Sujet de type Bac pro

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Séries industrielles | Thème(s) : Sujet de Bac pro complet

SUJET Série de questions à partir d’un dossier documentaire

En vous appuyant sur vos connaissances et sur les annexes fournies, répondre aux questions suivantes sur votre copie.

1. L’environnement économique

Prendre connaissance de l’annexe 1.

1.1. Donner la signification de « PIB ».

1.2. Expliquer comment se calcule le PIB d’un pays et le PIB par habitant.

1.3. Expliquer, en donnant des exemples, les expressions suivantes : services marchands, services non marchands, secteurs d’activité.

1.4. Analyser la répartition de la production par secteurs d’activités.

1.5. Classer par ordre décroissant les agents économiques participant à la production.

1.6. Indiquer, en une phrase, l’activité principale de chaque agent économique.

2. Les conflits du travail

Prendre connaissance de l’annexe 2.

2.1. Définir la grève, le lock-out.

2.2. Indiquer les conséquences de la grève pour le salarié.

2.3. Citer les deux motifs pouvant justifier la fermeture de l’entreprise par l’employeur et donner pour chacun deux exemples.

2.4. Expliquer le terme « débrayages » et indiquer les conséquences qui peuvent en découler.

2.5. Préciser les conditions dans lesquelles l’employeur peut fermer l’entreprise pour des raisons liées à la sécurité.

2.6. Indiquer la suite juridique donnée à l’arrêt du site de production Rhodia.

2.7. Expliquer le rôle de la Cour de cassation.

partie 2Sujet au choix du candidat

Indiquez sur votre copie le sujet que vous avez choisi (A, B ou C).

Dans un développement structuré, vous traiterez le sujet choisi à partir de vos connaissances en vous référant à la spécialité du baccalauréat professionnel que vous présentez.

sujet A Le marché du travail

En prenant appui sur votre expérience en entreprise, sur vos connaissances et sur l’annexe 3, présentez dans un développement structuré les principales caractéristiques du marché du travail.

En introduction, présentez votre secteur professionnel, votre spécialité ainsi que les types d’organisations dans lesquelles vous pourriez travailler.

À titre indicatif, dans le développement vous pourrez aborder certains des thèmes suivants :

- les différents contextes d’exercice du métier ;

- les différents indicateurs du marché du travail ;

- l’importance du secteur professionnel dans l’économie ;

- les principaux contrats de travail ;

- les enjeux de la formation pour les salariés et les organisations ;

- la gestion des ressources humaines.

Tout autre thème pertinent sera valorisé !

En conclusion, vous présenterez la situation des jeunes de 15-24 ans en matière d’emploi.

sujet B La stratégie commerciale de l’entreprise

En prenant appui sur votre expérience en entreprise, sur vos connaissances et sur l’annexe 4, présentez dans un développement structuré les éléments de la stratégie commerciale de l’entreprise.

En introduction, présentez votre secteur professionnel, votre spécialité ainsi que les types d’organisations dans lesquelles vous pourriez travailler.

À titre indicatif, dans le développement vous pourrez aborder certains des thèmes suivants :

- les finalités et objectifs des organisations ;

- le marché de l’entreprise, l’offre et la demande ;

- le positionnement et la stratégie commerciale de l’entreprise ;

- la démarche qualité et ses enjeux ;

- le contexte économique et les incidences sur les organisations ;

- la croissance de l’entreprise.

Tout autre thème pertinent sera valorisé !

En conclusion, vous présenterez l’importance de la stratégie commerciale de l’entreprise en matière de compétitivité.

sujet C L’économie circulaire

En prenant appui sur votre expérience en entreprise, sur vos connaissances et sur les annexes 5 et 6, présentez dans un développement structuré la démarche d’économie circulaire dans laquelle se sont engagées les collectivités territoriales, les associations et les entreprises.

En introduction, présentez votre secteur professionnel, votre spécialité ainsi que les types d’organisations dans lesquelles vous pourriez travailler.

À titre indicatif, dans le développement vous pourrez aborder certains des thèmes suivants :

- l’organisation de la production ;

- la démarche de qualité totale ;

- le contexte économique et son incidence sur les organisations ;

- les enjeux du développement durable ;

- la politique globale de développement durable ;

- les principaux partenaires institutionnels en lien avec les organisations.

Tout autre thème pertinent sera valorisé !

En conclusion, vous expliquerez l’intérêt de l’économie circulaire pour les organisations et pour la société.

Documents

Annexe 1 La production française

D’après l’Insee, en 2016, le PIB de la France s’est élevé à 2 228,9 milliards d’euros en valeur et à 32 082,6 milliards par habitant.

