L’eau, entre abondance et rareté

Merci !

Cours audio
Classe(s) : 2de | Thème(s) : Gérer les ressources terrestres

Le cours audio

L'eau est présente partout sur la Terre, appelée la planète bleue. Elle est pourtant très mal répartie et représente aujourd'hui une ressource de plus en plus convoitée.

Les besoins en eau ne cessent d'augmenter.

• Ces besoins augmentent parce que les usages de l'eau sont multiples : l'homme en a besoin pour vivre, mais il ne consomme en fait que 8 % de l'eau qu'il utilise chaque année.

• Les activités qui consomment le plus d'eau sont l'agriculture, avec notamment l'irrigation qui représente 69 % de la consommation mondiale d'eau, et l'industrie, qui représente 23 % de l'eau utilisée.

• La croissance de la population, l'urbanisation et l'industrialisation de nombreux pays du Sud, comme la Chine ou l'Inde, sont les causes de l'augmentation de la consommation d'eau dans le monde.

La répartition de l'eau sur la Terre s'avère très inégale.

• La quantité d'eau disponible à la surface de la Terre est toujours la même, elle est le résultat du cycle de l'eau et elle peut sembler globalement suffisante. Mais c'est son inégale répartition selon les régions du monde et les saisons qui posent un vrai problème.
En effet, 1,2 milliard d'individus n'a pas accès à l'eau potable !
De nombreuses régions du monde sont victimes de sécheresse, surtout dans les régions soumises au climat tropical sec et au climat méditerranéen.

• Au contraire, dans les régions équatoriales où la saison des pluies est longue, sur certains littoraux soumis aux cyclones, les inondations peuvent être dévastatrices : il faut alors gérer l'excès d'eau en construisant des digues, des canaux de drainages.

Il est nécessaire de maîtriser la distribution de l'eau.

• La distribution en eau est assurée par des techniques modernes et d'autres plus traditionnelles.

- Pour atteindre les nappes phréatiques dans les PED, les hommes utilisent des puits qui remontent l'eau à la surface grâce à des systèmes de balancier ou de roues. Ils creusent aussi des canaux, ou des galeries souterraines inclinées qui permettent d'irriguer les champs situés en aval de la pente.
- Dans les pays du Nord, mais aussi de plus en plus au Sud, les techniques modernes se multiplient : les motopompes remplacent les puits traditionnels, des réservoirs, des citernes, des barrages permettent de stocker l'eau, les égouts récoltent les eaux usées, les stations d'épuration les traitent et parfois les recyclent. Mais dans ce cas aussi, la maîtrise de l'eau reflète les inégalités Nord-Sud.

Ces aménagements entraînent des modifications au niveau des paysages.

• Ces paysages sont facilement reconnaissables, surtout lorsque l'on observe la terre vue du ciel pour reprendre le titre du célèbre ouvrage de Yann Arthus-Bertrand.
Des champs circulaires, grands cercles de verdure, sont apparus en plein désert de Jordanie grâce à l'irrigation par aspersion. Les rizières en terrasse sont dignes des plus belles cartes postales de Bali, et les oasis du Sahara sont des îlots de vie où légumes et arbres fruitiers poussent à l'ombre des palmiers dattiers.

Les défis à relever concernant la gestion de l'eau sont nombreux.

• Le premier défi est celui de la lutte contre toutes les formes de pollutions : celles qui sont liées aux activités urbaines et industrielles, mais surtout celles qui découlent des activités agricoles. Les engrais, les pesticides, polluent en effet trop souvent les nappes phréatiques et favorisent la formation d'algues qui mettent en danger l'existence de nombreuses espèces vivantes. Ce phénomène est appelé eutrophisation.

• Le second défi est celui de diminuer la consommation en eau : celle-ci est trop souvent surexploitée et gaspillée ce qui entraîne une forte diminution du niveau des nappes phréatiques.

Il faut dès lors envisager des solutions pour une gestion durable de l'eau.

• Il existe de nombreux domaines sur lesquels l'homme peut intervenir.

- Il doit améliorer les systèmes existants pour lutter contre le gaspillage de l'eau : cela passe par un meilleur entretien des conduites d'eau dans les villes des PED, le recyclage des eaux industrielles et l'amélioration des systèmes d'irrigation. Les techniques d'aspersion par goutte à goutte sont coûteuses, mais elles consomment peu d'eau.
- Il doit se poser des questions à une échelle plus globale : l'accès à l'eau potable est-il un droit ? Doit-il être payant comme c'est le cas dans les pays riches ? Comment arbitrer les conflits entre les États à propos des ressources en eau ? Dans ce domaine, il n'y a pas de position juridique claire.

Conclusion
Même si la quantité d'eau disponible chaque année est toujours la même, les ressources en eau potable sont inégalement réparties dans le monde.
Dans ces conditions, l'homme doit aménager des systèmes de captage d'eau, assurer sa distribution, ainsi que la collecte des eaux usées et leur recyclage.
Les enjeux de demain sont nombreux : il s'agit de voir comment distribuer de façon équitable les disponibilités en eau et comment fournir à tous ce bien indispensable à la vie.