Un nouveau romanesque : Yourcenar, Gracq, Cohen, Gary, Tournier

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 2de - 1re L - 1re ES - 1re S - 1re STI2D - 1re STMG - 1re ST2S - 1re STL | Thème(s) : Les mouvements littéraires
Corpus Corpus 1
Un nouveau romanesque : Yourcenar, Gracq, Cohen, Gary, Tournier

FB_Bac_99066_Lit1_F93

93

173

6

Après les expériences du Nouveau Roman*, quelques romanciers, soucieux de renouveler le genre romanesque, reviennent à un certain classicisme.

1 Marguerite Yourcenar (1903-1987) : une fervente humaniste

 Brillante helléniste, elle est la première femme élue à l’Académie française, en 1980.

 Les Mémoires d’Hadrien (1951) se présentent sous la forme d’une lettre qu’écrit l’empereur Hadrien (76-138) à son petit-fils adoptif, Marc-Aurèle, appelé à lui succéder. À l’aube de sa mort, Hadrien retrace les étapes de son existence.

L’essentiel sur…

Les Mémoires d’Hadrien

  • Une œuvre de facture classique où se mêlent érudition, analyse psychologique, méditation sur la mort.
  • Une recréation du passé, une écriture rigoureuse et dépouillée.

2 Julien Gracq (1910-2007) : le romancier de l’attente

 Louis Poirier, professeur d’histoire et écrivain, signe ses romans sous le nom de Julien Gracq.

Le Rivage des Syrtes (1951) relate l’attente d’Aldo. Jeune officier cantonné dans une forteresse sur une côte désertique, Aldo attend et espère une déclaration de guerre qui n’arrive pas.

J’ai pensé qu’on désirait sans oser me le dire

que j’aille voir là-bas.

Le Rivage des Syrtes, © Éditions José Corti

L’essentiel sur…

Le Rivage des Syrtes

  • Une écriture poétique génératrice d’une inquiétante étrangeté.
  • Des personnages dans l’attente, une narration lente qui reste aux confins de l’action.

3 Albert Cohen (1895-1981) : épique et burlesque

 Issu de la communauté juive de Corfou, Cohen mène toute sa vie une double carrière de diplomate et d’écrivain.

Belle du Seigneur (1968) est la peinture ironique de la passion entre Solal, le séduisant et cynique sous-directeur de la Société des nations, et Ariane, une aristocrate genevoise naïve et fantaisiste.

Tu lui diras naturellement qu’elle est la seule et l’unique, elles y tiennent aussi, que ses yeux sont ouvertures sur le divin, elle n’y comprendra goutte mais trouvera si beau qu’elle fermera lesdites ouvertures et sentira qu’avec toi ce sera une vie constamment déconjugalisée.

Belle du Seigneur, xxxv, © Éditions Gallimard

4 Romain Gary (1914-1980) : le masque d’Émile Ajar

Romain Gary est le pseudonyme sous lequel Romain Kacew rejoint la France libre en 1940. Après avoir obtenu le Goncourt pour Les Racines du ciel en 1956, il décide d’entamer une nouvelle carrière sous un nouveau pseudonyme, Émile Ajar.

La Promesse de l’aube (1960) est un roman autobiographique.

 Dans La Vie devant soi (Goncourt 1975, signé Émile Ajar), Momo, un petit Arabe de Belleville, s’attache à madame Rosa, une ancienne prostituée qui l’a recueilli.

5 Michel Tournier (né en 1924) : la puissance du mythe

Pétri de culture germanique, philosophe de formation, Tournier arrive tardivement à la littérature.

Vendredi ou les Limbes du Pacifique (1967), qui reprend le mythe de Robinson Crusoé, est une réflexion sur la civilisation.

info Dans la ballade de Goethe (1782), le roi des aulnes, créature maléfique, poursuit un père qui chevauche la nuit, son enfant dans les bras. Lorsqu’il arrive chez lui, l’enfant est mort.

Le Roi des aulnes (Goncourt 1970) est la reprise d’un mythe germanique. Abel Tiffauges, humble garagiste, devient un nouveau « roi des aulnes ». Il participe aux persécutions nazies, mais la rencontre d’Éphraïm, un enfant juif échappé d’un camp, le révèle à lui-même. Portant l’enfant sur ses épaules pour le sauver, il s’enlise avec lui dans des congères boueuses.