14828_F55_03_Stdi

14828_F55_04_Stdi

D’après www.lafinancepourtous.com, juillet 2017


Annexe 2 Le lock-out

(…)

La fermeture de l’entreprise par l’employeur, en réponse à une grève du personnel, est illicite car elle prive les non-grévistes de leur travail et donc de leurs salaires. Toutefois le lock-out peut être justifié par une situation contraignante ou des impératifs liés à la sécurité.

Lorsque la grève aboutit à une situation contraignante empêchant l’employeur de fournir du travail aux salariés, il peut légalement procéder à la fermeture de l’entreprise. C’est le cas quand les chaînes de production sont bloquées du fait de l’absence de matières premières ou de possibilités de stockage ou lorsque la grève totale du secteur de production a progressivement entraîné la paralysie des autres secteurs d’activité de l’entreprise et que l’employeur a attendu que le fonctionnement de l’entreprise soit bloqué pour recourir à la mise en chômage technique (Cass. soc., 4 juill. 2000). Les arrêts et débrayages répétés conduisant à la désorganisation de la production peuvent également être considérés comme une situation contraignante (Cass. soc., 17 mars 1983).

Mais s’il a été contraint du fait de la grève d’arrêter certaines installations, notamment pour des raisons liées à la sécurité, l’employeur doit pouvoir apporter la preuve de l’impossibilité absolue de fournir du travail aux non-­grévistes. La Cour de cassation exige que l’employeur démontre que les salariés ne pouvaient pas être affectés à des tâches supplétives* en rapport avec l’exécution de leur contrat de travail. À défaut, le lock-out est considéré comme illicite (Cass. soc., 30 sept. 2005).

L’arrêt du site de production de substances chimiques Rhodia à Saint-Fons, classé Seveso, a été quant à lui jugé licite par la Cour de cassation car les dysfonctionnements engendrés par les débrayages répétés amplifiaient les risques de sécurité, ce qui rendait impossible la fourniture de travail aux salariés non-grévistes (Cass. soc. 18 janv. 2017).

* tâches de remplacement

D’après Jurisprudence sociale

Annexe 3 Une photographie du marché du travail

Statut d’emploi et type de contrat

 

Ensemble

Sexe (en %)

Âge (en %)

en milliers

en %

Femmes

Hommes

15-24 ans

25-49 ans

50 ans ou plus

Non-salariés

3 140

11,8

8,4

15,0

2,7

10,5

16,9

Salariés

23 442

88,2

91,6

85,0

97,3

89,5

83,1

Contrat à durée indéterminée*

19 987

85,3

85,1

85,4

44,0

87,5

92,8

Contrat à durée déterminée

2 453

10,5

12,3

8,6

32,1

9,5

5,9

Apprentissage

379

1,6

1,1

2,1

16,6

0,3

0,0

Intérim

624

2,7

1,5

3,8

7,2

2,7

1,2

Ensemble

23 442

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

Ensemble des emplois

26 584

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

* Y compris les fonctionnaires

Champ : France, hors Mayotte, population des ménages, personnes de 15 à 64 ans.

Source : Insee, enquête Emploi 2016


En 2016, en France, 29,2 millions de personnes de 15 à 64 ans, soit 71,4 % de cette tranche d’âge, sont actives au sens du Bureau international du travail.

Parmi elles, 26,2 millions ont un emploi. Les trois quarts de ces actifs occupés travaillent dans le secteur tertiaire et près de neuf sur dix sont salariés. Les emplois à durée indéterminée restent prédominants chez les salariés (85,3 %). Ils sont minoritaires (44,0 %) chez les 15-24 ans, entrés plus récemment sur le marché du travail et moins diplômés que l’ensemble de leur génération, les plus diplômés étant encore en études. Le sous-emploi, massivement féminin et affectant particulièrement les employés non qualifiés, concerne 6,5 % des actifs occupés.

D’après Insee Première no 1648, 17 mai 2017

(…)


Annexe 4 La stratégie commerciale judicieuse de Rémy Lhéritier

(…)

Spécialisée dans le chauffage et la plomberie, l’entreprise meusienne ­Lhéritier a développé une stratégie commerciale multicanale pour se diversifier et accroître avec brio son chiffre d’affaires.

Fort d’une longue histoire familiale et d’une volonté de faire prospérer l’activité de génie climatique à Commercy (Meuse), la SARL Lhéritier a su rebondir. Aux tournants des années 2010, l’entreprise fait face à un contexte économique compliqué. Le patron, qui a repris l’entreprise en 2009 avec son frère, décide de renforcer leur stratégie commerciale.

