Un pas vers un carburant vraiment vert

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : 1re L - 1re ES | Thème(s) : Activités humaines et besoins en énergie
Type : Partie 2 | Année : 2011 | Académie : Inédit
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
Un pas vers un carburant vraiment vert

Le défi énergétique

Corrigé

21

Physique-chimie

sci1_1100_00_32C

Sujet inédit

Le défi énergétique • 6 points

Document

Un agrocarburant qui serait plus propre que l’essence ? C’est ce qu’espèrent avoir mis au point des chercheurs de l’Université de Wisconsin à Madison (États-Unis). Dans la revue Science, ils expliquent comment ils sont parvenus à transformer la cellulose en essence et même en kérosène grâce à un procédé qui rejetterait peu de carbone.

Aujourd’hui, les agrocarburants produits dans le monde sont sous le feu des critiques : usages d’engrais et de pesticides qui suscitent l’émission de gaz à effet de serre (et notamment de protoxyde d’azote, le gaz hilarant), détournement de cultures alimentaires en produits énergétiques – 30 % du maïs américain est transformé en éthanol –, émissions de carbone. Rares sont les carburants végétaux qui peuvent prétendre offrir un meilleur bilan que l’essence. D’où une compétition entre les meilleurs laboratoires de la planète pour trouver le Graal : un procédé qui permettrait de convertir non pas les huiles ou les amidons et sucres des plantes, comme on le fait aujourd’hui, mais directement la cellulose, qui forme la majeure partie des végétaux. Un moyen d’utiliser déchets végétaux, feuillages et tiges, laissant la partie consommable des plantes aux humains et aux animaux. […]

D’après la revue Science et vie (mars 2010).

Définition : un agrocarburant est un carburant fabriqué à partir de plantes nourricières ou alimentaires, par exemple l’éthanol obtenu à partir de maïs ou de blé. Ne pas confondre avec un biocarburant qui est réalisé à partir de ressources biologiques non alimentaires pour l’Homme ou ses élevages.

> Pourquoi, d’après le texte, ce nouvel agrocarburant serait-il « un pas vers un carburant vraiment vert » ?

Interpréter la question

C’est un sujet à questionnement ouvert, il faut donc extraire les informations du document et rédiger la réponse. L’accent est mis sur l’aspect « vraiment vert » de ce carburant, il faut donc chercher les défauts d’un agrocarburant classique.

Comprendre les documents

  • Le document énumère les inconvénients des carburants usuels issus de l’agriculture.
  • C’est un document très dense dont chaque information – très courte – nécessite un développement de votre part.
  • Le procédé de fabrication n’est pas donné dans le texte mais les informations nécessaires sont fournies pour conclure.

Organiser la réponse

Répondre à cette question ouverte demande une rédaction et donc un brouillon. Notez les inconvénients de l’agrocarburant classique et les différences de ces produits avec l’agrocarburant nouveau. Développez ces points sans trop paraphraser et n’oubliez pas de conclure.

Corrigé
  • Un agrocarburant ne s’obtient pas sans le traitement nécessaire pour transformer une plante ou un aliment en essence d’origine agricole. La fabrication des agrocarburants est un procédé qui reste encore polluant : émission de gaz à effet de serre à cause de l’utilisation des engrais et pesticides nécessaires à une agriculture intensive. C’est l’un des inconvénients des agrocarburants.
  • Le procédé de transformation classique convertit l’huile, l’amidon ou le sucre des plantes utilisées pour alimenter l’Homme. Dans un monde où le nombre d’habitants croit de plus en plus et nourrir les humains pose de plus en plus de problèmes, utiliser la partie consommable des plantes peut aussi être considéré comme un inconvénient majeur.
  • Le nouvel agrocarburant proposé par les chercheurs de l’Université de Wisconsin s’obtiendrait par un procédé n’utilisant que la cellulose. Cette dernière est extraite des parties non consommables des plantes (feuillages et tiges), qui constituent de plus la majeure partie de celles-ci. C’est un avantage non négligeable qui place cet agrocarburant devant d’autres, le rendant « plus vert » d’après l’auteur du document qui considère que la matière première utilisée pour la fabrication de ce nouveau carburant est présente en plus grande quantité dans les plantes et n’affecte pas la partie de la plante qui peut servir à nourrir l’humanité. Il n’est donc pas nécessaire de pratiquer une agriculture intensive et subir ses inconvénients pour la fabrication d’un carburant.