Quelles sont les fonctions de la poésie ?

Merci !

Cours audio
Classe(s) : 1re ES - 1re L - 1re S - 1re STI2D - 1re STMG - 1re ST2S - 1re STL | Thème(s) : Écriture poétique et quête du sens

Le cours audio

La poésie n'est pas un genre aux contours bien définis : tantôt en vers, tantôt en prose, on la trouve aussi bien dans des épopées du XVIe siècle que dans des poèmes engagés dénonçant l'occupation allemande au XXe siècle. Quelles sont alors les fonctions de la poésie ? A quoi cet art du langage a-t-il pu servir à travers les siècles, et à quoi peut-il bien servir aujourd'hui encore ?

 

 

Avant tout, la poésie a une fonction purement esthétique.

• Si l'on vous dit poésie, vous pensez immédiatement au vers, à la strophe, bref à la forme poétique. C'est que la poésie est d'abord un certain rapport au langage. Ce qui caractérise la poésie, c'est le jeu sur les sons et les rythmes : pendant longtemps, la poésie eut donc partie liée avec la versification, avec les questions d'accents, de rimes, de strophes… Les poèmes suivaient même parfois ce que l'on appelle une forme fixe, comme le sonnet que pratiquaient par exemple les poètes de la Pléiade au XVIe siècle, comme Ronsard ou Du Bellay.

• Même aujourd'hui, où le vers régulier et la forme fixe ne sont plus les formes privilégiées de l'expression poétique, la poésie reste un travail formel sur le langage. Vous pouvez être surpris face à certains poèmes en prose, comme le célèbre " Cageot " de Ponge, tiré de son recueil intitulé le Parti pris des choses :

" A mi-chemin de la cage au cachot la langue française a cageot, simple caissette à claire-voie vouée au transport de ces fruits qui de la moindre suffocation font à coup sûr une maladie.
Agencé de façon qu'au terme de son usage il puisse être brisé sans effort, il ne sert pas deux fois. Ainsi dure-t-il moins encore que les denrées fondantes ou nuageuses qu'il enferme.
A tous les coins de rues qui aboutissent aux halles, il luit alors de l'éclat sans vanité du bois blanc. Tout neuf encore, et légèrement ahuri d'être dans une pose maladroite à la voirie jeté sans retour, cet objet est en somme des plus sympathiques - sur le sort duquel il convient toutefois de ne s'appesantir longuement. "

En quoi est-ce encore un poème ? C'est que, au-delà de son objet ou de sa forme, la poésie conserve un rapport musical au langage. La poésie, c'est donc ce qui permet de faire entendre la musique des mots et de la langue.

• Ainsi, de nombreux auteurs considèrent que la poésie n'a qu'une fonction esthétique. En allant plus loin, on pourrait même dire que la poésie est le genre sans fonction, le genre volontairement inutile, qui n'a d'autre fonction que lui-même. C'est par exemple ce que pensaient les Parnassiens à la fin du XIXe siècle : ils défendaient la doctrine de l'Art pour l'Art, c'est-à-dire l'idée selon laquelle la véritable poésie se devait d'être belle, et rien d'autre.

Pourtant, la poésie a connu d'autres fonctions au cours des siècles.

• En effet, la poésie telle qu'on vient de la définir n'est qu'une forme, qu'une sorte de langage ; or certains poètes ont voulu mettre cette forme au service d'une fonction particulière. Le poème n'est plus alors un simple objet esthétique : il sert à quelque chose.

• La première fonction à laquelle vous pouvez penser est la fonction lyrique. A l'origine, la poésie lyrique était la poésie chantée, mais le mot a fini par désigner une poésie subjective, destinée à l'expression des sentiments personnels. Par exemple, les sonnets amoureux de Ronsard, les poèmes de Hugo pleurant la mort de sa fille Léopoldine, ou les vers d'Aragon chantant Les Yeux d'Elsa sont lyriques, car ils expriment la subjectivité du poète. Voyez par exemple le début de ce célèbre sonnet de Ronsard, adressé à Hélène :

" Marie, qui voudrait votre beau nom tourner,
Il trouverait Aimer : aimez-moi donc, Marie,
Faites cela vers moi dont votre nom vous prie,
Votre amour ne se peut en meilleur lieu donner.
S'il vous plaît pour jamais un plaisir demener,
Aimez-moi, nous prendrons les plaisirs de la vie,
Pendus l'un l'autre au col, et jamais nulle envie
D'aimer en autre lieu ne nous pourra mener.
Si faut-il bien aimer au monde quelque chose :
Celui qui n'aime point, celui-là se propose
Une vie d'un Scythe, et ses jours veut passer
Sans goûter la douceur des douceurs la meilleure.
Eh, qu'est-il rien de doux sans Vénus ? las ! à l'heure
Que je n'aimerai point, puissé-je trépasser ! "

• Mais la poésie a aussi parfois une fonction plus argumentative. N'oubliez pas que les Fables de La Fontaine sont aussi des poèmes : en fait, La Fontaine se sert de la séduction exercée par le jeu sur les sons et les rythmes propre à la poésie, pour persuader son lecteur, et mieux faire admettre sa thèse.

Enfin, cette fonction argumentative peut même devenir, dans certains contextes, une fonction politique. On parle plus particulièrement de poésie engagée lorsque la forme poétique est mise au service d'une cause : c'est par exemple ce que fait Agrippa d'Aubigné au XVIe siècle, puisque ses Tragiques sont un long poème épique dénonçant les exactions commises par les catholiques durant les Guerres de Religion. C'est aussi ce que font les poètes de la résistance durant la seconde guerre mondiale : ils utilisèrent l'arme du vers pour attaquer l'envahisseur allemand.

Conclusion
Vous voyez donc que la poésie peut avoir différentes fonctions : expression d'un rapport musical aux mots, elle est pour certains un pur objet esthétique, un art du beau langage, alors qu'elle est pour d'autres un simple moyen, un outil pour mieux toucher, convaincre, séduire ou interpeller son lecteur.