Textes de Fénelon, Montesquieu, Voltaire

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 1re S - 1re ES | Thème(s) : Les questions sur un corpus - Les procédés littéraires
Type : Question sur le corpus | Année : 2011 | Académie : France métropolitaine

« Les délices de l'âge d'or… »

Documents

  1. Fénelon, Les Aventures de Télémaque, septième livre, 1699.

  2. Montesquieu, Lettres persanes, lettre XII, 1721.

  3. Voltaire, Candide, chapitre 30, 1759.

 Ces textes cherchent-ils seulement à nous dépayser ou ont-ils une autre visée ? Votre réponse se fondera sur quelques exemples précis. Elle devra être organisée et synthétique.

Après avoir répondu à cette question, vous traiterez au choix un des sujets suivants : commentaire ; dissertation ou écriture d'invention.



Document A 

 



Télémaque et son précepteur Mentor sont de retour aux abords de l'île de Calypso. Ils rencontrent un capitaine de navire dont le frère Adoam leur livre les dernières nouvelles et il leur dépeint un pays extra­ordinaire, la Bétique.

Le fleuve Bétis coule dans un pays fertile et sous un ciel doux, qui est toujours serein. Le pays a pris le nom du fleuve, qui se jette dans le grand Océan, assez près des Colonnes d'Hercule1 et de cet endroit où la mer furieuse, rompant ses digues, sépara autrefois la terre de Tharsis2 d'avec la grande Afrique. Ce pays semble avoir conservé les délices de l'âge d'or. Les hivers y sont tièdes, et les rigoureux aquilons3 n'y soufflent jamais. L'ardeur de l'été y est toujours tempérée par des zéphyrs4 rafraîchissants, qui viennent adoucir l'air vers le milieu du jour. Ainsi toute l'année n'est qu'un heureux hymen du printemps et de l'automne, qui semblent se donner la main. La terre, dans les vallons et dans les campagnes unies, y porte chaque année une double moisson. Les chemins y sont bordés de lauriers, de grenadiers, de jasmins et d'autres arbres toujours verts et toujours fleuris. Les montagnes sont couvertes de troupeaux, qui fournissent des laines fines recherchées de toutes les nations connues. Il y a plusieurs mines d'or et d'argent dans ce beau pays ; mais les habitants, simples et heureux dans leur simplicité, ne daignent pas seulement compter l'or et l'argent parmi leurs richesses : ils n'estiment que ce qui sert véritablement aux besoins de l'homme. Quand nous avons commencé à faire notre commerce chez ces peuples, nous avons trouvé l'or et l'argent parmi eux employés aux mêmes usages que le fer, par exemple, pour des socs de charrue. Comme ils ne faisaient aucun commerce au-dehors, ils n'avaient besoin d'aucune monnaie. Ils sont presque tous bergers ou laboureurs. On voit en ce pays peu d'artisans : car ils ne veulent souffrir que les arts qui servent aux véritables nécessités des hommes ; encore même la plupart des hommes en ce pays, étant adonnés à l'agriculture ou à conduire des troupeaux, ne laissent pas d'exercer les arts nécessaires pour leur vie simple et frugale. [...]

Quand on leur parle des peuples qui ont l'art de faire des bâtiments superbes, des meubles d'or et d'argent, des étoffes ornées de broderies et de pierres précieuses, des parfums exquis, des mets délicieux, des instruments dont l'harmonie charme, ils répondent en ces termes : « Ces peuples sont bien malheureux d'avoir employé tant de travail et d'industrie à se corrompre eux-mêmes ! Ce superflu amollit, enivre, tourmente ceux qui le possèdent : il tente ceux qui en sont privés de vouloir l'acquérir par l'injustice et par la violence. Peut-on nommer bien un superflu qui ne sert qu'à rendre les hommes mauvais ? Les hommes de ces pays sont-ils plus sains et plus robustes que nous ? Vivent-ils plus longtemps ? Sont-ils plus unis entre eux ? Mènent-ils une vie plus libre, plus tranquille, plus gaie ? Au contraire, ils doivent être jaloux les uns des autres, rongés par une lâche et noire envie, toujours agités par l'ambition, par la crainte, par l'avarice, incapables des plaisirs purs et simples, puisqu'ils sont esclaves de tant de fausses nécessités dont ils font dépendre tout leur bonheur. »

Fénelon, Les Aventures de Télémaque, septième livre, 1699.




