L’Union européenne dans la mondialisation

Merci !

Cours audio
Classe(s) : 1re S - 1re L - 1re ES | Thème(s) : L'Union européenne et la France dans le monde - La France et l'Europe dans le monde - La France et l’Europe dans le monde

Le cours audio

L’Union européenne est-elle toujours une puissance majeure ou est-elle sur le déclin ?

C’est une question qui se pose aujourd’hui.

 

On peut d’abord se rassurer en constatant que l’Union européenne est encorela première puissance économique et commerciale du monde, avec 28 % du PIB mondial, 20 % de la production industrielle et l’agriculture la plus intensive du monde.

 

L’UE est aussi une puissance ouverte et commerçante, avec 40 % du commerce mondial de marchandises. Dans les services, elle assure 25 % des échanges internationaux, avec des points forts dans le tourisme et les services financiers.

Sa puissance se mesure aussi à l’activité de ses firmes transnationales : un tiers des 500 premières mondiales sont européennes.

 

Sur quoi repose cette puissance économique et commerciale ?

Avec un peu plus de 500 millions d’habitants à fort niveau de vie, l’Union européenne est l’un des deux marchés de consommation majeurs de la planète, avec un excellent niveau de qualification de la main-d’œuvre, des réseaux de transport modernes et la garantie d’États de droit.

Les dynamiques de l’intégration européenne participent à cette puissance. L’Union a impulsé la Politique agricole commune, de grands projets industriels (Airbus, Ariane), l’unification monétaire de 2002, avec la création de l’euro.

 

Mais la puissance de l’UE connaît des limites.

Le vieillissement – très avancé – entraîne des problèmes de financement.

La récente crise de la dette montre la limite d’un système social européen à bout de souffle.

L’Union souffre de dépendance aux matières premières ou à l’énergie, d’un certain déclin dans la recherche-développement, d’une croissance économique molle.

 

Face à l’UE, la concurrence des pays émergents, où la main-d’œuvre est moins chère, l’esprit d’entreprise est plus vif, les normes moins contraignantes…

 

Le Northern Range constitue la principale interface de l’UE avec le reste du monde. Quels en sont les caractères et les atouts actuels ?

 

Qu’est-ce que le Northern Range ? Du Havre à Hambourg, c’est une série de ports regroupant la gamme complète des activités océaniques, qui réalise 50 % du trafic maritime européen.

La réussite du Range tient à son rôle d’interface principale de l’UE. L’hinterland est constitué par l’axe rhénan, épine dorsale de la construction européenne. Les ports du Range sont ainsi devenus de gigantesques plateformes multimodales. De très importantes zones industrialo-portuaires s’y sont constituées, avec des activités de raffinage, de chimie, de sidérurgie « sur l’eau ».

Notons cependant que le trafic transatlantique est en baisse et que la maîtrise de la manutention portuaire est devenue le fait de grandes compagnies transnationales, souvent asiatiques.

 

De l’autre côté de l’Europe, quelles relations l’UE entretient-elle avec les espaces sud-méditerranéens ?

 

Entre les rives nord et sud de la Méditerranée existent d’importants différentiels.

Des différentiels démographiques, les pays de la rive nord vieillissent. Au sud, la croissance se situe encore autour de 2 %/an et les différentiels économiques également. Les pays du nord sont nettement plus riches.

 

En raison de ces différentiels, la Méditerranée fonctionne comme uneinterface :

– avec des migrations de travail des pays pauvres du Sud vers les pays riches de l’Union, qui se doublent de mouvements touristiques, dans le sens Nord-Sud ;

– avec des échanges de marchandises de type centre/périphérie : produits agroalimentaires et manufacturés du Nord vers le Sud, hydrocarbures et matières premières du Sud vers le Nord.

 

Mais la Méditerranée est aussi unefrontière fermée entre l’espace Schengen et les pays de la région, zones de départ et de transit pour les immigrants illégaux. Les contentieux historiques, culturels, religieux ne manquent pas : passé colonial franco-algérien ; terrorisme islamiste…

 

Des efforts sont cependant faits pour promouvoir l’intégration de la zone méditerranéenne, dans le cadre de la politique de voisinage de l’UE. Depuis 1995, le « processus de Barcelone » a mis en place un partenariat euro-méditerranéen. L’Union pour la Méditerranée semble, elle, au point mort. Mais les révolutions démocratiques du « printemps arabe » pourraient changer la donne.

 

Concluons.

L’Union européenne conserve des positions économiques et commerciales très fortes dans le monde, quoiqu’en déclin régulier. Le Northern Range est à l’image de cette dynamique et de ce déclin relatif.

Avec la rive sud de la Méditerranée, le différentiel économique est tel que l’UE entretient toujours avec cette zone des relations de type centre/périphérie.