Le budget de l’État

Merci !

Cours audio
Classe(s) : 1re ES | Thème(s) : Régulations et déséquilibres macroéconomiques

Le cours audio

 

Le budget de l’État

Un budget est un ensemble de ressources destiné à financer une dépense. Par exemple, lorsqu’un client se rend chez un concessionnaire automobile, le vendeur lui demande quel budget il pense consacrer à l’achat de son véhicule. Cela se passe de la même façon au niveau de l’État. Chaque année, les pouvoirs publics élaborent un budget qui met en relation les recettes et les dépenses publiques.

 

Les recettes publiques reposent sur les prélèvements obligatoires, c’est-à-dire les versements effectués auprès des administrations publiques par les agents économiques que sont les ménages ou les entreprises. Il existe plusieurs types de prélèvements obligatoires. Les impôts, comme l’impôt sur le revenu ou la taxe sur la valeur ajoutée (la TVA), permettent le financement des administrations centrales. Les impôts locaux, qui réunissent taxe foncière et taxe d’habitation, sont destinés aux collectivités locales. Les cotisations sociales permettent quant à elles à la sécurité sociale d’effectuer des opérations de redistribution. Le taux de prélèvements obligatoires, calculé en pourcentage, mesure le poids de la fiscalité par rapport à la richesse nationale, c’est-à-dire par rapport au produit intérieur brut : en France le taux de prélèvements obligatoires était de 41,3 % en 2010.

 

Les dépenses publiques permettent le fonctionnement des administrations publiques centrales et locales, ainsi que de l’Union européenne. Le projet de loi de finances pour l’année 2011 prévoit des dépenses à la hauteur de 363 milliards d’euros. L’enseignement et la recherche constituent le premier poste budgétaire de la République avec une dépense de 87 milliards d’euros, viennent ensuite les dépenses affectées aux collectivités locales, à la défense et à l’Union européenne.

 

Lorsque les dépenses publiques sont supérieures aux recettes fiscales apparaît un déficit budgétaire, qui se traduit par un besoin de financement des administrations publiques. Il est nécessaire de distinguer le déficit du budget de l’État (déficit des administrations centrales), le déficit des collectivités locales (régions, départements, communes) et le déficit des administrations de sécurité sociale.

Le déficit des administrations publiques alimente la dette publique. Pour financer cette dette, la France émet des obligations. Mais il lui faut alors payer les intérêts versés annuellement aux investisseurs, c’est ce qu’on appelle la charge de la dette.