1. Ainsi sont appelées, dans l'Antiquité, les montagnes qui bordent, du côté de l'Europe et du côté de l'Afrique, le détroit de Gibraltar, aux limites du monde connu.

2. Dans l'Antiquité, nom donné à la péninsule ibérique.

3. Nom poétique des vents du nord.

4. Vents d'ouest, doux, tièdes et agréables.



Document B 

 



Les Troglodytes sont un peuple imaginaire dépeint dans trois lettres successives. Le texte ci-dessous est un extrait de la deuxième.

Qui pourrait représenter ici le bonheur de ces Troglodytes ? Un peuple si juste devait être chéri des dieux. Dès qu'il ouvrit les yeux pour les connaître, il apprit à les craindre, et la Religion vint adoucir dans les mœurs ce que la Nature y avait laissé de trop rude.

Ils instituèrent des fêtes en l'honneur des dieux : les jeunes filles ornées de fleurs, et les jeunes garçons les célébraient par leurs danses et par les accords d'une musique champêtre. On faisait ensuite des festins où la joie ne régnait pas moins que la frugalité. C'était dans ces assemblées que parlait la nature naïve ; c'est là qu'on apprenait à donner le cœur et à le recevoir ; c'est là que la pudeur virginale faisait en rougissant un aveu surpris, mais bientôt confirmé par le consentement des pères ; et c'est là que les tendres mères se plaisaient à prévoir de loin une union douce et fidèle.

On allait au temple pour demander les faveurs des dieux ; ce n'était pas les richesses et une onéreuse abondance : de pareils souhaits étaient indignes des heureux Troglodytes ; ils ne savaient les désirer que pour leurs compatriotes. Ils n'étaient au pied des autels que pour demander la santé de leurs pères, l'union de leurs frères, la tendresse de leurs femmes, l'amour et l'obéissance de leurs enfants. Les filles y venaient apporter le tendre sacrifice de leur cœur, et ne leur demandaient d'autre grâce que celle de pouvoir rendre un Troglodyte heureux.

Le soir, lorsque les troupeaux quittaient les prairies, et que les bœufs fatigués avaient ramené la charrue, ils s'assemblaient, et, dans un repas frugal, ils chantaient les injustices des premiers Troglodytes et leurs malheurs, la vertu renaissante avec un nouveau peuple, et sa félicité. Ils célébraient les grandeurs des dieux, leurs faveurs toujours présentes aux hommes qui les implorent, et leur colère inévitable à ceux qui ne les craignent pas ; ils décrivaient ensuite les délices de la vie champêtre et le bonheur d'une condition toujours parée de l'innocence. Bientôt ils ­s'abandonnaient à un sommeil que les soins et les chagrins n'interrompaient jamais.

La nature ne fournissait pas moins à leurs désirs qu'à leurs besoins. Dans ce pays heureux, la cupidité était étrangère : ils se ­faisaient des présents où celui qui donnait croyait toujours avoir l'avantage. Le peuple troglodyte se regardait comme une seule famille ; les troupeaux étaient presque toujours confondus ; la seule peine qu'on s'épargnait ordinairement, c'était de les partager.

D'Erzeron, le 6 de la lune de Gemmadi 2, 1711.

Montesquieu, Lettres persanes, lettre XII, 1721.



Document C 

 



Nous sommes dans le dernier chapitre du conte de Voltaire et pour obtenir les réponses définitives aux questions qu'il se pose, Candide décide de rendre visite à un sage oriental et de l'interroger.

