Merci !

La Philo vagabonde

Ciné-chroniques

Documentaire français de Yohan Laffort

Avec Alain Guyard

 

Philosophie foraine

Yohan Laffort est un documentariste qu’intéressent les problèmes sociaux, les notions d’identité et de transmission du savoir dans une société où quelques rares voix s’élèvent parfois pour tenter de résister au politiquement correct des multiples médias qui façonnent la pensée de nos jours. Un matin, il a entendu à la radio les propos peu orthodoxes d’un philosophe inconnu de lui, Alain Guyard, qui disait se situer entre Coluche et Platon. Alléché par ce propos prometteur, il le contacta et lui proposa de faire un film sur son étonnant parcours professionnel car, après avoir enseigné la philo durant vingt ans, ce professeur atypique a décidé d’abandonner le lycée et tous les avantages de la sécurité d’emploi dans la fonction publique pour parcourir la France et tenter d’ouvrir à la philosophie, dans les endroits les plus divers (bistrots, prairies, tentes, grottes) des foules curieuses et avides d’apprendre. Comparé à la démarche de Michel Onfray dont l’Université Populaire de Caen se situe dans une salle de cours, Alain Guyard se revendique comme un « philosophe forain itinérant », ses exposés tenant plus du stand-up d’un humoriste sur scène que d’un cours ex-cathedra.

Cette démarche exceptionnelle soutient l’intérêt de ce documentaire original à plus d’un titre. D'abord, des entretiens avec Alain Guyard dans son bureau nous éclairent sur son parcours professionnel, puis les motivations de son choix vont alterner avec des séquences dans les lieux les plus divers où il vient à la rencontre d’un public avide d’en savoir plus sur cette matière mystérieuse : la philosophie. Et tout cela se passe dans la bonne humeur, car Alain Guyard est un véritable acteur, sympathique et chaleureux, ne craignant ni les calembours ni les plaisanteries pour faire passer son message dans une atmosphère de kermesse villageoise. Cette ambiance détendue disparaît, évidemment, lorsque notre philosophe vient visiter des détenus emprisonnés pour leur délivrer son savoir, laissant alors l’aspect forain au vestiaire. Devant un personnage polymorphe aussi intéressant, on ne peut éprouver qu’un regret : la durée beaucoup trop longue de cette biographie, 1h38, alors que tout a été dit dans la première heure et que 52 minutes auraient suffi pour apprécier l'originalité d’Alain Guyard, menacé par le radotage en accumulant ainsi une succession de fausses fins répétitives qui ne dévoilent plus rien sur son mode d'enseignement insolite.

Henri Lanoë
Cinéchronique

Brooklyn Village
Le Voyage au Groenland