La Ve République (1958-1995)

Merci !

Cours audio
Classe(s) : 3e | Thème(s) : Françaises et Français dans une République repensée

Le cours audio

L’essentiel du cours

En 1958, le général de Gaulle est rappelé au pouvoir pour trouver une issue au conflit algérien et fonder un nouveau système républicain. La IVe République, trop instable, prend fin en 1958. Quelles sont les caractéristiques de la Ve République ? Comment de Gaulle et ses successeurs ont-ils fait évoluer les institutions jusqu’en 1995 ?

Quelle marque de Gaulle imprime-t-il au nouveau régime entre 1958 et 1969 ?

• Les mandats du général de Gaulle sont marqués par la volonté de faire de la France une grande puissance. Le président s’efforce donc de rendre son pays indépendant de l’influence américaine. La France se dote de l’arme nucléaire en 1960 et sort du commandement de l’OTAN en 1966.

• De Gaulle personnifie le pouvoir par des pratiques inédites : il a souvent recours au référendum et s’adresse régulièrement aux Français à la télévision pour justifier sa politique. En 1962, il leur propose d’élire le président de la République au suffrage universel direct, ce qui renforce sa légitimité.

• À partir de mai 1968, de Gaulle doit faire face à l’opposition étudiante et ouvrière. Il règle la crise en procédant à la dissolution de l’Assemblée nationale. Mais son autorité est ébranlée et il démissionne un an plus tard, après un référendum qui lui est défavorable.

Georges Pompidou, un gaulliste, est élu président en 1969. Il poursuit la politique de modernisation du pays. Après le décès de Pompidou, Valéry Giscard d’Estaing est élu président en 1974. C’est un centriste qui cherche à rajeunir l’image présidentielle : il abaisse la majorité à 18 ans et légalise l’avortement avec la loi Veil de 1975.

 Quelles sont les institutions mises en place par la Ve République ?

• En octobre 1958, le général de Gaulle soumet le projet d’une nouvelle constitution aux Français. Ceux-ci se prononcent favorablement par référendum. C’est la naissance de la Ve République.

• La nouvelle constitution donne des pouvoirs étendus à l’exécutif : le président de la République, élu pour 7 ans, peut dissoudre l’Assemblée nationale ; il dispose de pouvoirs spéciaux en cas de crise grave ; il peut consulter le peuple par référendum et nomme le Premier ministre ; il est le chef de l’État, le chef des armées et le garant de l’indépendance nationale.

• Le pouvoir législatif est entre les mains de deux chambres, l’Assemblée nationale et le Sénat, qui discutent et votent les lois. Les députés peuvent renverser le gouvernement en votant une motion de censure.

Comment les institutions résistent-elles aux changements de majorité après 1981 ?

• En 1981, François Mitterrand devient le premier président socialiste : c’est l’alternance. Il mène de grandes réformes sociales : abolition de la peine de mort, retraite à 60 ans, augmentation du salaire minimum.

• Une situation institutionnelle inédite se produit pendant ses deux septennats : la cohabitation. Alors que la gauche est au pouvoir, la droite gagne les élections législatives. Le président Mitterrand doit alors nommer un premier ministre de droite : Jacques Chirac en 1986, puis Edouard Balladur en 1993. Le Président se replie sur les affaires étrangères tandis que le Premier ministre gère la politique intérieure. Pendant ces deux cohabitations, la droite tente de réduire les dépenses publiques.

Quelques idées clés à retenir

Par la mise en place et l’exercice d’un pouvoir présidentiel fort, de Gaulle a marqué les institutions de la Ve République. De 1969 à 1995, droite et gauche alternent au pouvoir sans déclencher de crise politique : les institutions de la Ve République ont prouvé leur solidité.