La Seconde Guerre mondiale

Merci !

Cours audio
Classe(s) : 1re ES - 1re L - 1re S | Thème(s) : La guerre au XXe siècle

Le cours audio

Vingt ans après la fin de la Grande guerre, la politique d’Adolf Hitler, mène à un nouveau conflit mondial entre 1939 et 1945. Un certain nombre d’éléments montrent qu’un nouveau seuil de violence est franchi pendant ce conflit. Quels sont-ils ?

Commençons par rappeler les grandes étapes de la Seconde Guerre mondiale.

• Ce conflit est européen dans sa première phase. Alliée avec l’Italie et le Japon, l’Allemagne engage, en 1939, une guerre éclair contre la Pologne et le nord de l’Europe. En mai 1940, ses armées envahissent les Pays-Bas, la Belgique, puis la France. Le 22 juin 1940, le maréchal Pétain signe un armistice et la France se retrouve occupée. Le Royaume-Uni est désormais seul en guerre contre le Reich.

• Puis, à partir de 1941, le conflitse mondialise. La Yougoslavie, la Grèce et l’Egypte sont envahies. Le 22 juin 1941, Hitler se retourne contre l’URSS, avec qui il avait signé un pacte de non-agression. Le 7 décembre 1941, les États-Unis, attaqués à Pearl Harbour par les Japonais, déclarent la guerre aux forces de l’Axe. Entre avril 1942 et février 1943, les Américains stoppent l’avancée japonaise dans le Pacifique tandis qu’avec les troupes britanniques, ils font reculer l’ennemi en Afrique.

L’année 1943 sonne le début des victoires de la grande Alliance. La victoire soviétique à Stalingrad marque l’échec de la guerre éclair sur le front de l’Est. Les Alliés débarquent en Sicile en juillet 1943 puis en Normandie le 6 juin 1944 et en Provence le 15 août. Le 8 mai 1945, l’armée allemande capitule à Berlin.

Voyons maintenant ce qui fait de ce conflit une véritable guerre d’anéantissement.

• Pendant toute la guerre, la cruauté se banalisesur les champs de bataille. Les prisonniers sont souvent éliminés, comme c’est le cas sur le front de l’Est où ils succombent à des marches forcées. Dans le Pacifique, les Japonais et les Américains se laissent aller à une pulsion exterminatrice à caractère raciste.

• Les civils ne sont pas épargnés par ces exactions lors des invasions et des retraites. S’en prendre aux civils devient une stratégie militaire : ils sont les victimes des raids aériens en Angleterre en 1940, en Allemagne en 1945 et au Japon, lors des bombardements atomiques sur Hiroshima et Nagasaki, les 6 et 9 août 1945.

Une autre spécificité du second conflit mondial réside dans l’occupation de l’Europe par l’Allemagne nazie. Qu’en est-il concrètement ?

• À compter de 1942, l’Europe estréorganisée au service du Reich.Victime d’un véritable pillage économique, ses matières premières et ses ressources alimentaires sont réquisitionnées ; l’Allemagne exige même des indemnités d’occupation et l’envoi de travailleurs en Allemagne (c’est le service du travail obligatoire).

• De plus, l’Europe occupée estsoumise à la terreur :la propagande vante la prééminence de la race aryenne. La Gestapo terrorise la population et pourchasse les résistants qui sont déportés, sans jugement, dans des camps de concentration à partir de 1941. Les Juifs et les Tziganes sont raflés, déportés et victimes d’un véritable génocide dans des camps d’extermination.

Le bilan de ce second conflit mondial révèle des destructions de masse.

• On compte environ 55 millions de mortsdans le monde, mais retenez qu’il s’agit autant de civils que de militaires. L’URSS, avec près de 21 millions de victimes, et la Pologne sont les pays les plus touchés. Plus de 5 millions de Juifs ont péri.

• Les destructions sont également matérielles : les centres industriels, les ports, les axes de communication de l’Europe de l’Ouest ont été soit bombardés, soit sabotés par la résistance. En 1945, l’Europe, en ruine, est à reconstruire.

Concluons.On peut dire que, lors de la Seconde Guerre mondiale, un palier a été franchi dans la violence de guerre ; en témoignent le nombre de victimes civiles, le génocide des Juifs et l’ampleur des destructions. L’Europe, qui a subi cette entreprise d’anéantissement, doit relever, au lendemain du conflit, le double défi de la reconstruction et de l’organisation de la paix.