après le texte, les bactéries Salmonella typhi portent des antigènes qui déclenchent la production d’anticorps par le système immunitaire. Ces anticorps sont responsables de la défense contre les bactéries qu’ils neutralisent.

La vaccination consiste à introduire un agent extérieur ou antigène atténué dans un organisme vivant afin de créer une réaction immunitaire contre lui sans déclencher la maladie.

D’après le document 3, la présence d’un antigène chez une personne non vaccinée entraîne la production de moins de 10 unités arbitraires d’anticorps entre le 7e et le 21e jour suivant la contamination. D’autre part, la présence de l’antigène chez une personne vaccinée entraîne la production de plus de 1 000 unités arbitraires d’anticorps entre le 2e et le 28e jour suivant la contamination. La comparaison montre que chez la personne vaccinée, la production d’anticorps, et donc la réponse immunitaire, est plus importante, plus rapide et plus longue.

info +

On peut utiliser les antibiotiques en cas d’infection à titre curatif et la vaccination comme moyen préventif.

La vaccination permet ainsi une meilleure défense immunitaire et la destruction des bactéries avant qu’elles ne provoquent la maladie, elle est donc intéressante pour la population utilisant l’eau du puits afin de lutter contre la typhoïde.