Unité et diversité du continent africain face aux défis du développement

Merci !

Annales corrigées
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : L'Afrique : les défis du développement
Type : Composition | Année : 2012 | Académie : Inédit
Unit 1 - | Corpus Sujets - 1 Sujet
 
Unité et diversité du continent africain face aux défis du développement

L’Afrique : les défis du développement

Corrigé

39

Géographie

hgeT_1200_00_40C

Sujet inédit

composition

Entrer dans le sujet

  • Votre sujet porte sur l’unité et la diversité. L’introduction doit y faire allusion à travers les termes utilisés : le nom du continent doit apparaître, mais aussi celui de quelques pays.
  • Le développement est une amélioration des performances de l’économie et des conditions de vie de la population. L’IDH permet de mesurer le stade de développement.
  • L’expression « défis du développement » renvoie aux difficultés rencontrées par l’Afrique pour se développer. Il importe de ne pas être uniquement négatif : l’Afrique est en développement et présente des évolutions positives.
  • Il s’agit de mettre en évidence le fait que l’Afrique, continent en développement, est dans son ensemble confrontée aux mêmes problèmes, mais que, dans le même temps, la diversité des situations est grande, à diverses échelles. La référence aux échelles est importante dans le sens où elle fait écho à la notion de diversité et témoigne d’un effort de raisonnement géographique.
  • Pour évaluer la diversité de l’Afrique, la notion de classe moyenne est pertinente. Cette notion est relative au niveau de développement : en Afrique, elle se subdivise entre « classe flottante », gagnant entre 2 et 4 US $/jour, et « classe moyenne inférieure et supérieure » (de 4 à 20 US $/jour). Au-delà de 20 US $/jour, on appartient à la classe aisée.
  • Rendez vivante votre composition en témoignant de votre culture : de nombreux reportages sur l’Afrique montrent les femmes effectuant des tâches physiques (pour l’eau, le bois…), nécessaires au chauffage et à la cuisson des aliments.
  • Vous pouvez également faire appel à vos connaissances de l’actualité récente pour commenter la progressive démocratisation de l’Afrique, en faisant des allusions aux « révolutions arabes » en Afrique du Nord ou au prix Nobel de la paix 2011, décerné à trois femmes, deux libériennes (dont la présidente du Libéria) et une yéménite.

Définir le plan

I. L’Afrique, un continent en développement, entre difficultés et progrès

II. Handicaps et atouts de l’Afrique en développement

III. Une diversité de situations, à différentes échelles

Corrigé

Réaliser un schéma de synthèse

1 Un schéma de synthèse est fortement valorisé : il témoigne de la capacité à cartographier les faits et processus observés, d’un effort de raisonnement géographique.

2 Schématique, il doit néanmoins être propre et lisible. Il faut l’accompagner d’une légende et d’un titre (le plus souvent celui de la composition), sur la même feuille et non au verso.

3 La légende doit être organisée selon un plan qui reprend celui de la composition. Le même figuré peut être repris dans deux parties de la légende si le sujet l’exige.

4 Dessinez schématiquement les formes de l’Afrique, en respectant les proportions.

5 Évitez à tout prix la carte muette, dans laquelle ne figure aucun nom de lieu (ville, pays, région). Efforcez-vous de les localiser précisément.

6 N’oubliez pas de faire référence à votre schéma dans votre composition.

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Introduction

[Accroche] De la Tunisie à l’Afrique du Sud, du Sénégal au Kenya, l’Afrique est confrontée aux défis du développement : difficultés et progrès s’y observent partout, tous les jours.

[Présentation de la problématique et du plan] Mais face à de tels enjeux, un continent si vaste ne peut pas être homogène : au-delà de l’unité, la diversité est reine. Quels sont les handicaps et les atouts de l’Afrique dans cette longue marche ? Comment s’exprime la diversité, à quelles échelles ?

