La fin des totalitarismes

Merci !

Cours audio
Classe(s) : 1re L - 1re ES | Thème(s) : Le siècle des totalitarismes

Le cours audio

La sortie du nazisme est brutale en Allemagne, car elle est imposée par les Alliés en 1945. La fin du totalitarisme est beaucoup plus lente en URSS puisqu’il faut attendre l’effondrement complet du régime en 1990 pour que celui-ci disparaisse.

Quelles sont les étapes qui permettent à l’Allemagne nazie et à l’URSS de sortir du totalitarisme ?

 

 Attelons-nous d’abord à retracer les étapes de la fin du nazisme.

 

Quelques mots sur le contexte. En mars 1945, l’armée allemande est en déroute. Les Alliés occupent l’Allemagne de l’Ouest tandis que l’Armée rouge libère l’Europe centrale. Hitler, dans l’impasse, se suicide le 30 avril et l’armée allemande capitule sans condition le 8 mai à Berlin. Le IIIe Reich vient de s’effondrer.Le territoire allemand est alors divisé en quatre zones d’occupation, administrées par un conseil de contrôle allié.

 

Après avoir réglé les questions territoriales, les Alliés s’attellent à juger les responsables nazis.

 

Entre octobre 1945 et novembre 1946, le tribunal militaire de Nuremberg juge 22 hauts dignitaires nazis mais aussi tout l’État-major de l’armée, la Gestapo, les SS et les autres structures du régime. Trois chefs d’inculpation sont retenus :

– les crimes contre la paix (qui concernent la préparation, le déclenchement, l’organisation et poursuites du conflit) ;

– lescrimes de guerre (c’est-à-dire les mauvais traitements faits aux prisonniers, les violences d’occupation contre les civils, les pillages et les destructions de villes) ;

– enfin,un chef d’inculpation nouveau,les crimes contre l’humanité. Ceux-ci englobent l’assassinat, l’extermination, l’esclavage et la déportation, c’est-à-dire tous les actes inhumains commis contre les civils.

 

• Il s’agit ensuite d’extirper l’idéologie nazie, profondément enracinée dans les esprits. C’est ce que l’on appelle la dénazification. Comment est-elle organisée ?

Dans sa zone d’occupation, l’URSS affirme très vite avoir éliminé le nazisme. En réalité, beaucoup de savants nazis seront utilisés pour mener à bien le programme nucléaire et spatial soviétique.

Dans les zones occidentales, les Alliés rédigent une liste de 178 000 nazis à arrêter. De plus, des questionnaires sont distribués à la population afin de définir le degré d’implication des individus dans le régime. Mais là aussi, soucieux d’assurer la reconstruction économique du pays et parce que de nombreuses élites ont été impliquées, une loi d’amnistie est finalement votée en 1949. Cependant, via la presse, les syndicats, les Églises, tout est mis à contribution pour réintroduire les valeurs de la démocratie. La population doit se confronter à la réalité de la déportation et progressivement assumer son histoire.

 

 Étudions maintenant la sortie du totalitarisme en URSS. Celle-ci est beaucoup plus lente. Quand ce processus commence-t-il ?

 

En 1945, il n’est pas question de critiquer les pratiques totalitaires de Staline : il a eu une attitude héroïque face aux nazis pendant la bataille de Stalingrad et l’Armée rouge a libéré les camps d’extermination en Pologne. Le modèle soviétique s’impose dans les pays d’Europe de l’Est qu’il a libérés.

• Staline meurt le 5 mars 1953. L’arrivée de Khrouchtchev au pouvoir en 1956et les réformes qu’il entreprend laissent entrevoir un assouplissement des pratiques totalitaires. Khrouchtchevdénonce le culte de la personnalité et la terreur. Le nombre de déportés est divisé par vingt et la censure est assouplie.

Cependant, lesinstruments du totalitarisme restent intacts : la planification, la collectivisation et le parti unique. En 1964, Kroutchtchev est congédié par une coalition de conservateurs.

• Il faut attendre l’accession de Michael Gorbatchev au pouvoir, en 1985, pour que les choses changent vraiment. Gorbatchev lance en effet une série de réformes :

– dans le cadre d’une politique de « transparence », ouGlasnost, il rétablit les libertés d’expression et de religion, supprime la censure et libère les dissidents ;

– dans le cadre d’une politique de restructuration, ouPerestroïka, il libéralise l’économie et lutte contre la corruption.

Cependant Gorbatchev se trouve vite dépassé par les réformes qu’il a initiées. En 1990, le libéral Boris Eltsine est élu président de la Russie et, le 8 décembre 1991, les accords de Minsk entérinent la fin de l’URSS. Les anciennes républiques soviétiques deviennent indépendantes. Président d’une fédération qui n’existe plus, Gorbatchev démissionne le 25 décembre 1991.

 Concluons.

Après 1945, les régimes totalitaires disparaissent d’Europe. Organisée par les Alliés en Allemagne, la fin du nazisme met une génération à s’effectuer dans les esprits.

Le totalitarisme soviétique disparaît par étapes : c’est d’abord la déstalinisation sous Khrouchtchev, puis la Glasnot de Gorbatchev qui permet le retour de la démocratie.