Une mémoire de la guerre d’Algérie

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : Les mémoires : lecture historique
Type : Analyse de document | Année : 2014 | Académie : Inédit
 
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
Une mémoire de la guerre d’Algérie
 
 

Les mémoires : lecture historique

hgeT_1400_00_00C

Histoire

2

CORRIGE

 

Sujet inédit

analyse de document

> À travers l’analyse de ce document, vous présenterez de façon critique les principales caractéristiques de la mémoire officielle de la guerre d’Algérie portée par le gouvernement algérien.

Document

Extrait de la Constitution de la République algérienne démocratique et populaire (septembre 1963)

Le peuple algérien a livré en permanence, pendant plus d’un siècle, une lutte armée, morale et politique contre l’envahisseur et toutes ses formes d’oppression, après l’agression de 1830 contre l’État algérien et l’occupation du pays par les forces colonialistes françaises. Le 1er novembre 1954, le Front de libération nationale appelait à la mobilisation de toutes les énergies de la Nation, le processus de lutte pour l’indépendance ayant atteint sa phase finale de réalisation. La guerre d’extermination menée par l’impérialisme français s’intensifia et plus d’un million de martyrs payèrent de leur vie, leur amour de la patrie et de la liberté. En mars 1962, le peuple algérien sortait victorieux de cette lutte de sept années et demie menée par le Front de libération nationale. […] Après avoir atteint l’objectif de l’indépendance nationale que le Front de libération nationale s’était assigné le 1er novembre 1954, le peuple algérien continue sa marche dans la voie d’une révolution démocratique et populaire.

  • La consigne est centrée autour de la notion de mémoire officielle, c’est-à-dire ce qu’un État impose de retenir d’un événement. Il s’agit ici de la mémoire officielle de la guerre d’Algérie (guerre d’Indépendance) qu’a construite le gouvernement algérien. Vous devez donc exclure toutes les autres mémoires (mémoire officielle française, mémoires communautaires).
  • La problématique est largement suggérée par la consigne : elle vous invite à décrire les différentes composantes de cette mémoire officielle.
  • Le plan thématique est le plus adapté. N’oubliez pas de faire preuve d’esprit critique en confrontant mémoire officielle et réalité historique.
Corrigé

Analyser un texte historique

1 Il faut d’abord soigneusement identifier le document, c’est-à-dire déterminer sa nature, sa source, son auteur, sa date, son contexte historique et son destinataire.

2 Il faut ensuite analyser la consigne : préciser et définir les mots clés ; fixer les limites temporelles et spatiales ; dégager une problématique.

3 Ensuite, il faut extraire du document toutes les informations permettant de répondre à la problématique, puis les regrouper et les classer logiquement, de façon à élaborer un plan (thématique, chronologique ou analytique).

4 Enfin, il faut rédiger l’analyse comprenant : une introduction (avec la présentation du texte, la problématique et l’annonce du plan) ; un développement en deux ou trois parties (avec des citations) ; une conclusion (répondant à la problématique).

Les titres en couleur servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Introduction

[Présentation du document] Le document proposé est un extrait de la Constitution de la République algérienne, promulguée en septembre 1963, peu après la fin de la guerre d’Algérie (mars 1962) et l’accession du pays à l’indépendance (juillet 1962). Il présente la mémoire officielle du conflit portée par l’État algérien.

[Problématique et annonce du plan] L’analyse de ce texte nous permettra de répondre à la question suivante : quelles sont les principales caractéristiques de cette mémoire ? Pour ce faire, nous montrerons de façon critique comment le pouvoir en place présente le conflit comme un combat à la fois unitaire et héroïque.

I. Un combat unitaire

1. Un acteur, un guide

  • Ce texte décrit la guerre d’Algérie comme une étape de la lutte permanente du « peuple algérien » contre l’occupant français, le FLN ayant joué le rôle moteur pour mobiliser « toutes les énergies de la Nation » à partir de 1954.
 

Gagnez des points !

On peut penser au Mouvement national algérien de Messali Hadj ou à l’Union démocratique du manifeste algérien de Ferhat Abbas.

  • Cette vision est simpliste : elle donne une représentation linéaire de l’histoire du pays ; elle masque les divisions entre Algériens (certains ont soutenu la cause indépendantiste, d’autres, comme les harkis, l’ont combattue) ; elle néglige volontairement les mouvements nationalistes rivaux du FLN.

2. Une mobilisation totale

  • Le document évoque « une lutte armée, morale et politique » supposant un combat militaire, idéologique et politique de toute une nation contre la présence française.
  • En réalité, lecombat a d’abord été le fait du FLN, minoritaire à ses débuts : c’est lui qui a organisé la vague d’attentats du 1er novembre 1954, déclenchant le conflit. Cependant il a progressivement rallié une majorité de « musulmans », selon le vocable de l’administration coloniale française.

II. Un combat héroïque

1. Une vision manichéenne

  • Le texte oppose le peuple algérien, qui lutte par « amour de la patrie et de la liberté », et la France qui impose sa domination de façon brutale (« impérialisme français », « toutes ses formes d’oppression »). L’enjeu de ce conflit est bien le droit d’un peuple à disposer de lui-même.
  • Cependant, l’enjeu pour le FLN est aussi d’accéder seul au pouvoir en prenant la tête de la lutte nationaliste tout en éliminant les partis rivaux.

2. Un bilan exagéré

 

Info

Lors de son investiture, le président algérien prête serment sur le sang des martyrs et sur le Coran.

  • Le document présente le conflit comme une « guerre d’extermination » (c’est-à-dire un génocide) menée par la France, qui aurait causé plus d’un million de morts (héroïsés par le terme « martyrs »).
  • En fait, l’objectif de la France était de maintenir sa présence par tous les moyens, ce qui l’a entraînée dans l’engrenage de la violence ; selon les historiens, 450 000 musulmans environ ont péri.

Conclusion

[Réponse à la problématique] La mémoire officielle de la guerre d’Algérie, portée par le gouvernement algérien, repose sur l’idée d’un combat unitaire et héroïque contre le colonisateur.

[Critique du document] L’intérêt de ce texte est de nous rappeler comment le FLN au pouvoir a construit cette mémoire pour cimenter l’unité nationale et consolider sa légitimité. Sa principale limite est qu’il s’agit d’un document de propagande qui livre une vision monolithique de la guerre d’Algérie.