Une liberté nouvelle (texte de S. de Beauvoir, tableau de V. M. Corcos)

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle S - 3e | Thème(s) : Sujets diverses matières à indexer - Se raconter, se représenter
Type : Sujet complet | Année : 2017 | Académie : Pondichéry

 

6

fra3_1705_12_00C

D’après Pondichéry • Mai 2017

100 points

Une liberté nouvelle

Document A Texte littéraire

Simone de Beauvoir vient d’avoir vingt ans : en s’installant à Paris, dans une pension tenue par sa grand-mère, elle obtient enfin la liberté dont elle avait tant rêvé pendant ses années d’études… Elle raconte cette installation au deuxième tome de son œuvre autobiographique.

Ce qui me grisa lorsque je rentrai à Paris, en septembre 1929, ce fut d’abord ma liberté. J’y avais rêvé dès l’enfance, quand je jouais avec ma sœur à « la grande jeune fille ». Étudiante, j’ai dit avec quelle passion je l’appelai. Soudain, je l’avais ; à chacun de mes gestes, je m’émerveillais de ma légèreté. Le matin, dès que j’ouvrais les yeux, je m’ébrouais, je jubilais. Aux environs de mes douze ans, j’avais souffert de ne pas posséder à la maison un coin à moi. Lisant dans Mon journal1 l’histoire d’une collégienne anglaise, j’avais contemplé avec nostalgie le chromo2 qui représentait sa chambre : un pupitre, un divan, des rayons couverts de livres ; entre ces murs aux couleurs vives, elle travaillait, lisait, buvait du thé, sans témoin : comme je l’enviai ! J’avais entrevu pour la première fois une existence plus favorisée que la mienne. Voilà qu’enfin moi aussi j’étais chez moi ! Ma grand-mère avait débarrassé son salon de tous ses fauteuils, guéridons, bibelots. J’avais acheté des meubles en bois blanc que ma sœur m’avait aidée à badigeonner d’un vernis marron. J’avais une table, deux chaises, un grand coffre qui servait de siège et de fourre-tout, des rayons pour mettre mes livres, un divan assorti au papier orange dont j’avais fait tendre les murs. De mon balcon, au cinquième étage, je dominais les platanes de la rue Denfert-Rochereau et le lion de Belfort. Je me chauffais avec un poêle à pétrole rouge et qui sentait très mauvais : il me semblait que cette odeur défendait ma solitude et je l’aimais. Quelle joie de pouvoir fermer ma porte et passer mes journées à l’abri de tous les regards ! Je suis très longtemps restée indifférente au décor dans lequel je vivais ; à cause, peut-être, de l’image de Mon journal je préférais les chambres qui m’offraient un divan, des rayonnages ; mais je m’accommodais de n’importe quel réduit : il me suffisait encore de pouvoir fermer ma porte pour me sentir comblée. Je payais un loyer à ma grand-mère et elle me traitait avec autant de discrétion que ses autres pensionnaires ; personne ne contrôlait mes allées et venues. Je pouvais rentrer à l’aube ou lire au lit toute la nuit, dormir en plein midi, rester claquemurée vingt-quatre heures de suite, descendre brusquement dans la rue. Je déjeunais d’un bortsch chez Dominique3, je dînais à la Coupole d’une tasse de chocolat. J’aimais le chocolat, le bortsch, les longues siestes et les nuits sans sommeil, mais j’aimais surtout mon caprice. Presque rien ne le contrariait. Je constatai joyeusement que le « sérieux de l’existence », dont les adultes m’avaient rebattu les oreilles, en vérité ne pesait pas lourd. Passer mes examens, ça n’avait pas été de la plaisanterie ; j’avais durement peiné, j’avais eu peur d’échouer, je butais contre des obstacles et je me fatiguais. Maintenant, nulle part je ne rencontrais de résistances, je me sentais en vacances, et pour toujours.

Simone de Beauvoir, La Force de l’Âge, 1960, © Éditions Gallimard, www.gallimard.fr.

