Un nouveau fossile d’hominidé

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : Génétique et évolution
Type : Pratique du raisonnement scientifique 1 | Année : 2012 | Académie : Inédit
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
Un nouveau fossile d’hominidé

Génétique et évolution

Corrigé

14

Ens. spécifique

svtT_1200_00_23C

Sujet inédit

pratique du raisonnement scientifique

Exercice 1 • 3 points

En septembre 2011, un fossile appelé sediba a été trouvé dans une grotte d’Afrique du Sud et on a pu le dater de façon très précise : 1,977 million d’années. Il devait mesurer 1,30 m environ et sa capacité crânienne était de 420 cm3. Les documents 1 et 2 apportent quelques caractères supplémentaires sur son anatomie.

> À partir des informations extraites des documents 1 et 2, indiquez pour chacune des affirmations a), b), c), d) et e) si elle est vraie ou fausse.

Document 1

Main de sediba (c) comparée avec celle du chimpanzé (a) et celle de l’Homme (b)


En outre, les membres antérieurs de sediba sont plus longs que les membres postérieurs.

Document 2

Bassin de sediba


a) Le volume crânien de ce fossile indique qu’on ne le range pas dans le genre Homo.

b) Ce fossile devait avoir une démarche bipède très affirmée, ce qui incite à le ranger dans le genre Homo.

c) Les mains de ce fossile ont plus de traits comparables à ceux de la main du chimpanzé qu’à ceux de la main de l’Homme.

d) Il pourrait être rangé parmi les australopithèques.

e) Ce fossile renseigne sur les caractéristiques du DAC (Dernier ancêtre commun) à l’Homme et au chimpanzé.

Comprendre le sujet

  • S’appuyer sur les caractéristiques fondamentales du genre Homo et des australopithèques : bipédie et donc forme du bassin, volume crânien…
  • Le document 1 doit être analysé avec, comme référence, les caractéristiques de la main de l’Homme actuel.

Mobiliser ses connaissances

  • Homme et chimpanzé partagent un ancêtre commun récent. Aucun fossile ne peut être considéré à coup sûr comme un ancêtre de l’Homme ou du chimpanzé.
  • Le genre Homo regroupe l’Homme actuel et certains fossiles qui se caractérisent notamment par une capacité crânienne supérieure à 600 cm3, un style particulier de bipédie, la production d’outils complexes…
Corrigé

a)Vrai. La capacité crânienne de ce fossile est de l’ordre de celle du chimpanzé et des australopithèques comme Lucy, et nettement inférieure à celle des premiers véritables Homo (Homo ergaster).

À l’examen, on ne vous demande pas de justifier vos réponses.

b)Vrai. La principale information fournie par les documents est relative au bassin. Celui de sediba est large, court évasé, ce qui est en accord avec une démarche bipède affirmée. Pour pouvoir conclure à une bipédie exclusive, il faudrait des informations sur la position du trou occipital, sur les longueurs relatives des membres antérieurs et postérieurs, sur le fémur et sur le pied (les découvreurs de ce fossile estiment qu’il pouvait grimper aux arbres).

c)Faux. La main de ce fossile ressemble davantage à celle de l’Homme qu’à celle du chimpanzé, avec notamment un pouce relativement allongé par rapport aux autres doigts comme chez l’Homme et contrairement au chimpanzé. Cela suggère qu’il pouvait faire facilement pince avec les autres doigts (et les découvreurs vont jusqu’à dire que cela laisse supposer qu’il devait pouvoir fabriquer des outils).

d)Vrai. Ses caractéristiques en rapport avec la bipédie et sa capacité crânienne d’un peu plus de 400 cm3 sont partagées par les autres australopithèques. Toutefois, son bassin, plus large que celui des australopithèques et ses mains qui permettent une manipulation aisée des objets sont proches du genre Homo. Il est révélateur d’une évolution en mosaïque avec certains caractères évolués et d’autres qui le sont moins. En tout cas, on le range dans les australopithèques et son nom est Australopithecus sediba.

e)Faux. D’une part, ce fossile est âgé de 2 millions d’années environ alors que l’âge du DAC est compris entre 6 et 8 millions d’années. D’autre part, les caractères du bassin et de la main, proches de ceux des Homo, indiquent qu’il ne peut renseigner sur les caractéristiques du DAC.