Une société peut-elle se passer d'art?

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : L'art
Type : Dissertation | Année : 2017 | Académie : Pondichéry

17

phiT_1704_12_00C

Pondichéry • Avril 2017

dissertation • Série ES

Une société peut-elle se passer d’art ?

Les clés du sujet

Définir les termes du sujet

Une société

Le mot « société » désigne une association dont les liens sont très variés et qui suppose que les individus aient tous intérêt à coopérer. Nous parlons de la société civile pour désigner le monde du travail mais aussi des médias et de la culture.

Peut-elle se passer

« Pouvoir se passer de quelque chose » signifie pouvoir s’en dispenser sans que cela soit gênant. Ce dont on se passe est jugé inessentiel ou secondaire.

D’art

Étymologiquement, ars signifie « habileté, métier, connaissance technique, savoir-faire ». Mais le mot « art » renvoie également à un concept purement esthétique – on parle des beaux-arts, d’une œuvre d’art – qui ne relève alors pas de l’utilitaire. La définition de l’art est un enjeu important et une source de perplexité depuis au moins un siècle. Comment le définir et que peut-il apporter d’essentiel à une société humaine ?

Dégager la problématique et construire un plan

Ce sujet invite à se demander si l’art est indispensable à la société. La société ne pourrait-elle pas exister aussi bien sans l’art ? D’une part, l’art est valorisé comme étant une des expressions majeures de la liberté individuelle. Son absence serait donc le signe d’une société écrasée par un pouvoir totalitaire qui impose aux artistes de mettre leurs créations au service de la propagande.

Cependant, la valorisation de l’art met parfois en avant son caractère socialement inutile. L’activité artistique ne serait pas un travail comme les autres. Elle ne répondrait pas à des besoins matériels mais satisferait le désir de rêver, de s’évader, de se détendre. Dans ce cas, une société pourrait envisager de se passer d’art, totalement ou partiellement, le considérant comme un simple adjuvant.

La première partie mettra en valeur les arguments traditionnellement donnés pour marquer la valeur de l’art. La deuxième montrera que notre conception de l’art est historiquement définie. Une société sans art, au sens où nous l’entendons aujourd’hui, n’est donc pas forcément une impossibilité. Dans une dernière partie, nous nous efforcerons de montrer la nécessité de l’art dans la société actuelle.

Éviter les erreurs

Le terme de « pouvoir » est à distinguer ici de celui de « devoir » : on ne vous demande pas d’apporter un jugement moral mais de saisir la difficulté d’une relation.