1. Mon journal : mensuel de l’époque, pour filles et garçons de cinq à dix ans.

2. Chromo : illustration en couleur.

3. Dominique : restaurant russe qui servait entre autres choses le bortsch, un potage traditionnel de l’Est.

Document B Vittorio Matteo Corcos, Rêves, 1896

fra3_1705_12_00C_01

Travail sur le texte littéraire et sur l'image 50 points • 1 h 10

Les réponses doivent être entièrement rédigées.

Grammaire et compétences linguistiques

 1. « j’y avais rêvé dès l’enfance » (ligne 2)

Dans cette proposition, à quel temps le verbe est-il conjugué ? Expliquez son emploi. (4 points)

 2. « j’avais durement peiné, j’avais eu peur d’échouer, je butais contre des obstacles et je me fatiguais. Maintenant, nulle part je ne rencontrais de résistances, je me sentais en vacances, et pour toujours. » (lignes 40 à 43)

a) Quel est le rapport logique entre ces deux phrases ? (2 points)

b) Transformez ces deux phrases en une phrase complexe contenant une proposition subordonnée. (2 points)

 3. « Je suis très longtemps restée indifférente au décor dans lequel je vivais ; à cause, peut-être, de l’image de Mon journal je préférais les chambres qui m’offraient un divan, des rayonnages ; mais je m’accommodais de n’importe quel réduit […] » (l. 24-28)

Réécrivez ce passage en remplaçant la 1re personne du singulier (« je ») par la 1re personne du pluriel (« nous ») désignant la narratrice et sa sœur. Vous ferez toutes les modifications nécessaires. (10 points)

Compréhension et compétences d’interprétation

4. Lignes 1 à 6 : relevez trois mots qui illustrent le sentiment dominant de ce passage. Quelle en est la cause ? (4 points)

5. « J’aimais le chocolat, le bortsch, les longues siestes et les nuits sans sommeil, mais j’aimais surtout mon caprice. » (lignes 35 à 37)

Quels sont les goûts évoqués par la narratrice dans cette phrase ? Lequel est mis en avant et comment ? (6 points)

6. Que représente la nouvelle chambre dans la vie de la narratrice ? Vous développerez au moins deux idées. (7 points)

7. Quelle est la place de la lecture dans la liberté nouvelle de la narratrice ? Justifiez en citant le texte. (7 points)

8. Décrivez l’attitude de la jeune femme dans ce tableau. Quelle image particulière de la lectrice introduit-il ? Cette vision rejoint-elle celle que propose le texte ? (8 points)

dictée 10 points • 20 min

Le nom de l’auteur, le titre de l’œuvre, ainsi que le nom « Herbaud » sont écrits au tableau au début de la dictée.

Simone de Beauvoir

Mémoires d’une jeune fille rangée, 1958

© Éditions Gallimard, www.gallimard.fr

Voilà pourquoi en rencontrant Herbaud j’eus l’impression de me trouver moi-même : il m’indiquait mon avenir. Ce n’était ni un bien-pensant, ni un rat de bibliothèque, ni un pilier de bar ; il prouvait par son exemple qu’on peut se bâtir, en dehors des vieux cadres, une vie orgueilleuse, joyeuse et réfléchie : telle exactement que je la souhaitais. Cette fraîche amitié exaltait les gaietés du printemps. Un seul printemps dans l’année, me disais-je, et dans la vie une seule jeunesse : il ne faut rien laisser perdre des printemps de ma jeunesse.

Rédaction 40 points • 1 h 30

Vous traiterez au choix l’un des deux sujets.

Sujet de réflexion

En quoi la lecture peut-elle être selon vous une source de liberté ?

Vous répondrez à cette question en envisageant notamment différentes pratiques ou différents supports de la lecture.

Votre rédaction sera d’une longueur minimale d’une soixantaine de lignes (300 mots environ).

Sujet d'imagination

La narratrice rencontre sa grand-mère dans la pension : cette dernière exprime ses sentiments face à la liberté et au bonheur de sa petite fille. Elle lui raconte ce qu’était sa vie au même âge.

