En quoi consiste une mise en scène ?

Merci !

Cours audio
Classe(s) : 1re ES - 1re L - 1re S - 1re STI2D - 1re STMG - 1re ST2S - 1re STL | Thème(s) : Le théâtre, texte et représentation

Le cours audio

En quoi consiste une mise en scène ?

 

 

L’essentiel du cours

On peut distinguer trois conceptions différentes de la mise en scène

 

• Dans le premier cas, le metteur en scène se met totalement au service du texte.

« Pour aborder un chef-d’œuvre, pour répondre à sa sollicitation, pour l’entendre, il n’est qu’une attitude : la soumission » écrit Louis Jouvet dans ses Témoignages sur le théâtre. Telle est en effetl’attitude revendiquée par de grands metteurs en scène du xxe siècle, comme Copeau, Dullin, Jouvet, Barrault, Vilar, qui cherchent avant tout à valoriser le texte théâtral du dramaturge. Ils prônent le respect total du texte : leur travail consiste alors à révéler au mieux ce qu’ils considèrent comme étant la vérité de la pièce.

 

• Mais le metteur en scène peut aussi vouloir donner à entendre sa propre interprétation du texte, sa propre voix. Dom Juan de Molière est une pièce complexe dont l’interprétation n’est pas univoque : le héros n’est-il qu’un personnage cynique qui se joue des femmes ? Faut-il voir en lui un libertin humaniste ? Qui gagne : lui ou les valeurs de la société ? Le texte ne donne pas de réponse. Par ses choix de mise en scène, le metteur en scène propose alors sa propre interprétation, tout en restant fidèle à la lettre du texte ; au spectateur de jouer avec les différentes propositions et de les comparer.

 

• Il existe une troisième voie plus radicale. Dans ce dernier cas, le texte n’est plus qu’une matière comme une autre, il est désacralisé et le metteur en scène se donne les droits de le transformer, pour en faire un élément de sa propre création. Le metteur en scène anglais Craig (1872-1966) adopte cette position radicale, il se dit « régisseur » au sens où c’est lui qui dirige tout, qui régit tout.

C’est en ce sens qu’Artaud (1896-1948) peut déclarer : « Pour moi nul n’a droit de se dire auteur, c’est-à-dire créateur, que celui à qui revient le maniement direct de la scène. »

 

Comment une mise en scène peut-elle revitaliser un texte du répertoire ? Voici deux exemples.

 

Premier exemple, le théâtre de Marivaux. Ce théâtre, on l’a longtemps réduit au marivaudage, ou « propos d’une galanterie délicate et recherchée », selon la définition du Petit Robert. Mais les mises en scènes contemporaines montrent que, derrière le jeu subtil des sentiments et la langue policée du xviiie siècle, se cache une analyse pointue de la cruauté des rapports humains et des relations sociales. Et que cette analyse est toujours d’actualité.

 

• Autre exemple : la manière qu’ont certains metteurs en scène contemporains de transposer une pièce classique dans un autre siècle et dans un autre contexte. Ainsi Ariane Mnouchkine, directrice du Théâtre du soleil, sans changer un mot du texte, transpose Tartuffe dans un contexte nord-africain, dénonçant alors tous les intégrismes et les faux dévots quelle que soit leur religion.

 

Concluons.Le travail du metteur en scène est avant tout de révéler, dans un spectacle vivant, les virtualités d’un texte. En fonction de l’époque, de l’actualité, une pièce peut être présentée sous différents angles. Quand vous étudiez une pièce, mettez-vous en situation : quelle mise en scène du texte feriez-vous ? Vous verrez alors que vous êtes face à des choix qui ont des conséquences sur le sens et la réception de la pièce.