Les territoires ultramarins de l’Union européenne

Merci !

Cours audio
Classe(s) : 1re S - 1re L - 1re ES | Thème(s) : L'Union européenne et la France dans le monde - L'Union européenne : dynamiques de développement des territoires

Le cours audio

Deux questions au menu de ce podcast :

Quels sont les problèmes spécifiques des territoires ultramarins de l’Union européenne ? Quelles réponses celle-ci tente-t-elle d’y apporter ?

 

L’Union européenne compte34 territoires ultramarins :

– 8 ont le statut de régions ultra-périphériques (ou RUP) ; ils font partie intégrante de l’UE ;

– 21 sont classés parmi les pays et territoires d’outre-mer (ou PTOM) ; ils sont liés à un Etat membre de l’UE mais ne sont pas membres de l’UE à part entière ;

–4 territoires ont un statut spécifique (c’est le cas de Jersey).

 

Parmi les RUP, on trouve les 5 Départements d’outre-mer français (la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, la Réunion et Mayotte), les Canaries, Madère et les Açores.

 

• Héritage des empires coloniaux européens, ces territoires ultramarins sont presque tous insulaires – à l’exception de la Guyane ; leur biodiversité est grande ; les aléas naturels (cyclones, tsunamis, volcanisme, séismes) y sont fréquents.

 

• On y dénombre un peu plus de6 millions d’habitants. L’exiguïté insulaire entraîne souvent de fortes densités mais d’autres territoires sont quasiment vides. La population est en général  croissante et compte presque toujours une forte proportion de jeunes.

 

Dans ces régions,l’insularité pose des problèmes spécifiques, liés à l’échelle des territoires, souvent trop petits pour s’auto-suffire. La distance renchérit notablement les prix, notamment ceux des produits alimentaires importés.

 

• L’isolement de ces territoires est double : isolement par rapport aux métropoles du fait de la distance et isolement par rapport à l’environnement régional en raison des liens avec la métropole.

 

• La plupart font figure de régions en retard par rapport aux standards de l’Union européenne. Le PIB moyen des RUP ne représente que 77 % du PIB moyen de l’UE. Cependant, ces territoires jouissent d’une richesse relative dans leur région, grâce aux aides (nationales ou européennes) et prestations sociales.

 

 Les économies ultramarines sont de fait très fragiles.

Ceci s’explique par l’absence de matières premières, le faible niveau de formation, l’étroitesse du marché intérieur, les coûts liés à la distance. Les taux de chômage sont souvent élevés.

 

La dépendance envers les métropoles est forte : les activités sont souvent dirigées depuis l’extérieur (c’est le cas du centre spatial guyanais) et sont en général peu compétitives face à la concurrence régionale.

Quelle est alors l’action de l’Union européenne sur ces territoires si particuliers ?

 

• Les enjeux existent :

– ces territoires représentent le moyen pour l’UE de conserver une présence sur tous les océans du globe ;

– les ressources des zones économiques exclusives liées à ces territoires sont prometteuses, riches en biodiversité.

 

• L’objectif affiché est celui de la convergence.

Les RUP vont ainsi recevoir 7,9 milliards d’euros de subventions européennes entre 2007 et 2013 qui vont permettre de financer des projets d’infrastructures (routes, voies ferrées, ports, aéroports, hôpitaux, universités…). L’Union fournit également une aide aux PTOM.

 

 Récapitulons.

Malgré une grande diversité apparente, les 34 territoires ultramarins de l’Union européenne présentent de nombreuses caractéristiques communes.

Ils rassemblent sur des superficies généralement peu étendues des populations souvent denses et encore jeunes.

Leur pauvreté globale apparaît relative dans leur environnement régional.

Mais leurs économies sont fragiles et fortement dépendantes en dépit des aides des métropoles et de l’UE.