Structure d’une fleur de lys

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : Génétique et évolution
Type : Restitution des connaissances | Année : 2017 | Académie : Inédit

 

svtT_1705_00_01C

44

QCM no 6 • FESIC 2017

La vie fixée des plantes

Structure d’une fleur de lys

On étudie la structure d’une fleur de lys.

document 1 Photographie de fleur de lys jaune

svtT_1705_00_01C_01bis

Ph© Joëlle Vidal

document 2 Différents diagrammes floraux

svtT_1705_00_01C_02

Répondez par vrai ou faux.

a) Le diagramme floral de la fleur de lys correspond au numéro 3.

b) Les étamines contiennent les gamètes mâles de la fleur.

c) Le diagramme numéro 2 correspond à une fleur stérile.

d) Il existe quatre groupes de gènes du développement qui gouvernent la mise en place de la fleur.

Corrigé

Corrigé

a) Vrai. Le diagramme numéro 3 indique une fleur avec deux cycles de 3 pétales à l’extérieur, un cycle de 6 étamines non soudées et, au centre, un pistil constitué de 3 carpelles soudés. Cette structure de fleur est conforme à la photographie. En particulier les 3 stigmates visibles au centre de la fleur, qui indiquent que le pistil est constitué de 3 carpelles, et l’ovaire qui forme un tout indique que ces 3 carpelles sont soudés.

b) Vrai. Les étamines produisent et libèrent les grains de pollen, d’ailleurs visibles sur les pétales de la photographie. Chaque grain de pollen contient un futur gamète mâle.

c) Vrai. Le diagramme floral numéro 2 montre uniquement des cycles de sépales et de pétales. Sépales et pétales sont des pièces florales stériles. Cette fleur manque d’étamines et de pistil, lesquels sont respectivement les pièces mâles et les pièces femelles de la fleur.

d) Faux. Il existe non pas quatre groupes de gènes de développement mais trois. Les gènes du groupe A, qui, en s’exprimant seuls, déterminent les sépales, les gènes des groupes A et B, qui, en s’exprimant dans le même territoire, déterminent les pétales, les gènes des groupes B et C, qui, en s’exprimant dans le même territoire, déterminent les étamines et, enfin, les gènes du groupe C, qui, en s’exprimant seuls, entraînent la mise en place du pistil.