Merci !

Red Rose

Ciné-chroniques

Téhéran hors les murs

Par Henri Lanoë

 

Ce film est dû à un véritable tour de force de la réalisatrice iranienne Sepideh Farsi. Résumons le cadre politique qui a engendré le projet "Red Rose" : ne pouvant plus supporter les contraintes de la République Islamique, elle quitte l’Iran en juin 2009, en emportant les rushes de son précédent film, La Maison sous l’eau, avant les élections usurpées qui allaient porter au pouvoir Mahmoud Ahmadinejad alors que le candidat réformateur Moussavi était donné gagnant. Dans tout le pays, des manifestations monstres qui vont durer plusieurs mois accueillent ce résultat douteux. Certains contestataires sont encore en prison de nos jours.

Désormais exilée, Sepideh Farsi décide de porter à l’écran cette période de troubles mais il est évident qu’il ne lui est pas possible de tourner un tel sujet à Téhéran. Elle décide donc d’utiliser les heures de documents authentiques filmés par les manifestants avec leurs téléphones portables et qui ont été vus par des millions de personnes sur Internet, pour illustrer ces manifestations monstres. Voilà le problème des scènes de rue véridiques réglés. Le scénario décrit les rapports amoureux qui vont s’établir entre Sara, une jeune manifestante et Ali, un opposant au régime du Shah, en 1979, qui vient de l’abriter dans son appartement alors qu’elle était poursuivie par la police. Trente années séparent les deux manifestations et, donc, les deux opposants au régime dont les analyses politiques divergent parfois, mais cette différence de génération n’est pas un obstacle à l’attirance physique qu’ils éprouvent l’un pour l’autre. Voilà le problème des scènes d’intérieur également réglé car Sepideh Farsi va tourner les scènes de l’appartement d'Ali à Athènes - qui peut évoquer Téhéran - où elle a réuni les comédiens du film, tous exilés et conscients que leurs chances de retourner un jour en Iran sont désormais nulles, sauf un changement notable du Régime qui semble s'esquisser actuellement. Les risques qu’encourent les participants de "Red Rose" sont aggravés par le fait que cette téméraire réalisatrice n’a pas reculé devant le nu et les scènes de sexe dans un pays où montrer le corps des femmes peut être passible de prison. Le résultat de ces diverses hardiesses donne un film passionnant où la mauvaise qualité secouée des prises de vues des manifestations leur confère une authenticité qu’aucune « mise en scène » ne parviendrait à égaler tandis que, dans le silence relatif de l’appartement, les deux amants tentent de refaire le Monde et de donner, peut-être, un avenir à leur couple incertain, interprété avec gravité et talent par Mina Kavani et Vassilis Koukalani.

Film iranien de Sepideh Farsi  

Avec Mina Kavani, Vassilis Koukalani

Durée: 1h27
Sortie le 09-09-2015

 

Ces articles pourraient vous intéresser

Titli, une chronique indienne
Lucky