Quels sont les genres et les formes de l'argumentation ?

Merci !

Cours audio
Classe(s) : 1re ES - 1re L - 1re S - 1re STI2D - 1re STMG - 1re ST2S - 1re STL | Thème(s) : La question de l'homme dans les genres de l'argumentation

Le cours audio

L'argumentation est l'acte par lequel un locuteur soutient, réfute ou discute une opinion, une thèse en vue de provoquer l'adhésion d'un destinataire donné à ses idées. Les stratégies argumentatives vont de la conviction à la persuasion en passant par la délibération. Lorsque le locuteur argumente dans un texte sans le détour de la fiction, on parle d'argumentation directe ; inversement, lorsque l'argumentation se développe dans un récit allégorique et didactique, elle est qualifiée d'indirecte. Quels genres correspondent à ces deux formes d'argumentation ?

 

 

Commençons avec l'argumentation directe.

On classe dans la catégorie de l'argumentation directe l'ensemble des textes argumentatifs qui ne relèvent pas de la fiction. Un ou plusieurs points de vue peuvent s'y trouver développé(s). Le locuteur soutient une thèse à l'aide d'arguments et d'exemples. Il peut manifester ouvertement sa présence, dans un texte que vous qualifierez alors de subjectif, ou au contraire choisir de s'effacer : le texte prendra alors une apparence objective.

On retrouve l'argumentation directe en particulier dans le genre de l'essai. Vous devez surtout retenir la définition générale de l'essai : c'est un texte non fictionnel à visée argumentative.
Cependant, pour bien cerner le genre de l'essai, il faut remonter à son inventeur. C'est Montaigne qui, au XVIe siècle, en donna le premier exemple en intitulant son œuvre Les Essais. L'auteur y embrasse les sujets les plus divers sur lesquels il " s'essaie ", c'est-à-dire met à l'épreuve ses jugements loin de toute certitude.

Voici donc les 4 principales caractéristiques de l'essai :
- en premier lieu, c'est un genre inachevé : l'essayiste peut toujours envisager de corriger ou poursuivre son texte ;
- deuxième caractéristique : c'est un genre ouvert : il s'inspire du dialogue, de la lettre, du débat ; il intègre la pensée ou la parole d'autrui.
- c'est également un genre libre : aucune forme préétablie ne s'impose à son rédacteur.
- enfin, c'est un genre délibératif : il tire les enseignements du passé pour aborder l'avenir.

Étudions maintenant l'argumentation indirecte.

On classe dans la catégorie de l'argumentation indirecte l'ensemble des récits de fiction renfermant un enseignement pratique ou moral. L'auteur prend alors position de manière implicite à travers un récit allégorique. C'est au lecteur qu'il revient de le déchiffrer, en l'absence notamment de morale écrite en toutes lettres. L'argumentation indirecte cherche aussi bien à instruire qu'à séduire son lecteur par des procédés plaisants.

Parmi les textes qui relèvent de l'argumentation indirecte, vous devez connaître les deux genres de la fable et du conte philosophique :

• La fable est un court récit en vers ou en prose destiné à illustrer un précepte implicite ou explicité par une moralité.
Elle est née dans l'Antiquité sous la plume d'Ésope et de Phèdre mais c'est La Fontaine qui au XVIIe siècle a largement contribué à la notoriété du genre.
Les caractéristiques de la fable sont au nombre de 3 :
- 1. c'est un récit allégorique : les évènements et les personnages de la fable servent de comparants dont le lecteur doit déchiffrer le comparé ;
- 2. c'est un récit didactique : il doit livrer un enseignement. ;
- 3. c'est un récit souvent critique ou satirique : il offre la possibilité de déguiser le contenu et les cibles derrière des représentations métaphoriques.

• Le conte philosophique, quant à lui, est un court récit de faits imaginaires et de personnages fictifs. Il renferme une réflexion ou une critique liée à une doctrine ou un mode de pensée.
C'est Voltaire, au XVIIIe siècle, qui a donné ses lettres de noblesses au genre.
Les 5 principales caractéristiques du conte philosophique à retenir sont les suivantes :
- 1. c'est une histoire brève, réduite aux actions essentielles ;
- 2. le cadre spatio-temporel ne cherche pas à être réaliste ;
- 3. les aventures du héros s'achèvent traditionnellement sur une leçon de sagesse ou une pensée philosophique ;
- 4. la lecture en est plaisante : c'est un jeu de décryptage que l'auteur propose à son lecteur ;
- dernière caractéristique : sa visée est didactique, critique ou polémique.

Conclusion
L'argumentation, directe ou indirecte, recherche l'efficacité de la parole : essayistes, fabulistes, philosophes recourent aussi bien à l'argumentaire rigoureux, à la séduisante rhétorique, à l'expérience, ou à la fiction pour instruire, plaire mais plus encore susciter l'adhésion.