Pendant cette conversation, la nouvelle s'était répandue qu'on venait d'étrangler à Constantinople deux vizirs1 du banc et le muphti2, et qu'on avait empalé plusieurs de leurs amis. Cette catastrophe faisait partout un grand bruit pendant quelques heures. Pangloss3, Candide et Martin4, en retournant à la petite métairie, rencontrèrent un bon vieillard qui prenait le frais à sa porte sous un berceau d'orangers. Pangloss, qui était aussi curieux que raisonneur, lui demanda comment se nommait le muphti qu'on venait d'étrangler. « Je n'en sais rien, répondit le bonhomme, et je n'ai jamais su le nom d'aucun muphti ni d'aucun vizir. J'ignore absolument l'aventure dont vous me parlez ; je présume qu'en général ceux qui se mêlent des affaires publiques périssent quelquefois misérablement, et qu'ils le méritent ; mais je ne m'informe jamais de ce qu'on fait à Constantinople ; je me contente d'y envoyer vendre les fruits du jardin que je cultive. » Ayant dit ces mots, il fit entrer les étrangers dans sa maison : ses deux filles et ses deux fils leur présentèrent plusieurs sortes de sorbets qu'ils faisaient eux-mêmes, du kaïmak piqué d'écorces de cédrat confit, des oranges, des citrons, des limons, des ananas, des pistaches, du café de Moka qui n'était point mêlé avec le mauvais café de Batavia et des îles. Après quoi les deux filles de ce bon musulman parfumèrent les barbes de Candide, de Pangloss et de Martin.

« Vous devez avoir, dit Candide au Turc, une vaste et magnifique terre ? – Je n'ai que vingt arpents, répondit le Turc ; je les cultive avec mes enfants ; le travail éloigne de nous trois grands maux : l'ennui, le vice, et le besoin. »

Voltaire, Candide, chap. 30, 1759.




1. Ministre de l'Empire ottoman.

2. Homme de loi attaché à une mosquée, qui donne des avis sur des questions juridiques et religieuses.

3. Compagnon de voyage et précepteur de Candide, partisan de la philosophie de l'optimisme.

4. Compagnon de voyage de Candide, et philosophe contradicteur de Pangloss.


     LES CLÉS DU SUJET  

Comprendre la question

  • La question est en fait double : il faut répondre à ses deux pistes :

    • « dépayser » = faire changer de pays, de décor, d'époque ;

    • « une autre visée » : repérez les buts, les intentions de ces apologues (critiquer ? faire une satire ? présenter un idéal ?).

  • Précisez ce que les auteurs veulent faire comprendre au lecteur.

  • Ne juxtaposez pas l'analyse des différents textes, mais adoptez une démarche synthétique.

  • Le plan vous est indiqué par la question ; elle suggère un plan du type : 1. Le dépaysement : comment les auteurs s'y prennent-ils pour emmener le lecteur dans un autre monde ? 2. Une visée qui dépasse le dépaysement : quels sont les buts des auteurs ?

  • Justifiez votre réponse par des éléments des textes.

Pensez à préciser vos connaissances avant de répondre.

Pour réussir la question : voir guide méthodologique.

L'utopie : voir lexique des notions.

Corrigé
  • Emmener ses lecteurs dans un monde idéal pour mieux faire apparaître les défauts de la société de son temps, c'était le but de l'humaniste Thomas More quand il imagina sa fameuse île d'Utopie… C'est dans cette perspective que s'inscrivent Fénelon, quand il décrit le merveilleux pays de la Bétique dans Les Aventures de Télémaque, ainsi que Montesquieu dans l'épisode des Troglodytes et Voltaire dans l'épilogue de Candide. Les utopies appartiennent au genre de l'apologue et en suivent le fonctionnement : divertir par un récit mis au service d'une visée didactique, explicite ou implicite, tour à tour morale, satirique…

  • Les trois textes visent clairement à nous dépayser, dans des lieux exotiques, réels (« Constantinople ») ou imaginaires comme la Bétique ou le pays des Troglodytes. Les auteurs multiplient les termes étrangers dont l'étrangeté est déjà une invitation au voyage. Montesquieu date sa lettre à l'orientale, de « la lune de Gemmadi », Voltaire nous transporte en Turquie avec ses « vizirs » et ses « muphtis », et Candide déguste des fruits aux noms déjà savoureux : « kaïmak », « cédrat », « ananas ».

