Un cas d’ICSI

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 1re ES - 1re L | Thème(s) : Féminin-masculin : synthèse
Type : Partie 3 | Année : 2012 | Académie : Moyen-Orient
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet & Corrigé
 
Un cas d’ICSI

Féminin/masculin

SVT

sci1_1206_09_01C

Liban • Juin 2012

Féminin/masculin • 6 points

Monsieur et madame X, âgés respectivement de 30 et 27 ans, ne parviennent pas à avoir un enfant et ce malgré de multiples tentatives depuis plus de 2 ans.

Ils décident de consulter afin de comprendre et de remédier à cette « infertilité ». Le médecin spécialiste consulté propose au couple d’entrer dans le protocole d’une procréation médicalement assistée.

Document 1

Examens de madame X

Les examens de madame X ont révélé une glaire cervicale, des ovaires et un utérus normaux.

Les résultats des dosages hormonaux sont également normaux avec à J12 du cycle un pic d’œstradiol, à J13 un pic de LH et des concentrations de progestérone suffisantes en dernière phase du cycle.

Le résultat de l’hystérosalpingographie est le suivant :


L’hystérosalpingographie est l’examen de référence pour détecter si les trompes sont ou non bouchées.

L’hystérosalpingographie consiste en une radiographie de la cavité utérine et des trompes en injectant un produit contrastant opaque aux rayons X au niveau du col de l’utérus (le col de l’utérus relie la partie basse de l’utérus au vagin).

Remarque : le produit contrastant étant « opaque aux rayons X », toutes les zones où il a diffusé apparaissent en blanc.

Document 2

Spermogramme de monsieur X


>1. À l’aide des documents et de vos connaissances, proposer des causes possibles de l’infertilité de ce couple depuis 2 ans.

>2. Le biologiste consulté propose à ce couple une ICSI (technique, sous microscope, d’injection cytoplasmique d’un spermatozoïde dans un ovocyte) puis transfert d’embryon dans l’utérus. Argumenter la technique de l’ICSI proposé par ce spécialiste.

Interpréter les questions

  • La première question repose principalement sur l’exploitation des documents : il s’agit de relever dans ceux-ci les éléments permettant de trouver l’origine de la stérilité du couple. Vos connaissances vous permettent ici surtout de comprendre le contenu des documents. Il ne s’agit pas d’écrire beaucoup mais de relever les arguments importants et de les exprimer de façon précise et concise.
  • La deuxième question concerne cette fois-ci plus directement vos connaissances : il s’agit d’expliquer la technique de procréation médicalement assistée citée pour justifier qu’elle est adaptée au cas de ce couple.

Comprendre les documents

  • Le document 1 concerne des paramètres chez la femme : état anatomique, état de la glaire cervicale, état hormonal, et hystérosalpingographie permettant de tester une éventuelle obstruction des trompes.
  • Le document 2 est le spermogramme de M. X. Il expose de nombreuses caractéristiques concernant son sperme, comme la concentration en spermatozoïdes, la mobilité des spermatozoïdes, ou encore leur forme ; il faut comparer les valeurs du patient aux valeurs normales données comme référence.

Organiser les réponses

> 1. Commencer par citer les examens normaux vérifiés chez la femme (il faut avoir repéré que les trompes ne sont pas bouchées car le liquide de contraste passe dans les trompes), puis donner les éléments « anormaux » dans le spermogramme de l’homme.

> 2. Puis décrivez l’ICSI pour montrer que c’est la technique la plus adaptée pour ce couple.

Corrigé

>1. Ce couple n’arrive pas à avoir d’enfant depuis deux ans et peut donc être considéré comme infertile.

La femme de ce couple a montré des examens anatomiques tout à fait normaux des ovaires, glandes sexuelles féminines productrices d’ovocytes et d’hormones, et de l’utérus, organe où se fait la nidation. Le col de l’utérus montre une glaire normale susceptible de laisser passer les spermatozoïdes. Les examens hormonaux se montrent également normaux avec des pics d’œstrogène à J12 et de LH à J13, signe d’une maturation normale au sein de l’ovaire et d’une décharge ovulante efficace. Enfin l’examen radiologique est aussi normal puisque le produit opaque émis au niveau du col diffuse dans les trompes de Fallope et se retrouve en partie dans la cavité abdominale, signe de non-obstruction des trompes. La femme ne présente au vu de ces examens aucun signe à l’origine de l’infertilité du couple.

Par contre, le spermogramme de l’homme montre plusieurs paramètres « anormaux », le principal étant la très faible mobilité et même l’immobilité d’une grande proportion d’entre eux (80 %). Seuls 10 % se montrent vraiment mobiles, ce qui est en dessous de la norme (32 %). De plus la concentration en spermatozoïdes est plus faible que la normale (moins de 10 millions par mL contre plus de 15 normalement).

On peut donc émettre l’hypothèse que l’infertilité de ce couple provient de la piètre qualité du sperme et notamment de la faible mobilité de ses spermatozoïdes.

>2. Le biologiste a proposé une « ICSI » qui permet de remédier efficacement au problème de mobilité spermatique. En effet, cette technique est une variante de la FIVETE (ou fécondation in vitro et transfert d’embryon), dans laquelle des ovules sont prélevés chez la femme après stimulation hormonale, et où la fécondation avec les spermatozoïdes a lieu in vitro, en dehors des voies féminines. Dans l’ICSI (injection intra-cytoplasmique de spermatozoïde), un et un seul spermatozoïde est sélectionné par le biologiste et injecté directement dans le cytoplasme de l’ovule grâce à une micro aiguille. Une fois la fécondation réalisée, on laisse deux ou trois divisions se dérouler puis on place l’embryon de 4-8 cellules au sein de la cavité utérine, chez la femme, en seconde partie de cycle.

Ici, l’ICSI est la technique la plus adaptée puisque le problème vient des spermatozoïdes peu mobiles du mari et que dans cette technique justement il y a aide à l’introduction du spermatozoïde dans l’ovule.