Votre rédaction sera d’une longueur minimale d’une soixantaine de lignes (300 mots environ) et mêlera dialogue et narration.

Les clés du sujet

Les documents

Le texte littéraire (document A)

Simone de Beauvoir, philosophe et romancière, fut une femme engagée, célèbre pour ses écrits féministes. Dans le deuxième tome de son autobiographie, La Force de l’Âge, elle commence par raconter les premiers temps de sa vie de femme active et indépendante, dans les années 1930, lorsqu’elle quitte le domicile familial.

L’image (document B)

Le tableau de Vittorio Matteo Corcos évoque, par son rendu, les photographies de l’époque. Il fit sensation la première fois qu’il fut exposé : la femme représentée semble revendiquer indépendance et liberté d’esprit.

Rédaction (sujet de réflexion)

Recherche d’idées

Tu dois montrer que la lecture est une source de liberté. Pars de tes propres pratiques de lecteur. Que lis-tu : romans imposés par l’école, livres proches de tes intérêts personnels, documentaires ? Comment lis-tu : des heures d’affilée, quelques minutes par jour, sur des supports imprimés ou numériques ? Pourquoi lis-tu : pour te distraire, t’informer ? À partir de tes réponses à ces questions, réfléchis à ce que cette activité peut apporter.

Conseils de rédaction

Voici un déroulement possible pour ton devoir :

1. La lecture offre une évasion dans l’imaginaire.

2. La lecture représente une ouverture aux autres et au monde.

3. La lecture permet d’accéder au savoir.

Rédaction (sujet d'imagination)

Recherche d’idées

Commence ton devoir par un passage narratif pour évoquer la rencontre entre la narratrice et sa grand-mère. La jeunesse de la grand-mère se situe vraisemblablement dans la seconde moitié du xixsiècle. Imagine ce qu’était la vie d’une jeune fille de bonne famille à cette époque : pouvait-elle vivre seule et exercer une activité professionnelle ?

Conseils de rédaction

Comme le texte de départ, ton devoir sera rédigé à la 1re personne : c’est la narratrice qui s’exprimera dans tous les passages narratifs. Dans le dialogue, les interventions de la grand-mère seront les plus longues.

Tu dois utiliser le vocabulaire des sentiments et des émotions, exprimant au choix : l’envie, la fierté, le regret ou la réprobation.

Corrigé

Corrigé

Travail sur le texte littéraire et sur l'image

Grammaire et compétences linguistiques

1. Le verbe est conjugué au plus-que-parfait. Ce temps est utilisé pour les actions antérieures (« dès l’enfance ») à celles exprimées au passé simple (« ce qui me grisa ») et à l’imparfait (« je m’émerveillais »).

2. a) C’est une relation logique d’opposition qui unit ces deux phrases, entre un avant marqué par la difficulté (« j’avais durement peiné ») et un « maintenant » empreint de facilité (« je me sentais en vacances »).

attention !

L’utilisation de mais est impossible : tu aurais une proposition indépendante coordonnée et non une subordonnée.

b) « J’avais durement peiné, j’avais eu peur d’échouer, je butais contre des obstacles et je me fatiguais, alors que maintenant, nulle part je ne rencontrais de résistances, je me sentais en vacances, et pour toujours. »

3. Les modifications sont mises en couleur.

« Nous sommes très longtemps restées indifférentes au décor dans lequel nous vivions ; à cause, peut-être, de l’image de Mon journal nous préférions les chambres qui nous offraient un divan, des rayonnages ; mais nous nous accommodions de n’importe quel réduit. »

Compréhension et compétences d’interprétation

4. La joie est le sentiment dominant. Plusieurs mots l’illustrent : « ce qui me grisa, je m’émerveillais, je jubilais, passion ». La liberté d’action nouvellement acquise par la narratrice en est à l’origine.

