Dans un récit, qu'appelle-t-on le statut du narrateur ? Le point de vue narratif ?

Merci !

Cours audio
Classe(s) : 2de | Thème(s) : Le roman et la nouvelle au XIXe siècle : réalisme et naturalisme

Le cours audio

Un roman ou une nouvelle raconte une histoire par l'intermédiaire d'un narrateur.
Quand vous étudiez un extrait, commencez donc par vous poser des questions sur ce narrateur : cela vous fournira de bonnes clés d'entrée.

o En premier lieu, demandez-vous : " Qui parle dans ce récit ? " Cette question vous permet de connaître le statut du narrateur.

• Parfois il s'agit d'un des personnages de l'histoire. Le récit est alors raconté à la 1re personne ; on parle de narrateur interne.

• Souvent cependant, le narrateur est externe à l'histoire. Le récit est alors raconté à la 3e personne.

Écoutez cet extrait du roman de Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie.
" Alors, comme quelqu'un qui cherche à se rappeler diverses circonstances, après avoir appuyé quelque temps ses mains sur son front, voici ce que ce vieillard me raconta.
En 1726, un jeune homme de Normandie […] se détermina à venir dans cette île pour y chercher fortune. Il avait avec lui une jeune femme qu'il aimait beaucoup et dont il était aimé. "

Deux narrateurs se succèdent ici. Le premier est interne à l'histoire comme l'indique le pronom me dans " me raconta ". Le second est apparemment externe à l'histoire qu'il rapporte : son récit commence bien à la troisième personne.
Notez en passant que, quand un premier narrateur laisse la parole à un second narrateur, on a un récit enchâssé.

o Demandez-vous également : " Qui voit ? " C'est la question du point de vue ; on utilise aussi le terme de " focalisation ".
Dans un récit avec un narrateur externe, plusieurs points de vue sont possibles.

• Si le point de vue est externe, le narrateur rapporte les actions et les discours des personnages de façon neutre, sans trace de subjectivité. Voici un exemple de point de vue externe avec l'incipit de Bouvard et Pécuchet de Flaubert.

" Deux hommes parurent.
L'un venait de Bastille, l'autre du jardin des Plantes. Le plus grand, vêtu de toile, marchait le chapeau en arrière, le gilet déboutonné et sa cravate à la main. Le plus petit, dont le corps disparaissait dans une redingote marron, baissait la tête sous une casquette à visière pointue. "

Le narrateur est un simple spectateur qui décrit ce qu'il voit. Il ignore d'ailleurs l'identité des deux héros dont il se contente de décrire l'apparence.

• Plus subjectif est le point de vue interne. Le narrateur se glisse en effet dans la conscience d'un personnage. Il nous décrit ce qu'il perçoit et ressent.
Écoutez cet autre extrait de Flaubert tiré de Madame Bovary.
" Mais elle tourna la tête : Charles était là. Il avait sa casquette enfoncée sur ses sourcils, et ses deux grosses lèvres tremblotaient, ce qui ajoutait à son visage quelque chose de stupide. "
Le lecteur découvre Charles à travers le regard méprisant de l'héroïne. On a bien un point de vue interne.

• Enfin, il y a le point de vue omniscient.
Omniscient signifie " qui sait tout ". Comme s'il était d'essence divine, le narrateur a une vision surplombante qui lui permet de tout savoir ; il paraît doté de nombreux " pouvoirs " :
- Il peut se promener dans le temps, se projeter dans le futur ou revenir dans le passé.
- Il est capable d'être à plusieurs endroits en même temps.
- Enfin il connaît tout sur les personnages et intervient pour émettre des jugements, des commentaires.

Dans les romans de Balzac, le narrateur est ainsi très souvent omniscient. Écoutez cet extrait de la Recherche de l'absolu :
" En août 1813, environ un an après la scène par laquelle cette histoire commence, si Claës avait fait quelques belles expériences que malheureusement il dédaignait, ses efforts avaient été sans résultat quant à l'objet principal de ses recherches. "
Le narrateur a bien ici une vision surplombante de l'histoire. Il est capable de se déplacer dans le temps. Il connaît Claës, les regrets qui le rongent. Par ailleurs, il intervient pour donner son opinion comme l'indique l'adverbe " malheureusement ".

Sorte de filtre pour le lecteur, le narrateur oriente notre regard et nos impressions. Comprendre et maîtriser les enjeux d'un récit passe donc par l'analyse de sa voix et de son regard.