Le citoyen à Athènes au Ve siècle avant Jésus-Christ

Merci !

Cours audio
Classe(s) : 2de | Thème(s) : L'invention de la citoyenneté dans le monde antique

Le cours audio

La démocratie est née à Athènes au Ve siècle avant Jésus-Christ au sein de la polis, la cité grecque, et nos démocraties modernes s'en réclament héritières.
L'organisation de cette démocratie a contribué à fonder celle que nous connaissons. De même, la notion de citoyenneté correspond à un statut bien particulier dans l'Athènes du Ve siècle.

Être citoyen à Athènes au Ve siècle avant Jésus-Christ, c'est participer directement à la marche des affaires publiques de la cité.

• On parle alors de démocratie directe.
- Tous les citoyens peuvent effectivement se rendre sur la place publique, à l'assemblée, appelée alors Ecclésia, pour y écouter les discours des orateurs, puis voter les lois et prendre des décisions concernant la cité.
- L'utilisation de jetons ou de tessons garantit l'indépendance du vote et son secret.

Néanmoins, tous les habitants d'Athènes ne sont pas considérés comme des citoyens et ne peuvent, de ce fait, participer à la marche des affaires de la cité.

• Pour être citoyen, il faut remplir plusieurs conditions.
- Il faut être né libre et de sexe masculin, dans la cité d'Athènes, d'un père citoyen et d'une mère fille de citoyen. Sont donc exclus de cette catégorie : les femmes, les esclaves et les étrangers, mais - ceci mérite d'être noté - pas les plus pauvres.
- Il faut également avoir effectué son " éphébie " - l'équivalent du service militaire - entre 18 et 20 ans, et avoir fait le serment sacré de défendre sa cité.

• Ainsi, 40 000 Athéniens environ répondent aux conditions décrites, soit seulement 10 % de la population.

Le fonctionnement de la démocratie athénienne repose sur le fait que le citoyen athénien doit accepter d'être tour à tour " gouverné " et " gouvernant ".

• Non seulement, il participe à l'Ecclésia mais, par tirage au sort, il peut être désigné membre de la Boulè ou membre du tribunal de l'Héliée :
- la Boulè est chargée de la rédaction des lois ;
- l'Héliée veille à leur respect.

• Le tirage au sort pour toute fonction est de règle afin d'éviter les pressions politiques.
Cependant, les plus hautes fonctions, comme celles des stratèges, sont soumises au principe de l'élection : l'Ecclésia élit ainsi chaque année les 10 stratèges qui commandent l'armée.

• Chaque citoyen contribue selon ses moyens à la vie de la cité.
- Les citoyens les plus riches sont cavaliers et financent les dépenses exigées par les grandes fêtes politico-religieuses (processions, sacrifices ou représentations théâtrales). Ceux qui ont les moyens de financer leur armement sont hoplites (fantassins).
- Les citoyens les plus pauvres sont rameurs.

Ce système démocratique est le résultat d'un long processus historique qui débute au VIIIe siècle avant Jésus-Christ.

• Athènes est alors dirigée par les grandes familles, qui se désignent comme les " meilleurs " : les " aristoï ". Mais comme celles-ci ne cessent de rivaliser pour le pouvoir, la guerre civile devient permanente. La démocratie a été inventée par Athènes pour sortir de cette situation de crise.

• Trois hommes peuvent être considérés comme les fondateurs de la démocratie à Athènes : Solon, Clisthène et Périclès.
- Solon, au début du VIe siècle avant Jésus-Christ, fait reconnaître le principe de la liberté individuelle qui affirme que personne ne peut être réduit en esclavage pour dettes, et le principe de " l'isonomie " qui institue le fait que la loi, gravée, est la même pour tous.
- Clisthène, à la fin du VIe siècle, partage le territoire de la cité en trois entités : la côte, l'intérieur du pays et la ville. Tout citoyen fait partie du " dème " où il est né et chacun des dèmes est intégré dans une " tribu ", qui regroupe des dèmes de la côte, de la campagne et de la ville. Cette organisation met en échec le clientélisme, base du pouvoir des grandes familles et facteur de guerre civile.
- Périclès, stratège de -443 jusqu'à sa mort en -429, assure la puissance d'Athènes en puisant dans le trésor de la ligue de Délos - la ligue des cités grecques organisée contre la menace de l'empire perse. C'est lui qui institue par ailleurs le principe d'un dédommagement pour le temps consacré au gouvernement de la cité.

Conclusion
On peut retenir que le fonctionnement de ce système démocratique reposait sur un petit nombre de citoyens, éduqués et fiers de leur participation au pouvoir.
En outre, ce système avait recours à la procédure de l'ostracisme : tout citoyen soupçonné d'être un danger pour la démocratie en voulant exercer un pouvoir tyrannique était banni de la cité pour dix ans, sur décision de l'Ecclesia.