Une République, trois républiques

Merci !

Cours audio
Classe(s) : 1re S - 1re L - 1re ES | Thème(s) : La République française face aux enjeux du XXe siècle - Les Français et la République

Le cours audio

La Marseillaise, le drapeau tricolore, Marianne, la devise « Liberté, Égalité, Fraternité » sont les symboles de la République française. Ils véhiculent des valeurs républicaines issues de la Révolution française que les Français se sont progressivement appropriées.

Quels sont les fondements de la République française ? Quelle a été son évolution depuis la fin du XIXe siècle ?

 

 Commençons par étudier l’enracinement de la culture républicaine en France à la fin du XIXe siècle.

• Quand à partir de 1879, dans le cadre de la IIIe République, les Républicains arrivent au pouvoir, ils mettent en place des lois qui garantissent les libertés publiques. Parmi ces lois, celle du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse permet un essor considérable de la presse d’opinion et la diffusion des idées républicaines sur tout le territoire.

• Les Républicains accordent une attention particulière à l’enseignement qu’ils souhaitent soustraire à l’influence de l’Église. Les lois de 1881-1882 instituent ainsi le principe d’une école gratuite, obligatoire et laïque.

• La crise due à l’Affaire Dreyfus divise la société française en deux camps. Elle ne prend fin qu’avec la grâce de Dreyfus en 1899 et sa réhabilitation en 1906. Celle-ci marque aussi la victoire définitive des Républicains.

 

 Alors qu’elles sont désormais acceptées par la majorité des Français, les valeurs républicaines sont remises en cause par l’occupation allemande et le régime de Vichy. Voyons comment, à travers la Résistance, des Français ont défendu la République.

• La Résistance rassemble les Français qui rejettent l’armistice du 22 juin 1940 et, par là même, la collaboration avec l’occupant nazi.

Le général de Gaulle est le premier à faire acte de résistance lors de l’appel du 18 juin 1940. L’entrée des communistes dans la Résistance en juin 1941, au moment de la rupture germano-soviétique, est un tournant décisif pour le mouvement.

• En vue de renforcer la légitimité du général de Gaulle, Jean Moulin crée en mai 1943, le Conseil national de la Résistance. Le CNR annule les lois de Vichy et désigne de Gaulle comme chef de la Résistance.

• Lors de la Libération, le général est accueilli avec enthousiasme par la population française. Il devient le chef du Gouvernement provisoire de la République française.

 

 S’impose alors l’impératif de refonder la République en rédigeant une nouvelle constitution.

• Par le double référendum d’octobre 1945, au suffrage universel, les Français se prononcent en faveur de l’élection d’une assemblée constituante mettant ainsi fin à la IIIe République. Les trois partis dominants se retrouvent au pouvoir, c’est la naissance du tripartisme. Mais leurs conceptions de la République à venir sont opposées.

• La constitution de la IVe République est finalement adoptée, le 13 octobre 1946 par référendum avec 53 % de oui. Cette faible majorité ne permet pas à la nouvelle République de s’appuyer sur un large soutien populaire. Par ailleurs, le tripartisme est bientôt menacé par des divergences croissantes entre le PCF et les autres partis.

 

 

 La IVe République se retrouve minée par l’instabilité ministérielle et son incapacité à résoudre, à partir de 1954, le « problème algérien ». C’est dans ce contexte que se fait le retour au pouvoir du général de Gaulle.

• De Gaulle charge Michel Debré, ministre de la Justice, de diriger la rédaction d’une nouvelle constitution, qui est adoptée en septembre 1958. En décembre 1958, il est élu premier président de la Ve République avec 80 % des voix.

• Comment caractériser cette nouvelle constitution qui est encore la nôtre aujourd’hui ?

En premier lieu par le renforcement de la séparation des pouvoirs et l’affirmation de l’autorité de l’État. L’objectif premier de de Gaulle est de mettre fin au régime d’assemblée qui caractérise les IIIe et IVe Républiques, et à son corollaire, l’instabilité ministérielle.

• Le poids du président de la République est ainsi considérablement renforcé. Il peut dissoudre l’Assemblée, consulter les Français par référendum, prendre les pleins pouvoirs. L’Assemblée nationale, elle, a un rôle purement législatif et budgétaire.

 

 Résumons notre propos.Héritées de la Révolution française, les valeurs républicaines ont encore besoin d’être consolidées aux débuts de la IIIe République. Dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale, elles sont le refuge des Résistants qui s’en inspirent pour construire la IVe République après la Libération. En 1958, la République change de forme mais les valeurs républicaines restent le fondement de la nouvelle constitution. C’est encore le cas plus de 60 ans après.