La France depuis 1946

Merci !

Cours audio
Classe(s) : Tle L - Tle ES - Tle S | Thème(s) : Gouverner un Etat-nation : la France depuis 1946 - Gouverner un Etat-Nation : la France depuis 1946

Le cours audio

 

 

Depuis 1946, la conception de l'État français et de ses missions a évolué. Comment la politique de l'État est-elle définie et mise en œuvre depuis cette date ?

Avant d'entrer dans le vif du sujet, il convient de bien maîtriser le vocabulaire. Attention aux confusions !

• Le gouvernement désigne l'ensemble des personnes qui dirigent et administrent le pays. Il s'agit du président de la République, du Premier ministre et des ministres, mais aussi des parlementaires et des hauts fonctionnaires. Cependant le sens de ce mot peut être plus restreint, surtout sous la Ve république, où il a tendance à se confondre avec le pouvoir exécutif.
L'État est l'organisation permanente qui représente un peuple, à l'intérieur et à l'extérieur d'un territoire sur lequel il exerce sa souveraineté. Le président de la République est le chef de l'État. Le mot État désigne aussi l'ensemble des institutions et des services qui permettent de gouverner et d'administrer un pays.
• On appelle État-nation un État dont les habitants partagent un sentiment d'unité nationale. L'école, le service militaire et la diffusion de symboles ont permis l'émergence d'une culture républicaine en France dès le XIXe siècle, qui a consolidé l'État-nation.
• Enfin, l'administration désigne les services et les fonctionnaires chargés d'assurer le fonctionnement de l'État. Ils mettent en œuvre les décisions prises par le gouvernement et votées par le Parlement.

Quelles sont les missions de l'État et de l'administration en France avant les années 1970 ?

• En 1945, l'État devient un acteur majeur de la reconstruction de la France et de sa modernisation. Il planifie ses interventions dans le domaine économique et nationalise certains secteurs stratégiques. La reconstruction est ainsi rapidement achevée. La création de la Sécurité sociale en 1945 doit permettre une plus forte cohésion de la nation : c'est la naissance de l'État-providence.
• Avec la création en 1945 de l'École nationale de l'administration, ou ENA, l'État se réforme et l'influence de la haute fonction publique progresse dans la vie politique.
• À partir de 1958, l'État accélère la modernisation du pays en lançant de grands programmes industriels et en élargissant son intervention à l'aménagement du territoire et à la culture.

Comment expliquer l'affaiblissement du rôle de l'État en France depuis les années 1970 ?

De 1945 au début des années 1970, dans le contexte des Trente Glorieuses, l'État bénéficiait du contexte de croissance économique. Mais avec le ralentissement de l'économie, les actions de l'État sont contestées.
• Pourtant, avec l'arrivée de la gauche au pouvoir en 1981, l'État semble retrouver un rôle économique majeur. Des entreprises sont nationalisées, de nombreuses mesures sociales montrent un renouveau de l'État-providence. Mais, dès 1983, celui-ci doit revenir à une politique de rigueur.
• Dès lors s'amorce un recul régulier de l'intervention de l'État dans le domaine économique. L'État français transfère certaines de ses compétences aux collectivités territoriales, les régions et les départements, ainsi qu'à l'Union européenne. Avec le traité de Maastricht, en 1992, puis la mise en circulation de l'euro, en 2002, il perd une partie de ses prérogatives.

Alors que le rôle économique de l'État français s'est affaibli, surtout depuis les années 1970, la place du président de la République dans les institutions s'est dans le même temps renforcée. Pourquoi ?

Cette évolution est due aux réformes successives de la Constitution.
• Souvenez-vous de l'instabilité créée par la constitution de la IVe République en 1946. L'Assemblée nationale est alors le pivot des institutions. Elle vote les lois, investit le président du Conseil et peut le renverser. Le mode de scrutin, proportionnel, rend obligatoire les alliances entre les partis politiques et favorise l'instabilité ministérielle.
• En 1958, la Ve République met au contraire en place un pouvoir exécutif fort : le président de la République peut dissoudre l'Assemblée nationale, élue au mode de scrutin majoritaire. À partir de 1962, une première réforme renforce la légitimité du président : il est dorénavant élu au suffrage universel direct pour un mandat de 7 ans. En 2000, la durée de son mandat est alignée sur celle des députés, soit 5 ans. Dès lors, la probabilité d'une cohabitation est diminuée.

Quelques idées clés à retenir.

• Entre 1946 et 1973, l'État dirige la reconstruction et la modernisation du pays. Cette naissance de l'État-providence modernisateur permet de renforcer la cohésion nationale.
• À partir des années 1970, la construction européenne et la mondialisation réduisent la capacité d'action de l'État en matière économique. De plus, depuis 2008, la crise financière et l'endettement du pays rendent nécessaire des politiques de rigueur.
• Cependant, l'État est toujours dans ses attributions en luttant contre le chômage et en favorisant la croissance, pour assurer la cohésion sociale.

 

"