Quels sont les genres et les thèmes majeurs du réalisme ?

Merci !

Cours audio
Classe(s) : 1re ES - 1re L - 1re S - 1re STI2D - 1re STMG - 1re ST2S - 1re STL | Thème(s) : Les mouvements littéraires

Le cours audio

Quels sont les genres et les thèmes du réalisme ?

L’essentiel du cours

Né après la révolution de 1848, le réalisme est un mouvement littéraire qui reste très actif jusqu’en 1865. Il trouve son prolongement dans le naturalisme à partir des années 1880. Le réalisme marque autant la littérature que la peinture. Écrivains et peintres s’insurgent contre l’idéalisme du romantisme. Ils réclament le retour au réel dans toute sa vérité, qu’elle soit belle ou laide. Leur mot d’ordre est « La vérité, l’âpre vérité » comme l’écrit Stendhal dans son épigraphe du Rouge et le Noir.

Comment ce principe a-t-il marqué les genres et les thèmes du réalisme ?

 

Commençons par les genres. C’est évidemment le roman qui est le plus représentatif du réalisme.

 

·Les précurseurs du roman réaliste sont Stendhal (1783-1842) et Balzac (1799-1850). Pour Stendhal le roman est « un miroir que l’on promène le long d’un chemin ». Dans La Comédie humaine, titre qui regroupe tous ses romans, Balzac se donne comme projet d’expliquer la réalité historique et sociale de son temps.

Qu’il s’agisse d’un roman d’apprentissage ou d’un roman de mœurs, l’objectif est bien à chaque fois de représenter le personnage et le milieu dans lequel il évolue. Citons Les Illusions perdues de Balzac, Germinie Lacerteux des frères Goncourt ou un peu plus tard Une vie de Maupassant.

·Flaubert refuse l’étiquette de réaliste, mais ses romans relèvent également de cette esthétique. C’est le cas par exemple du récit des rêveries et désillusions d’Emma Bovary, héroïne éponyme de son célèbre roman Madame Bovary paru en 1857.

 

Dans ce contexte, quels sont les principaux thèmes du réalisme ?

 

·Notons en premier lieu le primat donné au temps présent. Il s’agit de peindre le monde contemporain et la diversité des milieux sociaux : les classes défavorisées aussi bien que la bourgeoisie ou l’aristocratie ; la vie urbaine comme la vie provinciale.

·Les hommes travaillent, il est donc naturel que le travail lui-même devienne un thème privilégié. Les écrivains se documentent et n’hésitent pas à décrire dans le détail les techniques d’un métier ; c’est ainsi que l’on trouve dans Les Illusions perdues de Balzac, une description très précise d’un atelier d’imprimerie.

·Puisqu’il s’agit de chercher à comprendre l’influence du milieu sur l’individu, les personnages sont toujours étudiés en interaction avec lui. Voici quelques-uns des sous-thèmes associés à celui-ci :

l’argent et son emprise sur les relations humaines, un thème très présent dans Le Père Goriot de Balzac ;

le désir d’ascension sociale, les luttes d’intérêt (évoquons ici les deux types d’arrivistes qu’incarnent Rastignac et Bel ami) ;

3e sous-thème, enfin :les relations conjugales, traitées par Flaubert dans Madame Bovary ; mais aussi les relations familiales, leur intimité et leurs mesquineries, qui forment l’intrigue du Pierre et Jean de Maupassant.

 

Pour bien retenir ce qu’est le réalisme, écoutez finalement cette définition qu’en donne Champfleury, un des théoriciens du mouvement :le réalisme, c’est « la reproduction exacte, complète, sincère du milieu où l’on vit, parce qu’une telle direction d’études est justifiée par la raison, les besoins de l’intelligence et l’intérêt du public, et qu’elle est exempte de mensonges, de toute tricherie. »