Un test rapide de diagnostic de la grippe

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : Quelques aspects de la réaction immunitaire
Type : Pratique du raisonnement scientifique 1 | Année : 2016 | Académie : Pondichéry


Pondichéry • Avril 2016

pratique du raisonnement scientifique

Exercice 1 • 3 points

Un test rapide de diagnostic de la grippe

La grippe est une maladie qui cause, en France, une mortalité importante chez les personnes âgées et les sujets fragiles. Diagnostiquer rapidement la grippe, pour le médecin, revêt alors une importance particulière dans son choix de prescrire le traitement adapté. Le test TROD est un test de diagnostic rapide de la grippe.

On cherche à comprendre le fonctionnement de ce test.

 À partir de l’étude du document, cochez la bonne réponse dans chaque série de propositions du QCM.

DOCUMENT Principe du test TROD

Ce test permet de détecter l’antigène viral de la grippe dans des prélèvements effectués au niveau de la gorge ou du nez. L’échantillon prélevé est déposé à l’une des extrémités d’une bandelette.

Celle-ci présente :

au niveau de la zone de dépôt, des anticorps antigrippe mobiles, liés à de l’or colloïdal ;

au niveau de la zone test, des anticorps antigrippe fixés sur la bandelette ;

et au niveau de la zone de contrôle, des anticorps anti-anticorps fixés.

svtT_1604_12_01C_01

L’échantillon prélevé est déposé au niveau de la zone de dépôt. L’ajout d’une solution tampon permet ensuite la migration, le long de la bandelette, des anticorps antigrippe mobiles liés à l’or colloïdal, éventuellement associés à l’antigène viral.

Quel que soit le résultat du test, de nombreux anticorps antigrippe mobiles atteignent la zone de contrôle.

La fixation des anticorps liés à l’or colloïdal est rendue visible par l’apparition d’une ligne colorée sur la bandelette.

svtT_1604_12_01C_02

svtT_1604_12_01C_03

D’après G.Prod’hom et al., Rev. Med. Suisse, 2008.

1. L’apparition de la ligne colorée dans la zone de contrôle est due à l’association des anticorps antigrippe mobiles liés à l’or colloïdal avec :

a) des anticorps antigrippe.

b) des anticorps anti-anticorps.

c) des molécules d’antigène viral.

d) d’autres anticorps antigrippe mobiles.

▶ 2. L’apparition de la ligne colorée dans la zone test, en cas de résultat positif, s’explique par la fixation des anticorps antigrippe fixés :

a) sur la chaîne « a » des molécules d’antigènes d’abord fixées par les anticorps antigrippe mobiles liés à l’or colloïdal.

b) sur la chaîne « b » des molécules d’antigènes déjà associées aux anticorps anti-anticorps.

c) sur la chaîne « a » des molécules d’antigènes libres dans la solution tampon de migration.

d) sur la chaîne « b » des molécules d’antigènes fixées au préalable par les anticorps antigrippe mobiles liés à l’or colloïdal.

▶ 3. Le fonctionnement de ce test est basé sur :

a) la fixation des antigènes viraux par des anticorps spécifiques.

b) la migration d’anticorps anti-anticorps dans une solution tampon.

c) la mise en évidence de la destruction du virus de la grippe.

d) la recherche d’anticorps antigrippe fabriqués par l’individu testé.

Les clés du sujet

Comprendre le sujet

Attention ! La question QCM repose sur une documentation importante et une terminologie relativement complexe, prêtant facilement à confusion. Il faut, en premier lieu, se donner une vision d’ensemble de la documentation afin de saisir le principe du test. Il s’agit ensuite de cibler les informations en rapport avec chaque série de propositions pour repérer la proposition correcte.

Il est nécessaire d’avoir en tête les notions d’antigène, d’anticorps et des relations antigène-anticorps.

À la lecture des données, il est important de bien faire la différence entre anticorps antigrippe mobiles, anticorps antigrippe fixés et anticorps anti-anticorps.

De même, il faut bien distinguer les trois zones : dépôt, test et contrôle, et comprendre que la zone de contrôle a pour but d’acquérir la certitude que, dans tous les cas (test positif ou négatif), les anticorps mobiles se sont bien déplacés de la zone de dépôt jusqu’à la zone de contrôle, parcourant bien toute la bandelette et passant dans tous les cas par la zone test.

Mobiliser ses connaissances

Un anticorps possède deux sites de reconnaissance spécifiques d’un antigène. Chaque site peut se lier avec l’antigène formant ainsi un complexe antigène-anticorps.

Un anticorps ne reconnaît pas un antigène dans sa globalité mais seulement une petite région appelée déterminant antigénique. Un antigène peut posséder deux ou plusieurs déterminants antigéniques différents, reconnus chacun par un anticorps spécifique.

Corrigé

Corrigé

▶ 1. b) Exact. La zone de contrôle est caractérisée par les anticorps anti-­anticorps fixés à la bandelette. Ce sont eux qui se fixent sur les anticorps antigrippe mobiles comme l’illustre la figure de représentation d’un test positif. Ce contrôle permet de vérifier que la migration des anticorps antigrippe mobiles s’est bien déroulée. Le libellé du sujet indique que, même si le test est positif, de nombreux anticorps antigrippe atteignent la zone de contrôle.

▶ 2. a) Exact. La figure de représentation d’un test positif indique que les anticorps antigrippe fixés présents dans la zone test se lient par leur site de reconnaissance à la chaîne « a » (déterminant antigénique) de l’antigène viral. L’anticorps antigrippe mobile se fixe, lui, à la chaîne « b ».

Cela exclut les propositions b) et d). En outre, la proposition b) est fausse car les anticorps anti-anticorps sont limités à la région de contrôle située au-delà de la région test.

De plus, la figure indique que les anticorps antigrippe fixés ne se lient pas à des antigènes libres. Cela exclut la proposition c) car ce ne sont pas des antigènes libres qui migrent.

▶ 3. a) Exact.

b) Faux. Les anticorps anti-anticorps ne migrent pas, ils sont fixés à la bandelette au niveau de la zone de contrôle.

c) Faux. Le test se fonde uniquement sur la relation antigène-anticorps, et non sur la destruction du virus.

d) Faux. Le test n’a rien à voir avec la recherche d’anticorps antigrippe chez le patient ; il repose sur la recherche d’antigènes viraux présents chez le patient à l’aide d’anticorps spécifiques du virus grippal. La réponse exacte est donc bien la a). Remarquez bien que ce test utilise deux types d’anticorps spécifiques, chacun l’étant d’une région différente de l’antigène viral.