Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle L | Thème(s) : Le bonheur
Type : Explication de texte | Année : 2017 | Académie : France métropolitaine

phiT_1706_07_00C

2

France métropolitaine • Juin 2017

explication de texte • Série L

Rousseau

Expliquer le texte suivant :

Un Auteur célèbre1, calculant les biens et les maux de la vie humaine et comparant les deux sommes, a trouvé que la dernière surpassait l’autre de beaucoup et qu’à tout prendre la vie était pour l’homme un assez mauvais présent. Je ne suis point surpris de sa conclusion ; il a tiré tous ses raisonnements de la constitution de l’homme Civil : s’il fût remonté jusqu’à l’homme Naturel, on peut juger qu’il eût trouvé des résultats très différents, qu’il eût aperçu que l’homme n’a guère de maux que ceux qu’il s’est donnés lui-même, et que la Nature eût été justifiée. Ce n’est pas sans peine que nous sommes parvenus à nous rendre si malheureux. Quand d’un côté l’on considère les immenses travaux des hommes, tant de Sciences approfondies, tant d’arts inventés ; tant de forces employées ; des abîmes comblés, des montagnes rasées, des rochers brisés, des fleuves rendus navigables, des terres défrichées, des lacs creusés, des marais desséchés, des bâtiments énormes élevés sur la terre, la mer couverte de Vaisseaux et de Matelots ; et que de l’autre on recherche avec un peu de méditation les vrais avantages qui ont résulté de tout cela pour le bonheur de l’espèce humaine, on ne peut qu’être frappé de l’étonnante disproportion qui règne entre ces choses, et déplorer l’aveuglement de l’homme qui, pour nourrir son fol orgueil et je ne sais quelle vaine admiration de lui-même, le fait courir avec ardeur après toutes les misères dont il est susceptible et que la bienfaisante nature avait pris soin d’écarter de lui.

Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, 1755.

1. Il s’agit de Maupertuis, philosophe et mathématicien (1698-1759).

La connaissance de la doctrine de l’auteur n’est pas requise. Il faut et il suffit que l’explication rende compte, par la compréhension précise du texte, du problème dont il est question.

Les clés du sujet

Dégager la problématique du texte

Si l’on fait le constat des malheurs de l’homme et des conflits qui ont marqué l’histoire, on peut s’interroger sur la bonté de sa nature et sa capacité à être heureux. L’homme est-il incapable de trouver le bonheur ?

Tout dépend de l’analyse que l’on fait de l’être humain. Rousseau reproche à Maupertuis dans ce texte de conclure trop vite de manière pessimiste à l’impossibilité d’être heureux. Rousseau montre par la distinction entre l’homme à l’état de nature et l’homme à l’état civil qu’il n’y a pas de fatalité car la nature aurait été plutôt bonne et les maux ne sont que le résultat de l’histoire des êtres humains.

Repérer la structure du texte et les procédés d’argumentation

Rousseau commence par critiquer le constat fait par Maupertuis qui aurait confondu état naturel et état civil de l’homme.

Il établit ensuite un paradoxe : l’homme a déployé beaucoup d’énergie pour peu de bénéfices.

Enfin, il explique que l’homme est victime de son propre orgueil né de sa vie en société.

Éviter les erreurs

Si ce texte ne semble pas présenter de difficulté majeure de compréhension, il convient de bien problématiser pour éviter d’être simplement dans la paraphrase.

Il faut avoir à l’esprit que la distinction entre état de nature et état civil n’est qu’une hypothèse méthodologique pour étudier l’être humain.