Selon un auteur contemporain, le théâtre est le divertissement le plus complet. Qu'en pensez-vous ?

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 1re STI2D - 1re STMG - 1re ST2S - 1re STL | Thème(s) : Le théâtre, texte et représentation
Type : Dissertation | Année : 2013 | Académie : Polynésie française
 
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
Un divertissement complet
 
 

Un divertissement complet • Dissertation

fra1_1309_13_02C

Le Théâtre

15

CORRIGE

 

Polynésie française • Septembre 2013

Le texte théâtral et sa représentation • 14 points

Dissertation

> Selon un auteur contemporain, le théâtre est le divertissement le plus complet, car il associe le plaisir du texte à celui du jeu des acteurs et à celui des décors. Qu’en pensez-vous ?

Vous développerez votre argumentation en vous appuyant sur les documents du corpus et sur les pièces que vous avez lues et vues durant l’année.

Comprendre le sujet

  • Les mots « texte » et « jeu des acteurs/décors » rappellent la dualité du genre théâtral : texte écrit par un auteur et représentation par une troupe.
  • Le mot « plaisir » incite à chercher ce qui est agréable dans le théâtre.
  • La problématique est : quels plaisirs peuvent apporter le texte théâtral ? la représentation ? la combinaison de ces deux composantes ?
  • « Qu’en pensez-vous » n’invite pas ici à discuter de l’expression « le plus complet » (par rapport à d’autres « divertissements »), mais à montrer que le théâtre est un genre riche, à la fois une œuvre littéraire et un spectacle.

Chercher des idées

  • Scindez cette problématique en plusieurs sous-questions que vous essaierez de varier en modifiant les mots interrogatifs :

« Peut-on trouver du plaisir à lire une pièce sans assister à sa représentation ? » ; « Que gagne une pièce à être représentée (ou vue) ? » ; « Quels éléments le spectacle ajoute-t-il au texte théâtral ? »

  • Comme vous aurez à faire souvent référence à l’idée de « plaisir », constituez une réserve de mots pour éviter les répétitions : plaire, plaisant ; agrément, agréable ; réjouir, réjouissant ; satisfaction ; divertir, divertissant, divertissement ; distraire, distraction, distrayant ; bienfait
  • Utilisez les textes du corpus et constituez-vous un répertoire d’exemples de pièces que vous avez lues ou vues.

> Pour réussir la dissertation : voir guide méthodologique.

> Le théâtre : voir mémento des notions.

Corrigé

Le corrigé se présente sous forme de plan et ne comporte que quelques exemples. Vous devez le compléter avec des exemples personnels.

Les titres en couleurs et les indications entre crochets servent à guider la lecture mais ne doivent pas figurer sur la copie.

Introduction

[Amorce] « Je ne fais pas de la littérature. Je fais une chose tout à fait différente ; je fais du théâtre », affirme Eugène Ionesco. Par cette boutade provocatrice, il souligne une spécificité qui fait de ce genre [Problématique] un divertissement très complet. [Annonce du plan] Sa particularité est d’être un genre « double » qui mêle texte et représentation, et dont chaque composante apporte des plaisirs distincts et complémentaires.

I. Les plaisirs du théâtre lu ou entendu

1. Le plaisir de lire une pièce

Musset au xixe siècle a composé Spectacle dans un fauteuil, recueil composé de pièces destinées à être lues. Quels sont donc les plaisirs particuliers qu’offre la lecture d’une pièce ?

  • Le texte théâtral fournit l’essentiel pour comprendre et apprécier la dynamique de la pièce, son intrigue, ses rebondissements, imaginer les personnages, leur caractère, leur physique [exemples personnels].
  • Les didascalies externes – fréquentes dans les pièces modernes – permettent d’imaginer les décors, les mouvements et les gestes des personnages, leurs mimiques et leurs intonations [exemples personnels].
  • Lire une pièce ménage un espace de liberté : on fragmente sa lecture, on revient en arrière, on relit un passage qu’on a aimé. On se représente librement les personnages, leurs aspects, leurs voix… [Exemples personnels]
  • Lire une pièce procure le plaisir d’une participation active à la création : on se met dans la peau d’un interprète, on prend plaisir à imaginer soi-même la mise en scène [exemples personnels].

2. La spécificité du texte théâtral, « poème dramatique »

Le texte théâtral n’est pas un texte banal. C’est un texte littéraire.

