La Première Guerre mondiale

Merci !

Cours audio
Classe(s) : 1re S - 1re ES - 1re L | Thème(s) : La guerre et les régimes totalitaires au XXe siècle - La guerre au XXe siècle

Le cours audio

La Grande Guerre, qui se déroule de 1914 à 1918, fait basculer le monde dans une violence extrême. Comment l’expérience combattante marque-t-elle les sociétés ? Comment s’organise la paix à l’issue du conflit ?

 Mais en premier lieu, demandons-nous quelles sont les causes de ce conflit. On peut en citer trois principales.

• Tout d’abord la volonté hégémonique de pays comme l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie. L’Autriche-Hongrie occupe la Bosnie Herzégovine, où vivent de nombreuses minorités nationales. L’Allemagne contrôle l’Alsace-Lorraine depuis 1870, ce qui crée des tensions avec la France.

• Ensuite la course aux colonies que se livrent les puissances européennes. Elle provoque des crises : par exemple, au Maroc, entre la France et l’Allemagne, en 1905 et 1911.

• Enfin, l’existence d’alliances défensives entre pays européens. La Triple Alliance regroupe l’Empire allemand, l’Empire austro-hongrois et l’Italie. À l’opposé, la Triple Entente réunit la France, le Royaume-Uni et la Russie.

• Un événement met le feu aux poudres :le 28 juin 1914, l’héritier de la couronne d’Autriche-Hongrie est assassiné à Sarajevo. L’Autriche accuse la Serbie et la Russie, son alliée, se porte à son secours. L’Europe sombre alors dans un conflit qui durera quatre ans.

 Pendant tout le conflit, les champs de bataille sont les théâtres d’une violence sans limite.

La guerre commence par une vaste offensive allemande. À la fin de 1914 le front se stabilise des Vosges à la mer du Nord. L’Italie rejoint alors l’Entente et l’Empire ottoman renforce la triple Alliance.

• Une phase de guerre de position se déroule ensuite de 1915 à la fin de 1917. Les soldats sont enterrés dans des tranchées où ils sont bombardés, asphyxiés, souffrent du froid et de la faim. L’intensité du « feu » cause de graves traumatismes corporels et psychologiques notamment lors des batailles de Verdun et de la Somme en 1916. À l’est, les actes de déshumanisation de l’ennemi se multiplient. Le génocide d’un million et demi d’Arméniens, par les Turcs ottomans, constitue un paroxysme de la violence infligée aux civils.

• Les années 1917-1918 marquent un tournant dans le conflit qui devient mondial.Le 2 avril, les États-Unis interviennent aux côtés de l’Entente mais, en décembre, la Russie sort du conflit, secouée par une vague révolutionnaire. Au début de 1918, la remobilisation permet la reprise d’une guerre de mouvement et la victoire de l’Entente. L’Allemagne signe un armistice à Rethondes le 11 novembre.

 Pourquoi dit-on de ce conflit qu’il s’agit d’une guerre « totale » ?

• En premier lieu, du fait de la mobilisation massive des populations : des soldats, comme des civils qui sont appelés à travailler dans les usines pour fournir l’armée.

• Tous les Européens sont par ailleurs soumis au « bourrage de crâne » et plongés dans une « culture de guerre » où la haine de l’ennemi est véhiculée par tous les moyens.

• Le bilan humain de ce conflit est effroyable.Pendant ces quatre années, 67 millions de soldats ont été mobilisés et presque 10 millions sont morts. La vue des gueules cassées, c’est-à-dire des 18 millions d’anciens combattants blessés, entretient longtemps le souvenir de la guerre.

 Comment organiser la paix après un conflit aussi meurtrier ?

Il s’agit tout d’abord de réorganiser la carte de l’Europe. Le traité de Versailles règle le sort de l’Allemagne qui est démilitarisée, occupée par les troupes françaises dans la région de la Rhénanie. Rendue moralement responsable du conflit, elle doit payer de lourdes réparations, perd toutes ses colonies et son territoire est coupé en deux par le corridor de Dantzig.

Il s’agit ensuite de préserver la paix. En 1920 est créée la SDN ou société des Nations. Elle a pour objectif d’éviter les conflits et remplacer la diplomatie secrète par la négociation publique.

 Récapitulons les idées clés.

• La Première Guerre mondiale constitue, en ce début de XXe siècle, la première expérience des violences combattantes portées à leur paroxysme.

• D’un caractère total, elle laisse, en 1918, des sociétés bouleversées, dans lesquelles le deuil devient un enjeu de mémoire.

• De fait, ce conflit entraîne la brutalisation des rapports sociaux et la montée des pratiques totalitaires dans les années 1920 et 1930, et porte en germe la Seconde Guerre mondiale.