Socialisation et participation politique

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : La participation politique
Type : Sujet de spécialité | Année : 2012 | Académie : Inédit
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
&nbsp
Socialisation et participation politique

La participation politique

Corrig&eacute

52

Sciences sociales&hellip

sesT_1200_00_52C

Sujet z&eacute ro

enseignement de sp&eacute cialit&eacute &bull 20 points

&gt   Quel est le r&ocirc le de la socialisation dans la formation des attitudes et des comportements politiques  ?

Document

Les convictions politiques et religieuses sont, toujours aujourd&rsquo hui, ce qui se transmet le mieux. Bien que s&rsquo effritant quelque peu dans la dynamique g&eacute n&eacute rationnelle, le clivage gauche-droite en France continue de structurer les identit&eacute s. Quatre Fran&ccedil ais sur dix (41  %) s&rsquo in&shy scrivent dans la continuit&eacute des choix de gauche ou de droite de leurs parents. Si l&rsquo on rajoute ceux qui reconnaissent une filiation apolitique, ni de gauche ni de droite &ndash et ils sont tendanciellement de plus en plus nombreux (29  % en 2007) &ndash , la continuit&eacute politique domine et concerne les deux tiers des Fran&ccedil ais (65  %). Si la connaissance du vote appara&icirc t plus incertaine entre parents et enfants, les grandes affiliations id&eacute ologiques constituent des rep&egrave res importants et relativement stables dans l&rsquo histoire des familles.

Reste une proportion non n&eacute gligeable, un tiers, pour qui la transmission parentale n&rsquo a pas jou&eacute dans le sens de la continuit&eacute . Les chemins de l&rsquo h&eacute ritage ont pu se brouiller en raison de l&rsquo h&eacute t&eacute rog&eacute n&eacute it&eacute ou de la discordance des choix parentaux. Les cas de vraies ruptures restent marginaux. Seuls 10  % des Fran&ccedil ais ont chang&eacute de camp politique par rapport &agrave leurs deux parents, passant &agrave gauche alors qu&rsquo ils ont deux parents situ&eacute s &agrave droite (le cas le plus fr&eacute quent), ou passant &agrave droite alors que leurs deux parents sont positionn&eacute s &agrave gauche. La transmission politique est d&rsquo autant plus effective que l&rsquo homog&eacute n&eacute it&eacute des choix parentaux est affirm&eacute e. Et les m&egrave res y jouent un r&ocirc le particuli&egrave rement d&eacute terminant. [&hellip ]

Le rep&eacute rage politique &eacute l&eacute mentaire entre la gauche et la droite est charg&eacute affectivement dans l&rsquo histoire des familles. Se dire de gauche, de droite, ou ni de gauche ni de droite, est un attribut de l&rsquo identit&eacute souvent h&eacute rit&eacute . Mais le vote &eacute chappe davantage &agrave cette logique de continuit&eacute et d&rsquo homog&eacute n&eacute it&eacute . On peut &ecirc tre de gauche comme ses parents mais ne pas voter comme eux. M&ecirc me chose &agrave droite. Ainsi, 43  % des Fran&ccedil ais reconnaissent ne pas voter comme leurs parents, et les femmes en nombre encore plus important que les hommes (41  % contre 39  %), et ce dans une m&ecirc me proportion &agrave gauche qu&rsquo &agrave droite1.

Bien que centrale dans l&rsquo exp&eacute rience affective, la famille conna&icirc t l&rsquo &eacute clatement, les recompositions, une diversification de ses formes propres. Depuis un certain temps, le doute, en mati&egrave re de politique, la d&eacute fiance, le d&eacute senchantement, le brouillage des identifications touchent toutes les g&eacute n&eacute rations.

Anne Muxel, Toi, moi et la politique. Amour et convictions,

&Eacute ditions du Seuil, 2008.

1. Enqu&ecirc te CSA, f&eacute vrier  2007.

Entrer dans le sujet, d&eacute finir les mots cl&eacute s

  • La socialisation, processus d&rsquo apprentissage et d&rsquo int&eacute riorisation par un individu des &eacute l&eacute ments socioculturels de son milieu social, commence d&egrave s la petite enfance, aupr&egrave s de la famille, et se poursuit tout au long de la vie, aupr&egrave s d&rsquo autres instances (&eacute cole, groupes interm&eacute diaires, m&eacute dias, milieu professionnel&hellip ).
  • Les attitudes politiques peuvent &ecirc tre assimil&eacute es aux opinions ou aux id&eacute es politiques, alors que les comportements politiques rassemblent les actions li&eacute es &agrave l&rsquo activit&eacute politique  : assistance &agrave une r&eacute union politique, vote, adh&eacute sion &agrave un parti politique, militantisme, candidature &agrave une &eacute lection&hellip

Analyser le document

  • L&rsquo auteur du texte, sp&eacute cialiste de la socialisation politique, met en &eacute vidence la &laquo   continuit&eacute politique  &raquo entre g&eacute n&eacute rations, c&rsquo est-&agrave -dire un positionnement identique &agrave celui des parents sur l&rsquo &eacute chelle gauche-droite, pour 65  % des Fran&ccedil ais. La discontinuit&eacute politique, minoritaire, d&eacute coule souvent des trajectoires individuelles, qui peuvent amener &agrave des ruptures radicales avec l&rsquo ancrage du milieu familial, dans 10  % des cas environ. Anne Muxel souligne le r&ocirc le particulier des m&egrave res pour la &laquo   reproduction  &raquo politique lorsque les parents ont des choix homog&egrave nes.
  • La transmission s&rsquo effectue moins bien pour le vote, o&ugrave les enfants s&rsquo affranchissent davantage de l&rsquo influence parentale, y compris lorsqu&rsquo ils d&eacute clarent partager les positions de leurs parents. La fin du texte &eacute tablit un parall&egrave le entre la remise en cause du mod&egrave le familial traditionnel et le &laquo   d&eacute senchantement  &raquo &agrave l&rsquo encontre du politique.

D&eacute finir le plan

Votre r&eacute ponse pourra s&rsquo articuler autour de deux parties  :

I.  La socialisation familiale joue un r&ocirc le d&eacute terminant pour la formation des attitudes et des comportements politiques.

II. L&rsquo influence de la socialisation familiale doit &ecirc tre relativis&eacute e car d&rsquo autres facteurs doivent &ecirc tre pris en compte.