La société prend le virage de la communication pour accroître son emprise locale. « La communication dans le bâtiment reste rarement utilisée », analyse le dirigeant. Pour pallier ce manque, ils engagent une refonte du site Internet sur lequel ils distillent désormais leur savoir-faire, l’histoire de la société ainsi que leurs prestations. Ils mettent également en ligne un questionnaire de satisfaction et un formulaire pour réaliser les devis. En parallèle, la SARL Lhéritier élargit son spectre en investissant 5 000 euros par an en moyenne dans la publicité radio et la presse régionale, accompagné d’une politique d’affichage au niveau local.

Pour accompagner cette stratégie, la société fidélise aussi sa clientèle en proposant chaque mois sur Facebook un système de promotion sur les opérations de maintenance.

Si le retour sur investissement est « compliqué à évaluer », le dirigeant est satisfait par les résultats de l’opération. « On estime que l’activité pour les particuliers a augmenté de 10 à 20 %. Nous réalisons 3,3 millions de CA en 2016, alors que nous ne faisions que 2,3 millions d’euros en 2013. »

Les résultats obtenus sont également le fruit de la diversification de l’activité vers la salle de bains, illustrée par l’implantation d’un nouveau showroom dans l’entreprise. « En 2013, nous avons fait le choix de créer une salle d’exposition pour exposer nos produits et notre savoir-faire en matière de salle de bains. » Sur plus de 300 m², le showroom se structure aussi autour des produits de chauffage.

« Le retour des clients est excellent puisqu’ils peuvent se rendre compte de la qualité de notre travail. Cela nous permet aussi de réaliser des gains de temps significatifs, juge Rémi Lhéritier. Nous n’avons plus besoin de nous rendre chez nos clients deux ou trois fois en amont et le taux de transformation des devis est bien supérieur à celui que nous réalisions avant. »

Avec près de 150 000 euros investis dans le showroom et la communication, la société envisage de renforcer sa visibilité, avec notamment la réalisation de publicités pour le cinéma.

http://artisans.chefdentreprise.com, 29 mai 2017

Annexe 5 L’économie circulaire : 3 domaines, 7 piliers

14828_F55_05_Stdi

D’après http://www.ademe.fr

Annexe 6 La ville de Lyon s’engage pour le « zéro déchet » et pour l’économie circulaire

Redonner une deuxième, une troisième ou une quatrième vie à nos produits, inciter les habitants et les entreprises à consommer moins et mieux, créer de nouveaux emplois locaux, tels sont les objectifs du plan d’action « économie circulaire, zéro gaspillage » adopté par la Métropole de Lyon en avril 2017.

Dans l’économie linéaire : les entreprises prélèvent des ressources (eau, bois, pétrole, métaux…) pour fabriquer des produits. Ces produits sont consommés puis jetés. C’est un système qui gaspille et génère une grande quantité de déchets. Alors que les ressources de notre planète ne sont pas infinies, elles sont épuisables. L’économie circulaire vise donc à produire des biens et des services ayant un faible impact environnemental dès la conception du produit (en utilisant le moins de ressources possibles) tout en favorisant le réemploi des produits (conçus pour durer, être réparés, etc.) ou à défaut leur recyclage (recyclage des produits via les matériaux utilisés comme le plastique).

Avec ce plan, la Métropole de Lyon s’engage à réduire au minimum de 10 % la quantité de déchets produits sur le territoire d’ici 2023 et à développer le tri à la source des biodéchets. […] Elle favorise des initiatives en faveur de l’économie circulaire. En voici quelques exemples : la Vallée de la chimie est pilote d’une démarche d’écologie industrielle ; le Carré de Soie est l’un des 5 territoires pilotes en France d’un appel à manifestation d’intérêt « économie circulaire et aménagement » et va expérimenter dans ce cadre des actions sur la revégétalisation des terres, sur l’éco-rénovation, sur une meilleure gestion des déchets du bâtiment et des travaux publics ; Lyon Métropole d’entrepreneurs accompagne 1 000 entreprises de l’économie circulaire. Certaines startups comme Take Away proposent ainsi de nouveaux services pour lutter contre le gaspillage alimentaire, d’autres comme les Ateliers d’Emmaüs remettent de vieux meubles dans le circuit en les réparant. Des associations, entreprises et collectifs citoyens se sont fédérés autour du mouvement Zéro déchet Lyon pour rendre visible et développer l’offre de biens et services plus économes et moins générateurs de déchets.

D’après https://www.rse-magazine.com, 26/07/2017