Merci !

Plus de guêpes, de chômage ni d'impôts ;)

orthographe
Actualités

Concoctée en 1990 et approuvée par l'Académie français, la réforme de l'orthographe entre en vigueur. Aujourd'hui comme hier, elle suscite de nombreuses - et savoureuses - controverses. Annabac vous invite à lire ce billet plein d'esprit de Jacques Munier, entendu sur France Culture ce 5 février 2016.

"L’un des points névralgiques semble être la disparition annoncée – mais seulement partielle – de l’accent circonflexe, au point qu’un hashtag circule désormais #JeSuisCirconflexe… L’écrivain se souvient de Fabien Bouleau, l’auteur subjugué de Chienne de langue française : « Impossible qu’une huître n’ait pas le circonflexe qui la ferme – s’insurgeait-il – tout comme la boîte : elles ont besoin de leur petit couvercle. Et l’île se dessine si joliment sur son « i ». » Anne-Sophie Letac, elle aussi, vole au secours du « couvre-chef orthographique doté d’un charme suranné, lui qui réunit aimablement deux accents rigides et dogmatiques, l’accent aigu et l’accent grave, qui coiffe pudiquement des dames voyelles qui jamais n’accepteraient de sortir sans chapeau, et incarne une sorte de repos de l’esprit un peu aristocratique, au dessus des éléments, gentiment conservateur ». Elle dénonce l’opération, qui ne concernera au final que 2 400 mots, soit environ 4% du lexique de la langue française, mais qu’on qualifie généralement du « terme bien peu ragoûtant de « toilettage » pour désigner la suppression des tirets, des cédilles et des lettres. Passons sur l’atroce amputation de l’ « ognon » qui tire les larmes, sur le nénufar privé de toute racine grecque et condamné à errer sur l’eau, ce qui se joue – estime-t-elle – c’est la liquidation des traces du passé. L’orthographe n’est jamais qu’un immense amas de scories venues de l’histoire, sans lesquelles la langue se réduit à la phonétique, ou à un « globish » informatique qui élimine la mémoire ». Mais – conclut-t-elle « A quelque chose malheur est bon, profitons-en pour nous débarrasser du contenu de quelques mots, benêt, guêpe, piqûre, marâtre, châtiment, chômage, et même, ô joie, impôt."

 

Pour lire ou écouter la totalité de la chronique de Jacques Munier sur France Culture, c'est ici.
Pour vous perfectionner en orthographe, sur Annabac, c'est ici.

Ces articles pourraient vous intéresser

Gagne 3 mois à Spotify
La Déclaration universelle des droits de l’homme a 70 ans