Le réflexe myotatique, un outil diagnostique

Fiches
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : La communication nerveuse
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Le réflexe myotatique, un outil diagnostique

FB_Bac_98621_SvtT_S_048

48

109

2

Lors d’un examen médical, l’intégrité du système neuromusculaire peut être vérifiée par un léger choc sur un tendon qui engendre la contraction réflexe du muscle auquel il est relié. Selon le tendon sollicité, on parlera de réflexe rotulien ou achilléen.

1L’initiation du réflexe myotatique

 Le point de départ du réflexe myotatique nécessite la détection de l’étirement d’un muscle. Celle-ci est réalisée par des récepteurs sensibles à l’étirement : les fuseaux neuromusculaires (FNM), cellules musculaires modifiées, présentes à l’intérieur du muscle en parallèle des fibres musculaires, et associées à des fibres nerveuses sensitives (doc.1).

 Un choc sur un tendon provoque l’étirement du muscle auquel il est relié, et donc des FNM. Leur étirement déclenche la genèse de messages nerveux sensitifs (ou afférents) proportionnels au degré de leur étirement.

Doc. 1 Les fuseaux neuromusculaires, des récepteurs à l’étirement.

2Les voies nerveuses empruntées lors du réflexe myotatique

 Chaque fibre nerveuse sensitive issue des FNM correspond au prolongement d’un neurone sensoriel qui assure la propagation d’un message nerveux afférent en direction d’un centre nerveux, ici la moelle épinière.

 Ce neurone sensoriel entre en contact au niveau de la substance grise de la moelle épinière avec un motoneurone qui va générer un message moteur réflexe adapté à l’intensité du stimulus perçu. Les fibres nerveuses motrices issues des motoneurones quittent la moelle épinière par la racine ventrale et véhiculent des messages moteurs ou efférents à destination du muscle étiré.

 La moelle épinière constitue le centre nerveux intégrateur du réflexe myotatique et est un élément clef du fonctionnement de l’arc réflexe(doc.2) qui débute au niveau du récepteur sensoriel et s’achève au niveau de l’effecteur.

Doc. 2 L’arc réflexe.

3Le caractère monosynaptique du réflexe myotatique

Le circuit nerveux à l’origine du réflexe myotatique met en jeu deux neurones, l’un sensoriel, l’autre moteur, en contact au niveau d’une synapse située dans la substance grise de la moelle épinière. Comme une seule synapse est mise en jeu dans ce réflexe, il est qualifié de monosynaptique.

4Le muscle, organe effecteur du réflexe myotatique

 Un muscle est composé de fibres musculaires, effecteurs du réflexe myotatique, qui vont se contracter lorsque les messages nerveux moteurs arrivent au niveau d’une synapse neuromusculaire, jonction entre une fibre nerveuse efférente et une fibre musculaire.

 En réponse à l’étirement du muscle, la stimulation motrice des fibres musculaires entraîne leur contraction, donc leur raccourcissement et celui du muscle auxquelles elles appartiennent (>dépliant, XII).

>

Pour lire la suite, inscrivez-vous et bénéficiez de 24h gratuites.
Déjà inscrit ? Connectez-vous à votre compte.