Merci !

Médecin de campagne

Médecin de campagne
Ciné-chroniques

Film français de Thomas Lilti
Avec François Cluzet, Marianne Denicourt, Isabelle Sadoyan, Félix Moati, Christophe Odent, Patrick Descamps, Guy Faucher, Margaux Fabre, Julien Lucas, Yohann Goetzmann, Josée Laprun, Philippe Bertin, Geraldine Schitter 

 

Toubib or not toubib

Cette fois-ci, il semble possible que notre médecin/réalisateur finisse par choisir le cinéma. Après l'agréable surprise de son premier film, Les Yeux bandés, et le succès mérité d’Hippocrate, le Dr Thomas Lilti persiste et signe Médecin de campagne où sa connaissance du monde médical structure un scénario inspiré par l’inquiétante diminution des vocations chez les jeunes médecins pour exercer leur métier en milieu rural. Il semble évidemment plus séduisant d’avoir un cabinet en ville, avec des horaires fixes et une vie (presque) normale que de sillonner la campagne par tous les temps et d’être réveillé en pleine nuit par des urgences souvent réelles mais parfois imaginaires.Médecin de campagne traite très bien le rôle majeur de cette activité généreuse qui maintient le lien entre les générations et lutte contre l’isolement des vieilles personnes menacées par ce désert médical qui s’étend dans nos campagnes.

Le Docteur Werner est donc médecin de campagne et son incessante activité finit par avoir raison de ses forces. Il va consulter un ami médecin hospitalier qui découvre une tumeur grave et le contraint à se faire seconder. Il lui envoie Nathalie qui n’est pas une jeune étudiante mais une ancienne infirmière qui a repris ses études de médecine, est devenue urgentiste et souhaiterait désormais exercer à la campagne alors qu’elle n’en a pas toutes les compétences. Werner acceptera-t-il de lui transmettre ses connaissances ? Malade et désireux de le cacher, il supporte mal d’être encombré par cette inconnue qui risque de découvrir son mauvais état, qui le dérange dans sa pratique professionnelle et qu’il souhaite donc écarter au plus vite. Les rapports difficiles entre ces deux personnages permettent de traiter une situation riche en crises. Qu’il soit navigateur solitaire, paraplégique ou faux ingénieur des Travaux Publics, l’impeccable François Cluzet endosse avec aisance sa tenue de praticien rural. Et Nathalie trouve dans la féline Marianne Denicourt la parfaite incarnation d’une femme qui a déjà un passé et une expérience d’urgentiste dont le docteur Werner est dépourvu. On se doute que leur antagonisme finira par céder la place à une entente professionnelle… et même plus, peut-être ? Thomas Lilti admet être nostalgique des films populaires des années 70 et a désiré introduire un peu de romanesque dans cette confrontation. Il n’a pas tort, certes, mais de là à guérir in extremis le bon Dr Werner de sa tumeur mortelle ? Aïe, le happy ending a encore frappé !

Henri Lanoë
Cinéchronique

Ces articles pourraient vous intéresser

Le Chant du merle
La Promesse