Transpiration et croissance des feuilles chez Arabidopsis Thaliana

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : Génétique et évolution
Type : Pratique du raisonnement scientifique 1 | Année : 2017 | Académie : France métropolitaine

 

svtT_1706_07_01C

2

France métropolitaine • Juin 2017

pratique du raisonnement scientifique

Exercice 1 • 3 points

Transpiration et croissance des feuilles chez Arabidopsis Thaliana

document 1 Photographie d’une rosette d’Arabidopsis thaliana

svtT_1706_07_01C_01

document 2 Mesures de la transpiration foliaire en réponse à des conditions d’humidité variables

Conditions expérimentales

Conditions d’humidité de l’air durant les 24 heures précédant les mesures :

HRnorm : la plante est soumise à l’humidité de l’air ambiant.

HRfaible : la plante est soumise à un air sec soufflé au centre de la rosette.

Ajout ou non d’acide abscissique (= ABA, molécule synthétisée par les végétaux) :

Sans ajout d’ABA

Avec ajout d’ABA

svtT_1706_07_01C_02

D’après Pantin et al., Current Biology, 2013

À partir de l’étude des documents, indiquez la bonne réponse dans chaque série de propositions du QCM.

1. La transpiration des feuilles de stade 1 d’Arabidopsis thaliana :

a) est supérieure à celle des feuilles de stade 3 et indépendante des conditions d’humidité de l’air.

b) est inférieure à celle des feuilles de stade 3 et indépendante des conditions d’humidité de l’air.

c) est supérieure à celle des feuilles de stade 3 et dépend des conditions d’humidité de l’air.

d) est inférieure à celle des feuilles de stade 3 et dépend des conditions d’humidité de l’air.

2. L’acide abscissique :

a) diminue la transpiration foliaire d’autant plus fortement que l’air est sec.

b) diminue la transpiration foliaire d’autant plus fortement que l’air est humide.

c) augmente la transpiration foliaire d’autant plus fortement que l’air est sec.

d) augmente la transpiration foliaire d’autant plus fortement que l’air est humide.

3. En se développant, les feuilles d’Arabidopsis thaliana :

a) sont soumises à un air plus sec et deviennent plus sensibles à l’acide abscissique, réduisant ainsi leur transpiration foliaire.

b) sont soumises à un air plus sec et deviennent plus sensibles à l’acide abscissique, augmentant ainsi leur transpiration foliaire.

c) sont soumises à un air plus sec et deviennent moins sensibles à l’acide abscissique, augmentant ainsi leur transpiration foliaire.

d) sont soumises à un air moins sec et deviennent moins sensibles à l’acide abscissique, réduisant ainsi leur transpiration foliaire.

Les clés du sujet

Comprendre le sujet

C’est une question classique d’un QCM de type II.1 (partie « Pratique du raisonnement scientifique », Exercice 1) ne reposant sur aucune connaissance en particulier. Toutes les informations nécessaires pour apprécier la validité des propositions sont à extraire des documents.

Il faut donc bien repérer le ou les documents à exploiter pour chaque série de propositions : le document 2 pour les deux premières séries de propositions, les documents 1 et 2 pour la troisième série.

Il faut veiller à ne pas considérer les propositions une par une et bien tenir compte de la façon dont chaque série est construite.

Les deux premières séries sont construites suivant le même modèle. Deux éléments sont considérés, avec chacun deux possibilités. Par exemple, pour la première série, le premier élément est l’importance de la transpiration des feuilles de stade 1 par rapport aux feuilles de stade 3 avec deux possibilités : la transpiration est supérieure ou inférieure. Il faut confronter ces deux possibilités aux données du document pour éliminer deux propositions. Il reste alors à utiliser le deuxième élément (l’humidité de l’air) pour éliminer l’une des deux propositions restantes, et donc trouver la proposition exacte.

Pour la troisième série, c’est un peu plus complexe dans la mesure où l’on considère trois éléments, mais le principe d’exploitation est le même. Il faut d’abord considérer le premier élément pour éliminer au moins une proposition, puis un second élément et enfin le troisième élément pour arriver à la proposition exacte.

Mobiliser ses connaissances

Aucune connaissance précise n’est requise, mais la compréhension des termes utilisés est mobilisée.

En revanche, la capacité à tirer des informations d’un ensemble d’histogrammes est en jeu.