  • Une pièce repose sur un texte assez réduit (par rapport à d’autres genres littéraires) donc dense. Il mobilise des sentiments, des passions plus intenses que dans la vie. Sa charge passionnelle – notamment dans les tragédies – crée une émotion particulière[exemples personnels].
  • Le texte théâtral, fruit d’un travail artistique, procure un plaisir esthétique. Parfois proche de la poésie, il enchante l’imagination : exemples des images poétiques chez Musset ou Giraudoux ; la définition d’un baiser par Cyrano dans la pièce de Rostand.
  • Il est aussi beau à entendre, comme dans un enregistrement : exemples la musicalité du vers dans la tirade de Bérénice de Racine : « Dans un mois, dans un an… » ; les imprécations de Camille dans Horace de Corneille.

[Transition] Mais une pièce de théâtre est faite pour être jouée ; plaisir du texte, certes, mais associé au plaisir de la représentation.

II. Le plaisir de la représentation

1. Le théâtre, un spectacle vivant

Victor Hugo a dit du théâtre : « Il y a des cœurs humains sur la scène, des cœurs humains dans la coulisse, des cœurs humains dans la salle. »

  • La présence du public procure le plaisir de s’intégrer à un groupe qui vibre à l’unisson et de participer à la création collective du spectacle. Ionesco compare le spectacle de théâtre à un match, où la présence d’un public amplifie ce qui se passe sur scène.
  • La représentation est une fête pour les sens : décors, costumes et éclairages sont source de plaisir esthétique [exemples personnels]. Les acteurs qui incarnent « en chair et en os » des personnages leur donnent une voix (inflexions, beauté des timbres…), une présence : « Il n’y a pas de théâtre sans incarnation » (Mauriac).
  • Le plaisir de ressentir des émotions fortes, de l’illusion théâtrale : le théâtre se vit, il ne se pense pas. L’illusion théâtrale a une grande force émotive ; elle permet de représenter un spectacle plus vrai que le réel.
  • Une représentation de théâtre n’est jamais la même, l’œuvre est chaque jour réinterprétée. Le théâtre vivant apporte le plaisir de la variété.

2. La position privilégiée du spectateur

Le spectateur a un statut privilégié, qui lui procure un plaisir peu commun.

  • Le texte théâtral a ceci de particulier (par rapport à la vie réelle) qu’il est fondé sur une double énonciation : le personnage s’adresse aux autres personnages mais aussi au public. Grâce aux apartés, aux monologues qui ne produisent leur effet qu’à la représentation, le spectateur se sent impliqué, intégré à la représentation comme un personnage [exemples personnels].
  • Le spectateur exerce un privilège qu’il n’a pas dans la vie : sans pouvoir intervenir sur scène, il sait tout, voit tout, plus que les personnages eux-mêmes [exemples personnels].
  • Il vit en direct et de l’intérieur les émotions et sentiments, il « compatit » au sens étymologique [exemples personnels].

3. La rencontre d’un texte et de son interprétation

La mise en scène est une interprétation du texte.

  • La représentation donne la satisfaction de mieux comprendre l’œuvre, de découvrir des aspects que l’on n’avait pas saisis à la lecture (les décors éclairent l’époque, des gestes et des objets symboliques aident à mieux comprendre un personnage…) [exemples personnels].
  • Les choix du metteur en scène ouvrent des pistes inattendues pour le sens de la pièce, ce qui offre le plaisir de la nouveauté. Par exemple, la transposition de l’action à une autre époque : Ariane Mnouchkine fit en 1995 de Tartuffe un intégriste musulman.
  • Enfin, le texte est unique, la représentation multiple – chaque metteur en scène apporte sa vision personnelle. En comparant différentes interprétations, le spectateur goûte au plaisir de la diversité [exemples personnels].

Conclusion rédigée

 

Attention

Pour terminer votre conclusion par un élargissement de la problématique, faites appel à vos connaissances scolaires mais aussi extrascolaires (autres arts, actualité…).

[Synthèse] Lire une pièce est divertissant, mais la voir représentée apporte encore plus de plaisir car le spectacle donne à une pièce toute sa dimension. Les deux expériences se complètent et s’enrichissent mutuellement pour le plus grand plaisir du public. [Ouverture] Cependant, le théâtre n’est-il que « divertissement » ? Molière, qui avait pour but d’amuser son public, entendait aussi le faire réfléchir ; les auteurs de tragédies veulent susciter des émotions chez les spectateurs mais ils exploitent aussi la vertu cathartique de leurs œuvres. Le théâtre est un genre complet parce qu’à la fois il « instruit et plaît ».