La France dans la Seconde Guerre mondiale

Merci !

Cours audio
Classe(s) : 3e | Thème(s) : L’Europe, un théâtre majeur des guerres totales (1914-1945)

Le cours audio

En 1940, la France vaincue entre en collaboration avec l'Allemagne nazie.
En 1945, la France s'assied à la table des vainqueurs. Comment un tel retournement de situation a-t-il été possible ?
En fait, il n'y a pas une, mais deux voire trois France : la France de Vichy, qui collabore, la France libre, qui résiste, et aussi la France occupée, qui tente de survivre.

 

 

Qu'est-ce que la France de Vichy ?

• C'est un régime né de la défaite : le Maréchal Pétain signe l'armistice le 22 juin 1940. Le pays est divisé en deux : une zone occupée au nord, une zone dite libre au sud. L'Alsace-Lorraine est rattachée au Reich. Pétain s'installe à Vichy. Il se fait accorder les pleins pouvoirs en juillet 1940 et crée un nouveau régime, l'État français.

• Vichy est un régime réactionnaire et autoritaire, fondé sur le pouvoir personnel et le culte du Maréchal. Il rejette la démocratie, supprime partis politiques et syndicats. La Révolution Nationale retourne aux valeurs traditionnelles : " Travail, Famille, Patrie ".

• Vichy est un régime collaborationniste. Pétain lance la collaboration avec l'Allemagne, sanctionnée par sa rencontre avec Hitler à Montoire en octobre 1940. Un statut des Juifs de France est promulgué. Après novembre 1942 et l'occupation de la zone sud, la collaboration s'accélère : le Service du Travail Obligatoire est institué, la Milice pourchasse Juifs et résistants, certains s'engagent même dans la Légion des Volontaires Français ou la SS.

Au milieu de la tourmente, les Français tentent de survivre à l'Occupation.

• Il faut d'abord vivre au quotidien, malgré les prélèvements allemands en produits alimentaires et de première nécessité. Les Français font la queue, découvrent les tickets de rationnement et les ersatz ; les plus aisés se fournissent au marché noir. Les privations sont moins grandes dans les campagnes, chez les commerçants ou les proches du nouveau pouvoir.

• Il faut aussi vivre dans la peur : peur des contrôles, des réquisitions, des exécutions d'otages en représailles des actes de résistance, du STO, et même des bombardements alliés.

Les Juifs de France sont particulièrement visés : les Juifs étrangers sont livrés par Vichy à l'occupant, les Juifs français deviennent des citoyens de seconde zone. À partir de 1942, en zone occupée, le port de l'étoile jaune devient obligatoire. Les rafles et confiscations se succèdent. 75 000 Juifs de France seront déportés.

À l'opposé de la Collaboration d'État, il y a la France qui résiste.

• La Résistance est d'abord extérieure. Le 18 juin 1940, le Général de Gaulle lance depuis la radio de Londres son appel à la Résistance. Les Forces Françaises Libres participent brillamment aux combats.

• La Résistance est aussi intérieure. Elle se développe progressivement, à la faveur de l'invasion de l'URSS en 1941, de l'occupation de la zone sud en 1942, de la création du STO en 1943. Après les tracts et journaux clandestins, les filières d'évasion, on passe aux sabotages et embuscades. En 1943, l'envoyé du général de Gaulle, Jean Moulin, réalise l'unité des deux résistances. Les Forces Françaises de l'Intérieur luttent désormais aux côtés des Forces Françaises Libres.

• Après le débarquement de Normandie, les FFI harcèlent les troupes allemandes. Les représailles sont effroyables, comme à Oradour-sur-Glane. Les FFL de la 2e DB libèrent Paris. De Gaulle, de retour en France, crée un gouvernement provisoire et restaure l'autorité de l'État.

Conclusion
Ainsi, malgré la collaboration instituée par le régime de Vichy, le général de Gaulle permet à la France Libre de s'asseoir à la table des vainqueurs, marquant la fin de cinq années d'épreuves pour la population.