I. L’Afrique, un continent en développement, entre difficultés et progrès

D’importants défis

  • L’IDH de l’Afrique s’élève en 2010 à 0,524 (voir schéma), alors que la moyenne mondiale s’établit à 0,753 : l’Afrique est confrontée à de multiples défis, notamment dans tous les domaines couverts par cet indicateur (économie, santé et éducation).
  • Les difficultés économiques sont fortes. Appareil productif et infrastructures de transport ne sont pas performants : les routes goudronnées sont rares, les ports mal équipés. Cela rend difficile l’insertion dans les flux commerciaux internationaux, souvent limités à l’exportation de quelques produits, parfois peu rémunérateurs : en Éthiopie, le café représente 60 % des exportations. La dépendance extérieure est forte : exportateurs de produits agricoles, le Maroc et la Tunisie doivent cependant importer une grande partie des céréales nécessaires à l’alimentation de la population.
  • Les conditions de vie sont souvent difficiles. L’accès aux soins, à l’éducation, au logement, au travail ou à des biens communs dans les pays développés (eau, électricité) ne va pas toujours de soi. Dans de nombreux pays, plus de 80 % de la population n’a pas l’électricité. Les corvées de bois ou d’eau rythment la vie de nombreux villages.

Des évolutions positives

  • L’Afrique est néanmoins bien en développement et nombre de ses évolutions sont positives, surtout durant la dernière décennie.
  • La croissance économique du continent (5,2 %) a été supérieure à la croissance mondiale (3,7 %) entre 2000 et 2010. Des signes de modernité (téléphone mobile) se diffusent.
  • La population connaît globalement une amélioration de ses conditions de vie. La part relative des pauvres recule, une classe moyenne émerge.

II. Handicaps et atouts de l’Afrique en développement

Les fondements des difficultés africaines

  • Les structures de l’économie, dominée par l’agriculture et la production de matières premières, ne permettent pas de créer suffisamment de richesses.
  • La faiblesse des États limite leur capacité à jeter les bases d’un développement économique et social. Elle aboutit, dans le pire des cas, à des guerres et des conflits.
  • L’explosion démographique a été très forte au xxe siècle : de 1990 à 2010, la population africaine est passée de 630 millions à 1 milliard d’habitants. Cela rend difficile la couverture des besoins de la population. L’économie peine à suivre…

Des atouts nombreux

  • Les richesses du continent sont nombreuses et leur exploitation au profit de tous ne peut que favoriser le développement (hydrocarbures, minerais, potentiel agricole).
  • La population, nombreuse et jeune, est dynamique. Éduquée, elle constitue une extraordinaire richesse.
  • Pacification et démocratisation, parfois obtenues grâce à l’intervention internationale, ne peuvent que favoriser le développement.

III. Une diversité de situations, à différentes échelles

L’Afrique du Nord, plus développée que l’Afrique subsaharienne

  • L’Afrique du Nord (Égypte, Tunisie, Maroc) a de nombreux atouts : hydrocarbures, développement axé sur l’agriculture, le tourisme ou l’industrie légère pour valoriser sa proximité avec l’Europe (voir schéma).
  • De graves conflits ont en revanche longtemps déstabilisé l’économie et la population de l’Afrique subsaharienne. L’économie, moins diversifiée, repose surtout sur les matières premières agricoles et minières (voir schéma).

Les situations nationales : Afrique du Sud versus Somalie

  • Seul pays émergent du continent, l’Afrique du Sud se rapproche des pays riches. Elle attire les flux d’IDE et exporte dans le monde entier. Les inégalités, très fortes, témoignent néanmoins de la persistance d’un mal-développement.
  • Beaucoup de pays en situation moyenne participent eux aussi d’une manière ou d’une autre à la mondialisation en exportant hydrocarbures (Nigeria), produits agricoles (Côte d’Ivoire) ou miniers (Congo).
  • À côté de ces évolutions positives, certains pays présentent des situations très difficiles. Leur enclavement limite leur participation à la mondialisation (Mali). D’autres s’épuisent dans des guerres sans fin comme la Somalie (voir schéma).

Villes et campagnes

Partout en Afrique, la situation des villes reste meilleure que celles des campagnes, ce qui justifie la persistance d’un puissant exode rural (voir schéma). En Algérie, la population urbaine est passée de 52 % à 66 % de la population totale entre 1990 et 2010.

Conclusion

[Réponse à la problématique] L’Afrique est-elle bien ou « mal partie » (R. Dumont) ? Elle est en développement : si les défis auxquels elle est confrontée restent nombreux et leurs racines profondes, de nombreux indices témoignent d’évolutions positives.

[Ouverture] Mais c’est bien la diversité qui prime : l’Afrique reste plurielle. N’est-ce pas un facteur de richesse et de dynamisme ?

Unité et diversité du continent africain face aux défis du développement