5. La narratrice évoque d’abord son goût de la nourriture et du sommeil. Mais sa préférence va avant tout à son « caprice », c’est-à-dire la liberté de faire ce qu’elle veut. Le mot est mis en avant par l’adverbe d’insistance « surtout » et par la construction de la phrase : à l’énumération des goûts physiologiques succède une proposition indépendante coordonnée marquée par un lien logique d’opposition fort (« mais »).

6. La nouvelle chambre représente d’abord l’indépendance, pour celle qui a longtemps souffert « de ne pas posséder à la maison un coin à [elle] ». Elle peut ainsi s’isoler, et surtout ne rendre de compte à personne : « Quelle joie de pouvoir fermer ma porte et passer mes journées à l’abri de tous les regards ! » Cet isolement lui permet alors d’obéir à son « caprice », à ses envies.

info +

Virginia Woolf a écrit un livre, Une chambre à soi, pour dire qu’un espace à soi est essentiel pour une femme si elle veut acquérir autonomie et indépendance.

7. La lecture occupe une place primordiale dans la vie de la narratrice. Elle lui permet d’entrevoir ce qu’elle désire dès l’âge de douze ans : une chambre avec « des rayons couverts de livres ». L’accession à l’indépendance est très importante, car elle lui permet d’assouvir ce plaisir intellectuel qu’est la lecture, sans règles ni témoins.

8. La jeune femme du tableau est élégamment habillée. Sa robe, ses gants, son ombrelle laissent penser qu’elle appartient à une classe sociale aisée. Assise sur un banc, seule, des livres posés à côté d’elle, elle regarde d’un œil absent le spectateur, sans sourire. Cette représentation introduit une image particulière de la lecture : activité ouverte aux femmes, et activité intellectuelle qui se prolonge par des rêveries.

Le texte présente aussi la lecture comme une activité importante et intense. En revanche, la notion de plaisir extrême qui ressort du texte (« je jubilais ») n’est pas visible sur le tableau. On note enfin une différence dans l’espace dévolu à la lecture : lieu intime dans le texte (la chambre), lieu public (une rue, un jardin) dans le tableau.

dictée

point méthode

1 Dans ce texte, le temps dominant est l’imparfait que l’on trouve conjugué soit à la 1re personne, soit à la 3e personne. On trouve également un verbe au passé simple et deux verbes au présent.

2 Attention à l’adjectif tel(s), telle(s) : il faut identifier le nom auquel il se rapporte pour choisir les marques d’accord correspondantes.

3 Certains mots ont une orthographe difficile : orgueilleuses, gaietés (une autre orthographe existe : gaîté).

Voilà pourquoi en rencontrant Herbaud j’eus l’impression de me trouver moi-même : il m’indiquait mon avenir. Ce n’était ni un bien-pensant, ni un rat de bibliothèque, ni un pilier de bar ; il prouvait par son exemple qu’on peut se bâtir, en dehors des vieux cadres, une vie orgueilleuse, joyeuse et réfléchie : telle exactement que je la souhaitais.

Cette fraîche amitié exaltait les gaietés du printemps. Un seul printemps dans l’année, me disais-je, et dans la vie une seule jeunesse : il ne faut rien laisser perdre des printemps de ma jeunesse.

Rédaction

Voici un exemple de rédaction sur chacun des deux sujets.

Attention les indications entre crochets ne doivent pas figurer sur ta copie.

Sujet de réflexion

conseil

Annonce le plan de ton devoir à la fin de l’introduction ; puis commence chaque partie avec un connecteur logique permettant de se repérer dans ton devoir.

[Introduction] Pour Simone de Beauvoir, la lecture est synonyme de liberté. Certains pourront la considérer comme une activité contraignante. En quoi pourtant la lecture peut-elle être une source de liberté ? Nous verrons qu’elle offre une évasion dans l’imaginaire, qu’elle apporte une ouverture sur le monde, et qu’elle procure un accès au savoir.

[Une évasion] Tout d’abord, la lecture peut offrir un moment d’évasion : lire des romans permet de s’extraire du quotidien. Dans son autobiographie, Nathalie Sarraute raconte ainsi à quel point la lecture de Rocambole la plongeait dans un autre univers. L’imagination étant sans limite, la lecture est bien synonyme de grande liberté.

