Un cas d’hémianopsie bilatérale

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 1re ES - 1re L | Thème(s) : De l’œil au cerveau
Type : Partie 3 | Année : 2015 | Académie : Polynésie française

 

28

Polynésie française • Septembre 2015

Représentation visuelle • 6 points

Un cas d’hémianopsie bilatérale

Madame X, 43 ans, qui a eu un accident vasculaire cérébral (AVC) il y a 8 mois dont elle s’est bien remise, présente des signes qui inquiètent ses proches : à table, elle ne mange qu’une partie du contenu de son assiette, lorsqu’elle écrit, elle entasse les lignes uniquement sur le côté droit de la page et il lui arrive souvent de se cogner dans les objets situés à sa gauche. Ses proches lui suggèrent de consulter, pensant qu’elle a un souci au niveau de son œil gauche.

Madame X se rend chez un ophtalmologue qui lui propose de réaliser dans un premier temps un examen de ses champs visuels. Puis, après en avoir étudié les résultats, il émet l’hypothèse d’une origine cérébrale des symptômes et lui prescrit une IRM cérébrale.

Document 1 Champs visuels de madame X

Sci1_1509_13_00C_01

D’après TDC no 1066, La vision.

Document 2 Résultat de l’IRM de madame X

sci1_1509_13_00C_02_legende

Remarque : un accident vasculaire cérébral (AVC) conduit à l’arrêt du fonctionnement d’une partie du cerveau. Il peut être dû à l’obstruction d’une artère cérébrale ou à une hémorragie.

D’après TDC no 1066, La vision.

Document 3 Trajet du message visuel

a. Les voies visuelles

Sci1_1509_13_00C_03

b. Localisation des aires corticales visuelles

Sci1_1509_13_00C_04

1. Expliquez pourquoi les résultats de l’examen des champs visuels de madame X permettent au médecin d’éliminer l’hypothèse d’une lésion de l’œil gauche, et l’amènent à prescrire une IRM cérébrale.

▶ 2. Expliquez pourquoi les résultats de l’IRM de madame X confortent l’hypothèse émise par l’ophtalmologue après les résultats de l’étude de ses champs visuels.

Les clés du sujet

Comprendre les documents

Le document 1 concerne la réception des champs visuels par madame X, dont on sait qu’elle a des symptômes visuels suite à un choc à la tête.

Le document 2 présente une IRM de madame X en vue d’appuyer l’hypothèse d’une origine cérébrale des symptômes.

Le document 3 est un document de référence sur le trajet des voies visuelles et les aires visuelles du cortex cérébral. Il permettra, mis en relation avec le document 2, d’expliquer précisément l’origine des problèmes de madame X.

Organiser les réponses

1. Cette question porte sur l’élimination d’une origine purement oculaire des problèmes de vision de madame X. Le document 1 doit vous aider à lui seul à montrer que l’origine des symptômes n’est pas une simple lésion de l’œil gauche.

2. La consigne vous amène à mettre en relation les documents 2 et 3 afin de montrer que l’origine des problèmes visuels de madame X est une lésion des voies visuelles, due à un AVC suite au choc, dont vous préciserez la localisation précise en argumentant.

Corrigé

Corrigé

▶ 1. L’examen du champ visuel de l’œil gauche (document 1) montre une non-réception de la partie monoculaire (temporale) de ce champ, mais une bonne réception de la partie binoculaire (nasale) vue par cet œil. Si l’œil gauche avait été atteint (rétine par exemple), il y aurait eu non-réception totale du champ visuel perçu par l’œil gauche, donc cette hypothèse est fausse. De plus, on observe une partie non perçue dans le champ visuel de l’œil droit, il ne peut donc pas s’agir d’une lésion de l’œil gauche seule.

Cela évoque une atteinte des voies visuelles (qui conduisent le message des yeux au cortex visuel), ou d’une aire visuelle cérébrale. C’est pourquoi le médecin prescrit une IRM cérébrale, qui permet de visualiser ces zones.

▶ 2. L’IRM de madame X (document 2) montre un saignement au niveau de la partie occipitale médiane du côté droit du cerveau, celui-ci faisant suite à un AVC : il y a bien une lésion cérébrale.

Le document 3a concerne les voies visuelles ; il nous montre que ces voies apportent le message visuel des yeux à l’arrière du cerveau, c’est-à-dire en partie occipitale, ce qui correspond à la partie du cerveau contenant les aires visuelles (document 3b).

Nous observons que la rétine nasale de l’œil gauche, qui reçoit la partie monoculaire (externe) du champ gauche, projette du côté opposé du cortex visuel : à droite. De même, la rétine temporale de l’œil droit, qui reçoit la partie binoculaire du champ de l’œil droit, projette du côté droit du cortex visuel.

La cause du problème est donc un écrasement des voies visuelles au niveau du tractus optique droit (à l’arrière du chiasma) dû à l’AVC, interrompant la transmission des messages visuels entre les yeux et le cortex visuel droit.