Préparer son concours d'école de commerce post-bac

Préparer son concours d'école de commerce post bac

PUBLI-REDACTIONNEL

À quelques semaines de l’ouverture de Parcoursup, Lydie Genin, directrice opérationnelle du Programme Grande École (PGE) de l’IPAG, nous explique comment les futurs bacheliers peuvent préparer le concours pour intégrer la première année du PGE de l’IPAG.

Comment sélectionnez-vous les étudiants de 1re année de votre PGE ?

Lydie Genin. Depuis quelques années, l’IPAG fait partie d’un concours d’entrée commun à plusieurs grandes écoles de commerce : SESAME. Il se compose d’épreuves écrites, qui nous permettent d’effectuer une première sélection puis d’épreuves orales sur nos différents campus, à Nice et à Paris, entre la fin du mois d’avril et la mi-mai. À l’issue de ces deux séries d’épreuves, un jury d’admission statue définitivement et les résultats sont communiqués sur Parcoursup aux étudiants au début du mois de juin.

Les candidatures se font directement sur la plateforme Parcoursup ?

L.G. Oui, mais pas uniquement. Les lycéens qui souhaitent rejoindre l’IPAG en PGE doivent au préalable faire leur vœu directement sur Parcoursup puis s’inscrire au concours SESAME. Plus précisément, ils peuvent se porter candidat à notre programme dans sa version « classique », dans sa version anglophone mais également prétendre à intégrer le parcours franco-italien du PGE en management et ingénierie (MIT).

Pouvez-vous nous parler des épreuves écrites du concours ? 

L.G. Qu’il s’agisse des épreuves de langue, de raisonnement, d’analyse documentaire ou de culture générale, l’évaluation des candidats se fait sous forme de QCM. Les barèmes sont différents d’une école à l’autre et varient en fonction des programmes. À titre d’exemple, nous accordons bien évidemment plus d’importance aux épreuves d’anglais pour la version « American Track » de notre PGE, de même que les coefficients des épreuves de logique générale et d’aptitudes numériques sont plus élevés pour notre programme MIT en partenariat avec l’école polytechnique de Turin.

Quels conseils donneriez-vous pour réussir ces écrits ? 

L.G. Les candidats n’ont pas à mobiliser d’autres connaissances que celles exigées des futurs bacheliers. Je leur conseillerais donc simplement de se familiariser avec la mécanique propre aux QCM et de s’entraîner, grâce aux annales, en se chronométrant pour apprendre à bien gérer leur temps le jour J. En revanche, les oraux sont plus délicats à préparer et c’est à cette occasion que nous jugeons véritablement le niveau et le potentiel des candidats.

Justement, comment se préparer pour les oraux ? 

L.G. Pour l’entretien de motivation, comme pour l’épreuve d’anglais d’ailleurs, je recommande aux étudiants de suivre l’actualité économique, culturelle ou politique française et internationale. J’invite aussi les candidats à réfléchir à leurs atouts et aux éléments différenciants de leur parcours, afin de bien les présenter à l’oral. À l’IPAG, nous accordons une place importante aux profils atypiques et aux candidats ayant eu des parcours singuliers avec des engagements associatifs, artistiques ou sportifs par exemple.

Quelle place occupent les épreuves orales dans votre processus de sélection ? 

L.G. Pour nous, les oraux sont essentiels dans le sens où ils nous permettent de choisir nos étudiants sur la base d’un potentiel et d’une personnalité plutôt que sur les seuls résultats aux QCM du concours. À l’IPAG, notre philosophie est de sélectionner nos étudiants à l’aune de leurs capacités à se transcender et à évoluer.

Ces oraux sont aussi l'occasion de découvrir l'ambiance sur les campus des écoles... 

L.G. Oui, même si nous organisons des Journées Portes Ouvertes au préalable, c’est souvent durant les oraux du concours que se tissent véritablement les liens entre l’école et nos futurs étudiants. Cette année, contrairement à la dernière édition du concours, nous pourrons d’ailleurs faire passer nos oraux à Paris, sur notre nouveau campus de Beaugrenelle, et à Nice, ce qui permettra aux candidats de pouvoir se projeter.

Et pour les étudiants qui souhaiteraient rejoindre votre PGE en cours de cursus ?

L.G. D’abord, nous organisons une rentrée décalée en janvier pour ceux qui auraient effectué un « faux départ » et souhaiteraient se réorienter. Ensuite, concernant les admissions parallèles stricto sensu, une rentrée en deuxième année sera possible sur dossier et à l’issue d’un entretien. Enfin, une autre banque d’épreuves, intitulée AMBITIONS+, permet de rejoindre notre PGE en 3e ou en 4e année. Par ailleurs, il faut savoir que nous avons une procédure dite « internationale » pour tous les étudiants titulaires de diplômes étrangers qui souhaitent étudier à l’IPAG et ne peuvent pas se présenter aux concours communs.