    Ce dépaysement spatial se double d'un dépaysement temporel chez ­Montesquieu – le récit des Troglodytes se situe dans le passé indéfini des contes et légendes –, cependant que Fénelon remonte à l'« âge d'or » de la mythologie et aux temps épiques de l'Iliade et de l'Odyssée (Télémaque est le fils d'Ulysse). Voltaire, lui, ne quitte pas le xviiie siècle – qui lui convient ­parfaitement comme il le célèbre dans son poème Le Mondain.

    C'est enfin un contexte culturel bien différent de celui que pouvait connaître le lecteur de la fin du xviie siècle ou du siècle des Lumières, qui aimait le « luxe et même la mollesse » comme Voltaire lui-même l'écrit dans Le Mondain. Ces habitants de la Bétique, ces Troglodytes, le vieux fermier dans Candide mènent des vies frugales, en accord avec une nature généreuse.

    Certaines de leurs mœurs peuvent paraître bien étranges au lecteur européen peu accoutumé, par exemple, aux rites d'hospitalité des Turcs qui « parfument la barbe » de leurs hôtes…

  • Cependant, ces textes appartiennent au genre de l'apologue et ont une visée didactique. En effet les auteurs jouent de la séduction de ce dépaysement pour nous faire partager des intentions plus profondes, d'une façon plus ou moins explicite.

  • Décrire un ailleurs, c'est, implicitement – et parfois même explicitement –, inciter le lecteur à comparer cet ailleurs avec son propre pays et sa propre époque et à tirer des conclusions de cette confrontation. Le personnage de l'étranger est alors souvent (chez Fénelon ou chez Voltaire) un moyen habile pour faire passer le message que l'auteur veut transmettre au lecteur.

    L'éloge de la Bétique permet à Fénelon de faire l'éloge de la vie naturelle et de critiquer la perversion des valeurs morales qui accompagnent, selon lui, les progrès de la civilisation et la recherche d'une vie trop raffinée. Par la voix des habitants de la Bétique, il condamne violemment l'« injustice », la « violence », l'« ambition », l'« avarice » qui accompagnent cette recherche d'une vie trop raffinée. Ce sont évidemment les mœurs du siècle de Louis XIV qu'il vise, comme il le fera plus tard, directement cette fois, dans une longue lettre au roi où, avec beaucoup de courage, il le rappelle à ses devoirs de roi et à l'attention qu'il devrait avoir pour ses sujets les plus malheureux.

    La description du bonheur patriarcal du vieux Turc de Voltaire n'est sûrement pas l'idéal que se propose le vieux philosophe mais il partage sûrement son indifférence critique à l'égard des hommes de pouvoir – qui « périssent quelquefois misérablement » et qui « le méritent » ! – et son éloge des vertus du travail : lui-même témoigne d'une infatigable énergie, même dans ses dernières années, pour défendre les valeurs auxquelles il croit.

    La thèse de Montesquieu est moins évidente : il semble que le bonheur dont jouissent les Troglodytes soit moins lié à un environnement favorable qu'aux qualités morales qu'ils manifestent : sens de la mesure, refus de l'« injustice » et de la « cupidité », générosité, respect des Dieux, « pudeur ». C'est déjà ici l'expression des convictions profondes de Montesquieu, qu'il développera plus tard dans L'Esprit des lois : la dimension morale est essentielle dans le bon fonctionnement et la pérennité d'un système politique.

  • À travers ces images venues d'un ailleurs heureux, ces textes nous invitent à retrouver avec sagesse une voie vers notre propre bonheur.