[Une ouverture sur le monde] Ensuite, la lecture est une porte ouverte sur le monde. On peut lire des romans se déroulant à des périodes ou dans des régions de la planète dont on ignore tout. Pour un coût très modeste, la lecture nous fait voyager dans le temps et dans l’espace, et nous offre ainsi une forme de liberté.

[Un accès au savoir] Enfin, la lecture offre un accès au savoir, de surcroît facilité par les supports numériques. Ils sont connectés et permettent de lire n’importe où des textes extrêmement variés. Ainsi, après avoir entendu mon professeur parler d’un roman dont le thème m’intéressait, j’ai pu, en attendant le bus, lire une brève présentation de l’auteur sur mon smartphone. De lien en lien, j’ai découvert le travail d’un peintre qui m’a fortement impressionné. Quelle liberté que d’avoir accès aux connaissances du monde entier par la lecture !

[Conclusion] La lecture peut donc être considérée comme une source de liberté. Aujourd’hui, les supports numériques amplifient ce sentiment de liberté.

Sujet d’imagination

[Mise en situation] Un après-midi, alors que je sortais de ma chambre après avoir passé vingt-quatre heures enfermée à lire, je croisai ma grand-mère. Je vis bien qu’elle s’inquiétait de me voir vivre au rythme d’horaires aussi fantasques.

« Ma petite Simone, est-ce que tout va bien ? J’ai l’impression parfois que tu te réfugies dans ta chambre et que tu ne veux pas en sortir.

– Ne vous inquiétez pas, je vous assure que je n’ai jamais été aussi heureuse. J’ai toujours rêvé d’avoir un espace à moi, dans lequel je peux, si je le désire, m’isoler et lire tant que je veux.

attention !

Tirets et guillemets ont des rôles précis : les guillemets sont employés au début et à la fin du dialogue, tandis que les tirets signalent un changement d’interlocuteur.

[Sentiments de la grand-mère face au bonheur de sa petite-fille] – Eh bien, soupira-t-elle, tu me rassures. Je suis contente de savoir que tu vis exactement comme tu le souhaites. Quel bonheur de pouvoir faire cela, à ton âge ! Avoir une liberté de mouvement, une indépendance financière et vivre comme tu l’entends. Comme je t’envie… »

Ce qu’elle m’avouait ne m’étonna pas. J’étais tellement heureuse à cette époque qu’il me semblait naturel que tout le monde enviât mon bonheur.

[Vie de la grand-mère au même âge] « Je n’ai pas eu cette chance, reprit-elle, toute à ses souvenirs. Lorsque j’avais vingt ans, il me fallait passer mes journées dans le salon familial, à recevoir les visiteurs en compagnie de ma mère, en ayant toujours quelque travail de couture dans les mains. Mes parents priaient pour qu’un jeune homme convenable se présente enfin, et que mon avenir soit assuré. Le plaisir, il n’en était pas question. J’aurais aimé étudier, la médecine notamment ; mais pour mon père il était impensable que sa fille entreprenne des études. Et puis, où aurais-je étudié ? Je n’avais pas de chambre rien qu’à moi, où réfléchir et étudier… » Sa voix se mit à trembler, mais elle se reprit très vite.

« Je t’ai dit que je t’enviais, mais je suis heureuse de te savoir comblée, et fière, également : fière de te voir choisir la voie qui te convient, fière de ton indépendance et de ton intelligence. »

[Conclusion de l’épisode : retour à la narration] Ces mots me touchèrent et donnèrent par la suite un sens plus profond à mes actes. C’est aussi pour toutes ces femmes qui n’avaient pas pu choisir, qui n’avaient pas pu connaître ce bonheur qui était le mien, qu’il fallait que j’en profite.

Une liberté nouvelle (texte de S. de Beauvoir, tableau de V. M. Corcos)

Ces documents pourraient vous intéresser